Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 21:25

 

 

Bozizé en Chine

 

Léger réaménagement du gouvernement centrafricain

APA Bangui 21-04-2010 (Centrafrique) Le président centrafricain François Bozizé a procédé mercredi à un léger réaménagement technique de son gouvernement pour remplacer les ministres relevés de leurs fonctions la veille, a constaté APA.

Selon un décret présidentiel rendu public mercredi à Bangui, le ministre du développement rural et de l’agriculture, Fidèle Gouandjika, porte-parole gouvernement, va assurer l’intérim du ministère de la communication, du civisme, de la réconciliation nationale et du suivi de dialogue dont le titulaire, Cyriaque Gonda, a été démis de ses fonctions mardi.

Le général Jules Bernard Ouandé va cumuler ses fonctions de ministre de l’ordre public et de l’immigration, avec celle de ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, poste jadis occupé par M. Elie Ouéfio, également relevé de ses fonctions mardi.

M. Ouéfio a été nommé ministre secrétaire général de la présidence de la République, selon le décret présidentiel signé mercredi par le président François Bozizé qui a également pris un autre décret nommant le Général Raymond Doungou au poste de ministre délégué à la présidence chargé du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR).

 

Centrafrique : les deux ministres limogés mardi provisoirement remplacés

BANGUI AFP / 21 avril 2010 20h53- Le président centrafricain François Bozizé a confié provisoirement mercredi à deux membres de son gouvernement les fonctions de ministres occupées par deux de ses proches, Cyriaque Gonda et Elié Ouéfio, limogés la veille, selon des décrets lus à la radio nationale.

Le ministre de l'Agriculture, Fidèle Gouandjika, est nommé ministre intérimaire de la Communication, du Civisme, de la Réconciliation nationale et du suivi du Dialogue en remplacement de Cyriaque Gonda.

Il avait déjà été désigné mardi porte-parole du gouvernement, autre fonction précédemment dévolue à M. Gonda.

Le ministre de la Sécurité publique, le général Jules-Bernard Ouandé est chargé provisoirement de l'Administration du Territoire en remplacement d'Elie Ouéfio, qui a été, lui, nommé mercredi ministre secrétaire général de la présidence.

Aucune information n'était disponible sur la nouvelle affectation de Cyriaque Gonda, chef d'un parti de la majorité présidentielle qui fut notamment porte-parole de M. Bozizé avant son entrée au gouvernement en 2008.

Joint mercredi par l'AFP, le nouveau porte-parole du gouvernement a affirmé qu'Elie Ouéfio avait été déchargé de ses fonctions de ministre de l'Administration du territoire parce qu'il "ne pouvait plus être à la fois juge et partie" à quelques semaines des élections présidentielle et législatives fixées au 16 mai.

"Depuis novembre (2009), le 1er congrès ordinaire du parti Kwa na Kwa (KNK, formation du président Bozizé, NDLR) l'a désigné secrétaire général. (...) Elie Ouéfio n'avait plus sa place au gouvernement", a expliqué Fidèle Gouandjika, qui n'a pas souhaité commenter le départ de M. Gonda.

Elie Ouéfio devait préparer les élections en collaboration avec la Commission électorale indépendante (CEI).

L'opposition et les ex-rébellions boycottent ces scrutins, initialement programmés le 25 avril et reportés sur proposition de la CEI, estimant que le pays n'est pas prêt pour organiser des élections dans de bonnes conditions.

Par ailleurs, l'ex-ministre de l'Intérieur (2008-2009) le général Paul-Raymond Ndougou a été nommé ministre délégué à la Présidence chargé du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR).

Démarré sur le terrain en janvier 2009, ce programme - dont Cyriaque Gonda était un des vice-président du comité de pilotage - est paralysé depuis début février 2010 à cause de problèmes de paiement de prime alimentaire aux anciens insurgés.

L'opération doit permettre de démobiliser quelque 8.000 ex-combattants, d'après l'ONU.

 

 

 

NDLR : C’est loin d’être un réaménagement du gouvernement. Comme il fallait s’y attendre après le limogeage du gouvernement de certains « proches parents » de Bozizé, un autre jeu de chaises musicales, s’en est suivi. C’est ainsi que le même Elie Oueifio a été ramené à la présidence comme conseiller. Le général d’opérette Jules Bernard Ouandé et ministre de la Sécurité publique, celui-là même qui avait annoncé il y a peu de manière fracassante, avoir déjoué le coup d’Etat en préparation d’Ange-Félix Patassé dit « AFP », est désigné pour assurer son intérim au ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Le général Raymond Ndougou, un autre général d’opérette, était ancien préfet de la Vakaga à Birao et de l’Ouham-Pendé. C’est à lui que le même Elie Oueifio avait déjà succédé au ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation. Il est chargé maintenant du volet pilotage du programme DDR en remplacement de l’ancien ministre d’Etat Cyriaque Gonda limogé. Ce dernier, en tant que président du PNCN, a dores et déjà convoqué son parti en session extraordinaire sans doute pour examiner la nouvelle situation crée par son départ du gouvernement. Est-ce le début d’une guerre fratricide dans la galaxie bozizéenne ?

Reste le cas de l’ancien porte parole Côme Zoumara qui n’est pas encore recasé mais cela ne devrait sans doute pas tarder, connaissant Bozizé. Ces intérims et ces permutations montrent les limites objectives tant qualitatives que quantitatives du personnel à la disposition de Bozizé.

Au fil des années, avec les décès et départs les uns après les autres des principaux appuis et collaborateurs qui l’avaient non seulement accompagné et installé au pouvoir, mais aussi permis à son régime pourtant issu d’un coup d’Etat, d’être accepté dans le concert des nations, l’entourage de Bozizé et de ceux  qui font ses décisions s’est petit à petit réduit en peau de chagrin et ne tient plus qu’à son fils Jean Francis, son chef de cabinet particulier le général de police Joel Sinfei Moidomsé et Michel Gbézéra Bria son directeur de cabinet qui aime à dire qu’il ne donne que des avis. Le turn-over est caractérisé par la rotation des mêmes personnes qui ont déjà montré leurs limites objectives et n'ont par conséquent plus rien de nouveau à démontrer. Bozizé est donc plus seul que jamais. Il ne fait plus confiance à personne et s'enferme dans sa tour d'ivoire ne recevant que ses parents. Plus personne ne se bouscule non plus pour rejoindre son orbite. On assiste donc à une pitoyable et pathétique fin de mandat pour Bozizé. Il n'a rien fait pour qu'il n'en soit pas ainsi.      

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique