Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 00:20

 

 

Tiangaye.jpg

 

 

 Avec Bozizé, les Centrafricains en auront vu de toutes les couleurs, des vertes et des pas mûres. Nulle part dans le monde, on n’a vu un président de la République être à la fois candidat aux élections présidentielles et législatives dans des élections groupées. Seul l’ancien président Ange Félix Patassé fut en 1992 – 1993, candidat à la présidentielle et aux législatives à Bocaranga 1 dans l’Ouham-Pendé,  mais dans un autre contexte, c’était avant qu’il n’accède à la magistrature suprême. Aux présidentielles de 1998, Patassé n’a brigué aucune circonscription aux élections législatives.

Or Bozizé lui, pour les prochaines élections, tout en étant candidat à sa propre succession aux présidentielles, il est également candidat à la députation dans le 4ème arrondissement de Bangui. Il doit en principe croiser le fer avec Me Nicolas Tiangaye à qui lui et son KNK avaient déjà volé la victoire aux élections législatives de 2005 pour la donner au truand Patrice Edouard Ngaissona.

Au-delà du côté totalement ridicule et singulièrement anormal de cette candidature de Bozizé aux élections législatives, on incline à penser que Bozizé se comporte comme s’il avait des comptes personnels à régler avec Me Nicolas Tiangaye. En 2006 déjà, alors que ce dernier était absent du pays, les bras armés de Bozizé prétendument appelés « libérateurs », c’est à dire ses anciens compagnons de rébellion massivement reversés dans sa garde présidentielle, font brutalement intrusion au domicile de Tiangaye qu’ils saccagent et mettent à sac en représailles de la mort d’un des leurs, un certain Yango Kapita, qu’un aide de camp de Nicolas Tiangaye, le sergent Sanzé, aurait abattu.

Ce n’est donc pas par le plus pur des hasards que Bozizé a choisi de briguer la circonscription du quatrième arrondissement de la capitale là même où se présente également Me Tiangaye. Il a désigné comme suppléant, un certain Zama Javan Papa, celui-là même qui anime visiblement à la demande Bozizé, une chronique politique radiodiffusée sur les antennes de la Radio nationale pour dénigrer tous ceux que Bozizé a dans son collimateur.

Selon nos informations d’une source proche de Francis Bozizé ayant requis l’anonymat, Bozizé a au cours d’une réunion nocturne vendredi dernier à Boali avec son clan et les nouveaux jeunes « tontons macoutes » qu’il vient de recruter, désigné clairement le domicile de Me Nicolas Tiangaye comme un endroit dont la surveillance doit particulièrement renforcée parce qu’étant le lieu habituel de réunion des opposants à son pouvoir. Il a en  outre demandé que tous les véhicules utilisés par les opposants soient repérés et connus avec leurs numéros de plaques d'immatriculation et les domiciles de ceux-ci ainsi que leurs déplacements soient quotidiennement suivis et analysés.

Voilà qui a le mérite de la clarté. Me Tiangaye est donc pour Bozizé l’empêcheur de tourner en rond. A croire que Bozizé a une dent contre lui on ne sait pour quelle raison. Après avoir perdu Me Goungaye Nganatoua dans des circonstances non élucidées jusqu’à présent, les démocrates et partisans de la cause de la défense des droits de l’homme doivent encore se faire des soucis pour Me Tiangaye, lui aussi prédécesseur de Me Goungaye à la présidence de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme et aujourd’hui leader d’un parti politique qui défend des idéaux et valeurs qui sont aux antipodes de ceux de Bozizé et son clan. S’il devait arriver quelque chose de fâcheux à Me Nicolas Tiangaye, inutile de chercher de midi à quatorze heures, on connaît d'ores et déjà le commanditaire et le coupable.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique