Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 23:10

 

 

 

babaladdé

 

 

 

Baba Ladé se rend aux autorités de la RCA


Radio ndéké Luka Lundi, 03 Septembre 2012 07:19

 

Le Général Baba Ladé Abdel Kadder, leader de la rébellion tchadienne le FPR (Front Populaire pour le Redressement) vient de se rendre ce 2 septembre 2012 aux autorités centrafricaines. Il l’a fait par l’entremise des éléments de la Force Multinationale en Afrique Centrale (FOMAC). Le rebelle sera probablement transféré ce lundi 3 septembre 2012 à Bangui.


Baba Ladé a pris cette décision depuis son campement situé entre Goulou et Modengué à 40 kms de Ippy dans la Ouaka (centre-est) où il s’est retranché depuis quelques semaines.

Sa présence dans cette région a été confirmée dans la journée du dimanche 2 septembre par des sources dignes de foi à Radio Ndeke Luka.


Cette reddition était prévisible. Il y a quelques jours, Baba Ladé a fait parvenir une lettre aux autorités de Ippy demandant à être autorisé à sortir de la brousse et, occuper un site des missionnaires situé à 30 kilomètres sur l’axe Bambari-Ippy. Il se disait en même temps prêt à des négociations.


Le chef rebelle tchadien disait également avoir « beaucoup souffert en brousse et que l’heure est venue pour lui de faire la paix avec la population centrafricaine ainsi que ses autorités ».


Une semaine avant de s’être ainsi volontairement rendu aux autorités de Bangui, Baba Ladé avait annoncé son retour en Centrafrique sur son profil Facebook. Dans sa note, le rebelle indiquait qu’il était de retour pour négocier avec les autorités centrafricaines et tchadiennes. L’autre objectif qu’il dit viser, c’est de combattre un certain Ahidjo, un de ses anciens lieutenants entré en dissidence et qui sévit dans la région de Boali (95 kilomètres de Bangui).

Il faut dire que le fait que Baba Ladé se rende aux autorités centrafricaines s’annonce comme une bonne nouvelle pour les populations centrafricaines affectées par les exactions de ses éléments.

Le chef rebelle tchadien a été délogé en mars 2012 de ses bases de Ouandago et Gondava (nord) par une offensive conjointe des Forces Armées Centrafricaines (FACA) et Tchadiennes.


 

François Bozizé accueille Baba Ladé à Bangui

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 03 Septembre 2012 14:08

 

Le leader de la rébellion tchadienne du Front Populaire pour le Redressement (FPR) le Général Baba

Laddé Abdel Kadder, vient de descendre à l’aéroport Bangui M’Poko accompagné de son fils junior.

Le chef rebelle, qui s’est rendu lui-même aux autorités centrafricaines à Bambari où il a passé sa dernière nuit, se trouve bel te bien dans la capitale centrafricaine en résidence surveillée.

 

Le Président François Bozizé et deux de ses enfants, le ministre délégué à la défense Francis Bozizé et François Joseph Bozizé dit Jojo, se sont mobilisés pour accueillir Baba Laddé à l’aéroport. Paulin Pomodimo, médiateur de la République et  Claude-Richard Gouandjia, ministre de la sécurité publique étaient aussi à l’aéroport Bangui M’Poko.

 

Selon des sources dignes de foi, Baba Laddé serait gardé à la base MICOPAX où il sera logé en attendant que les autorités centrafricaines et tchadiennes décident de sa reddition.


Tôt dans la matinée, le Directeur de cabinet du Médiateur de la République a confirmé depuis Bambari, l’embarquement de Baba-Laddé à destination de Bangui ce 3 août. Il a également fait savoir qu’une réunion est prévue pour convenir des garanties de sécurité du leader du FPR par les Autorités tchadiennes avant que Bangui ne mette à leur disposition le Général Baba Laddé.


Selon les membres de la mission, le chef rebelle est moralement et physiquement préparé pour son transfert sur Ndjamena. Baba Laddé est accompagné dans cette reddition d’un de ses fils juniors.


De son gré, le chef rebelle, Baba Laddé a pris la décision de se rendre aux éléments de la Force multinationale pour la consolidation de la paix en Afrique Centrale (FOMAC). Ces éléments ont, a leur tour, remis le chef du FPR aux Forces Armées centrafricaines ce 1er septembre à Bambari dans la Ouaka.


Pour mener cette opération de reddition, il a fallu une grande mobilisation de la part des forces de sécurités dont le CNM, la FOMUC, le BINUCA, les Autorités militaires centrafricaines et d’autres partenaires internationaux en Centrafrique.


En dehors de son Chef d’Etat-major malade, transféré à l’hôpital d’Ippy où il bénéficie depuis le 2 septembre des soins conséquents, les autres éléments, une centaine environ, sont restés au campement en attendant les mesures qui seront décidées à leur endroit.


Pour de nombreux observateurs de la vie politique centrafricaine, cette reddition était prévisible. Il y a quelques jours, Baba Laddé a, dans un courrier adressé aux autorités de la ville d’Ippy, exprimé son désir de sortir de la brousse et, occuper un site des missionnaires situé à 30 kms sur l’axe Bambari-Ippy, après des négociations avec les autorités de ce pays.


Le général rebelle a aussi affirmé qu’il a beaucoup souffert en brousse et que l’heure est venue pour lui de faire la paix avec la population centrafricaine ainsi que ses autorités.


Dans une autre correspondance toujours adressée aux autorités de Ippy, le chef du Front Populaire pour le Redressement (FPR) a annoncé se rendre à Bangui pour explorer un canevas des pourparlers de paix avec le régime de Ndjaména. Le Général Baba Laddé entend de ce fait, rencontrer le médiateur centrafricain, le Bureau des Nations Unies en Centrafrique (BUNICA) et les partenaires internationaux.


Mais ces raisons sont loin de convaincre les autorités de ce pays. Selon le régime de Bangui, Baba Laddé se retrouve dans une impasse depuis l’opération araignée de mars 2012 qui l’a délogé de ses bases de Ouandago et Gondava (nord). Une traque menée conjointement par les Forces Armées Centrafricaines et Tchadiennes.


A titre de rappel, Baba Ladé a annoncé sur sa page Facebook son retour en République Centrafricaine il y a quelques jours. Il a déclaré qu’il est revenu pour combattre un certain Ahidjo, un de ses lieutenants dissidents qui sévit à Boali (95 kilomètres de Bangui).

 

 

 

 

Centrafrique/rébellion: reddition du chef rebelle tchadien Baba Laddé


BANGUI AFP / 03 septembre 2012 22h18 - Le chef de la rébellion tchadienne du Front populaire pour le rassemblement (FPR), le général Abdel Kader Baba Laddé, s'est rendu dimanche à l'armée centrafricaine et est arrivé lundi à Bangui, selon une source du haut commandement militaire à Bangui.


Baba Laddé a été localisé dans la région d'Ippy (centre-est), où des démarches ont été menées par le Conseil national de la Médiation, le Binuca (Bureau Intégré de l'Organisation des Nations unies en Centrafrique) et d'autres organisations pour obtenir sa reddition. Dimanche, il a été accompagné par des éléments de la FOMAC (Force multinationale de l'Afrique centrale) d'Ippy à Bambari (sud), auprès des forces armées centrafricaines, a-t-on indiqué de même source.


Lundi après-midi, il a été transféré à Bangui à bord d'un avion affrété par les autorités, en compagnie de son fils. Plus d'une centaine d'éléments de son mouvement sont restés sur place dans la région d'Ippy en attente de leur désarmement, a ajouté la source.


Une réunion regroupant les autorités, les institutions et organisations ayant contribué à sa reddition, a eu lieu lundi en fin d'après-midi à Bangui, après l'arrivée de Baba Laddé, pour examiner les contours de sa sécurité et son éventuel retour dans son pays, le Tchad, a encore précisé cette source.


Récemment, le ministre centrafricain de la Défense, le colonel Jean-Francis Bozizé, avait déclaré à la station de radio privée Radio Ndéké Luka que Baba Laddé serait sur le territoire centrafricain, après avoir affirmé le contraire à la mi-juillet.


S'il veut rentrer dans son pays, la médiation tchadienne reste ouverte pour lui permettre de négocier ce retour, avait alors déclaré M. Bozizé.

Pourchassés par l'armée tchadienne, Baba Laddé et ses hommes avaient débarqué en Centrafrique avec armes et bagages dans la région de Kaga Bandoro (centre) en 2008.


En août 2011, le médiateur centrafricain Mgr Paulin Pomodimo avait affirmé avoir convaincu Baba Laddé de se rendre à N'Djamena pour discuter, mais celui-ci s'était refusé fin août à toute négociation sans la présence de l'ONU.


Les bases de la rébellion tchadienne du FPR ont finalement été attaquées le 23 janvier dans la région de Kaga Bandoro conjointement par les armées tchadienne et centrafricaine, et Baba Laddé avait pris la fuite probablement vers le Soudan, selon une source militaire centrafricaine.

La présence des hommes du FPR en déroute a été signalée à plusieurs reprises dans le nord et le centre du pays, où ils se livraient au racket et au pillage auprès des Peuls, les dépossédant de leurs troupeaux de boeufs et d'importantes sommes d'argent.


(©)

 

 

 

NDLR : On aura tout vu avec ce Bozizé qui n’en finit pas de rabaisser l’image de la République centrafricaine et de son président. Il ne manquait plus que le tapis rouge à l’aéroport Bangui M’poko pour que le chef rebelle tchadien Baba Laddé soit reçu comme un chef d’Etat puisque Bozizé en personne a cru devoir être présent à la descente d’avion de ce monsieur. Il n’y a pas de mot pour qualifier cette présence de Bozizé à l’aéroport pour l’arrivée d’un chef rebelle dont les exactions sur les braves citoyens des zones où sévissaient ses hommes  n’ont cessé de défrayer la chronique.

En réalité, depuis longtemps,  Baba Laddé est un instrument entre les mains de Bozizé qui l’approvisionnait en vivres aussi bien qu’en armes. Selon des informations dignes de foi émanant de la gendarmerie centrafricaine, un rapport de cette institution avait signalé qu’un stock d’armes destinées à Baba Laddé provenant du Darfour mais dûment informé, Bozizé avait laissé faire et les armes avaient été tranquillement remises à Baba Laddé. C’est suffisamment éloquent pour établir la complicité sinon le soutien actif de Bozizé à ce monsieur. Cela explique pourquoi Bozizé, ses enfants Francis et Djodjo, Claude Richard Gouandja et Pomodimo ont cru devoir se pointer à l’aéroport pour forer un comité d’accueil indigne et honteux pour ce Baba Laddé. 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers