Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 01:33

 

 

 

 

Ferdinand Samba Le Démocrate

Le prétexte de la célébration de la journée mondiale de la presse et les menaces de son boycott par l’Union des Journalistes Centrafricains si Ferdinand SAMBA directeur de publication du quotidien LE DEMOCRATE n’était pas libéré, ont contraint BOZIZE à accorder la grâce à ce journaliste pourtant arbitrairement condamné depuis le 26 janvier à 10 mois de prison ferme et de fortes amendes financières pour « diffamation, injures par voie de presse et incitation à la haine » pour lequel malgré les campagnes de protestation, la pétition lancée par Centrafrique-Presse appelant à sa libération et ayant recueilli plusieurs centaines de signataires du monde entier et les interventions de toutes sortes et provenances en sa faveur n’ont pas fait bouger le dictateur.

Le sort de Ferdinand SAMBA rappelle à bien des égards celui naguère de son confrère Moussa  KAKA du Niger qui fut aussi victime de l’arbitraire et la dictature d’un potentat comme Mamadou TANDJA qui le laissa végéter longtemps en geôles avant de l’en sortir mais ce même TANDJA a payé quelque temps plus tard son attitude. Visiblement c’est le même chemin de son frère d'armes Mamadou TANDJA qu’a choisi BOZIZE. L’histoire nous situera tôt ou tard.

Rédaction C.A.P

Centrafrique /journée de la liberté de la presse : Bozizé gracie un journaliste emprisonné

BANGUI AFP / 03 mai 2012 21h13- Le président centrafricain François Bozizé a gracié le directeur d'un quotidien local, incarcéré depuis janvier, jeudi à l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, boycottée par l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA) pour protester contre cet emprisonnement.

Une remise totale de peine est accordée au condamné Ferdinand Samba, directeur de publication du quotidien Le Démocrate, condamné à 10 mois de prison en janvier pour diffamation, a annoncé la radio nationale, qui cite un décret présidentiel.

Cette mesure ne s'applique pas aux amendes, frais de justices et dommages et intérêts, précise le texte.

Dans la matinée, le président de l'UJCA, Maka Gbossokotto, avait annoncé le boycott de la journée mondiale de la presse pour protester contre le maintien en prison de Ferdinand Samba.

Nous estimons que c'est malsain et indécent d'organiser la journée mondiale de la liberté de la presse, d'y inviter les autorités dont le chef de l'Etat, alors que notre confrère Ferdinand Samba est en prison et vit dans des conditions difficiles, a expliqué l'UJCA.

L'UJCA et le ministère de l'Information organisaient traditionnellement chaque année des manifestations pour la journée mondiale de la liberté de la presse. Un programme pour la journée 2012 avait été arrêté, et devait se conclure par la visite du couple présidentiel à la Maison des journalistes et de la presse. Aucune manifestation n'a finalement eu lieu.

Ferdinand Samba avait été condamné le 26 janvier à 10 mois de prison ferme pour diffamation, injures par voie de presse et incitation à la haine, à la suite de la publication d'une série d'articles visant le ministre des Finances, Sylvain N'doutingaï, neveu du président Bozizé. Le quotidien, dont le tirage était entre 500 et 1000 exemplaires par jour, a été interdit de parution pour une durée d'un an.

M. Samba avait en outre été condamné à une amende d'un million FCFA (1.500 euros), et également un million FCFA de dommages et intérêts à la partie civile. L'UJCA a demandé à rencontrer le ministre d'Etat Sylvain N'Doutingaï qui a opposé une fin de non-recevoir. Nous avons vu le ministre de la Communication avec qui nous avons discuté (...). Mais rien n'a été fait, avait déploré le président du syndicat.

Depuis la prise du pouvoir par le général François Bozizé le 15 mars 2003, celui-ci recevait toujours au palais présidentiel lors d'un dîner à l'occasion du 3 mai, les journalistes des médias publics et privés nationaux et les responsables des associations professionnelles des médias locaux.


(©)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog