Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 12:06

 

 

 

 

Bozizé met les galons de colonel à son fils Francis

 

Nous voilà aujourd’hui en face d’une situation périlleuse, où le Général BOZIZE pilote, et son fil Francis BOZIZE copilote, sont en train de nous conduire en enfer. La RCA va sombrer !

Premièrement : La présidence de la commission de Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) qui était réservée à la République Centrafricaine par le principe de rotation qui avait été établi lors du sommet de la dite institution tenu à  Bangui en 2010, notre pays est tenu en échec par les cinq (5) autres Chefs d’Etat qui n’ont pas respecté leur parole d’honneur. Le peuple centrafricain est entrain de subir les conséquences de dépendance du Général BOZIZE et Francis BOZIZE vis-à-vis de ces cinq (5) Chefs d’Etat.

C’est une honte nationale, une désolation totale pour le peuple et en particulier la jeunesse qui a très mal vécu cette trahison.

Deuxièmement : Le copilote Francis BOZIZE, Ministre de la Défense qui a la charge du recrutement des jeunes au sein des Forces Armées Centrafricaines (FACA) se frotte les mains et se délecte en face de cette dérive.

On ne peut pas non seulement se contenter de recruter uniquement des jeunes de son village natal dans les FACA en dehors des critères républicains, en favorisant des critères anti-démocratiques et antirépublicains qui font le lit de la discrimination et cultivent la haine et la violence politique, mais également institutionnaliser l’escroquerie en prenant à ces pauvres et malheureux jeunes centrafricains 5000 f, budget de 3 mois de nourriture d’une famille ainsi que la corruption au sein d’une grande institution qu’est l’armée centrafricaine.

Si ça avait été un HOMME D’ÉTAT : c'est-à-dire un HOMME RESPONSABLE au sens propre du terme  à la place du copilote Ministre Délégué Francis BOZIZE, il DEVAIT DEMISSIONNER purement et simplement POUR PROTÉGER LE POUVOIR DE SON PÈRE QUE LUI FRANCIS A RENVERSE CAR  SON BUSTE A  ÉTÉ SACCAGE ET DEMOLI PARMI CEUX des DEFUNTS PRESIDENTS, OUI, c’est de la faute de Francis, de son incapacité notoire. Les jeunes n’ont pas compris cette dérive politique de la part de ce SOI-DISANT RASSEMBLEUR qui n’est autre qu’un PÈRE qui favorise ses ENTRAILLES au détriment des enfants dont il n’est pas le PÈRE BIOLOGIQUE.

Troisièmement : C’est le peuple qui élit au suffrage universel direct le Président de la République qui est le  représentant du peuple souverain.

Pendant que le peuple centrafricain ne mange pas à sa faim, où les Organisations Non Gouvernementales (ONG) humanitaires parlent de l’insécurité alimentaire, en outre les routes et les ponts sont en état de déconfitures totales, l’insécurité grandissante sur toute l’étendue du territoire centrafricain, le Général BOZIZE et sa bande se permettent le luxe d’aller dans un pays de l’occident notamment la France, pays colonisateur pour fêter le 13 Août 2012, fête de l’indépendance qui est d’ailleurs une fête nationale. Alors on est en DROIT de se poser un certain nombre de questions :

1-    Quel pays Africain ou dans le Monde a- t-il déjà  commémoré une fête de l’INDÉPENDANCE dans le pays colonisateur ? Les Cinq Chefs d’Etat de la sous région avaient raison de ne pas  confier la gestion de la CEMAC à la RCA : leur honneur et dignité d’être indépendant  ainsi que ceux de leur PEUPLE RESPECTIF devaient être bafoués : BRAVO ET FÉLICITATION MESSIEURS LES PRESIDENTS POUR VOTRE VIGILANCE ET CLAIRVOYANCE.

2-    Dites nous, vous « TOUADERA, WILLYBIRO SACKO, BESSE , MAZOUNGOU, ROOSALEM MOULIOM, GOUANDJA, FRANCIS BOZIZE le copilote » ainsi que vos autres acolytes « ZINGAS, BONDA, SANZE GINA, pasteur défroqué  OGUERE alias OGRE, VONDO porte-parole du KNK , SOCRATE LE VRAI ET VÉRITABLE HÉRITIER DU TRÔNE DE BOZIZE, le sais-tu COPILOTE FRANCIS ? » qui aviez conseillé le Président BOZIZE d’aller célébrer le 13 août  à l’extérieur de la RCA ; Est-ce le petit nombre de la DIASPORA centrafricaine en France qui a élu BOZIZE au premier tour ? Sont-ils plus nombreux que les Centrafricains de la CENTRAFRIQUE ? Aviez-vous pensé à ce Peuple que vous aviez loyalement ignoré et négligé ? Que dites vous de 2016 ?

3-    Sachez que toute la République, la jeunesse  vous observe et vous suit ainsi que la soi-disant majorité de « PROSTITUEES DE GRAND CHEMIN » et « PIRATES DE HAUTE MER »qui sera la première à se rallier au prochain locataire du Palais de la Renaissance

4-    Général Président « PILOTE ET COMMANDANT DE BORD DE L’AVION MYSTÈRE CENTRAFRIQUE » Etes- vous CONSCIENT DE CE QUI SE PASSE AUTOUR DE VOUS ? OÙ VEULENT-ILS VOUS EMMENER CEUX À QUI VOUS DONNEZ A MANGER ?

A BON ENTENDEUR SALUT !

 

Jean-Paul NGANATOUA (Bangui)

 

 

 

  NDLR : Un autre compatriote s'adresse à Bozizé sous forme de lettre ouverte

 

 

  

J’ai opté pour la sincérité plutôt que la langue de bois

En ma qualité de citoyen centrafricain, jouissant de tous mes droits, civiques et politiques, je me permets de vous adresser M. Le président cette lettre ouverte. Peut-être que vous ne la lirez jamais, mais

votre service de presse, s'il est crédible, se chargera de vous tenir informé conformément à la déontologie.

 
Je voudrais par cette lettre ouverte non seulement vous rappeler un certain nombre de faits relatifs à notre chère patrie, mais aussi porter à votre connaissance ce qui suit.


En effet, M. Le président, je ne m'empêchais de clamer haut et fort que vous êtes capable jouer à la réconciliation de notre peuple et œuvrer à une véritable paix sociale en Centrafrique. Loin s'en faut, j'ai vite déchanté.

Excellence, je ne voudrais pas parler de votre bilan qui est nul et décevant au superlatif absolu. Je me permettrais de prendre seulement quelques exemples récents pour illustrer mes propos car en effet, ce et démontrer à suffisance votre méchanceté envers notre pays.


En tant que citoyen vivant dans une société organisée, j'ai des expériences, des réactions, des responsabilités en tant que citoyen. Et la société organisée a d'abord pour mission, d'aider les citoyens organiser leurs Vies et leurs destins de façon la meilleure possible. De part cette logique, je ne suis pas prêt à me laisser entraîner une dérive politique. Que l'on soit politicien ou non, on a quelque chose à dire sur la situation politique, économique, sociale et culturelle de son pays.

On ne peut pas se dire Etat souverain et se permettre de fouler aux pieds cette liberté acquise au nom de tout le peuple centrafricain du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est. Cette conquête pour la liberté et la souveraineté de feu Président fondateur Barthélémy Boganda ne doit pas être Sali et bafoué par tout nouveau Président successeur. D’ailleurs, c’est pour cette raison que nous sommes moins considérés par les autres pays d’Afrique centrale (voir le cas de la réunion de cemac à Brazzaville).

-Je me demande, Mr le Président, pourquoi aviez vous décidé de venir célébrer une fête nationale sur la terre de ce même pays qui nous a opprimé durant des siècles, nous privant de nos liberté avec des conséquences culturelles que nous connaissons et subissons?

-Pourquoi dérogez-vous aujourd’hui cette règle qui à été établie depuis le fondement de la république Centrafricaine de fêter les 13 août sur le territoire de notre pays ?     

J’ai choisi la sincérité plutôt que la langue de bois afin de pousser aussi les hommes politiques Centrafricains à prendre conscience de leurs propres échecs et de prendre en main le destin ce peuples meurtri.

FEREOL-SANA Jean Francis

   

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion