Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 11:50

 

 

 

 

 

 

Albert-Besse.JPG

 

Bangui 2 juin (C.A.P) – On commence à enregistrer les premières répliques du tremblement de terre qui s’est produit à Bangui avec le limogeage de Ndoutingaï. Aux termes d’un décret qui vient d’être lu sur les antennes de la radio nationale, c’est Albert Besse, celui-là même à qui Sylvain Ndoutingaï avait succédé en avril 2011 comme ministre des finances et du budget que Bozizé vient de nommer pour remplacer le même Ndoutingaï au finances et au budget.

Après son départ du gouvernement en avril 2011, le même Albert Besse avait succédé à Elie Ouéfio comme secrétaire général à la présidence de la République. Ce jeu de chaises musicales est la preuve que Bozizé manque sérieusement de ressources et n’a pratiquement plus grand monde sous la main comme personnel politique après que Ndoutingaï ait miné tout le terrain par ses hommes de main et courtisans.

Après avoir succédé à Albert Besse, Sylvain Ndoutingaï s’était débarrassé de presque tous les collaborateurs et hommes de main installés par son prédécesseur et patiemment détricoté tout le système qu’il avait mis en place au cabinet ministériel et dans les régies financières. Il faudrait s’attendre au mouvement inverse avec le retour du même Besse connu pour avoir également la confiance de Bozizé.

Pourtant Albert Besse n’avait pas laissé au ministère des finances la réputation de quelqu’un doté d’une grande compétence ni fait montre d’une maîtrise suffisante des dossiers dont il avait la charge, bien au contraire. Ses mauvaises relations avec le siège de l’institution financière sous-régionale qu’est la BEAC à Yaoundé en sont une illustration.

En outre, il n’était pas non plus pour rien dans la forte hémorragie financière enregistrée au trésor durant cette période où il fut à la tête du département des finances. Il a été un des principaux complices de Bozizé dans les folles sorties d’argent destiné au financement de sa campagne électorale et du hold-up de celui-ci et son parti KNK.

Cela peut expliquer le choix de Bozizé de faire à nouveau appel à lui pour remplacer Ndoutingaï. Il est établi désormais que Bozizé a toujours beaucoup de mal à se séparer de tous ceux qui l’aident à détourner les deniers publics, voir exemple Fidèle Gouandjika alias « le milliardaire de Boy-Rabe » et Thierry Maléyombo.

Le retour d’Albert Besse aux finances à un moment où on reparle de dialogue inter-centrafricain avec en perspective la formation d’un éventuel gouvernement d’union nationale est aussi la preuve si besoin en était de l’accélération du processus de délitement du régime Bozizé visiblement à bout de souffle et au bord du collapse.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique