Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 01:19

 

 

 

 

 

pasteur Bozizé

Radio Ndéké Luka Lundi, 28 Mai 2012 13:41

Le président centrafricain François Bozizé a rajouté une charge supplémentaire à sa casquette de dirigeant de son pays. Il a été ordonné le 27 mai 2012, Grand-chef des églises du Christianisme céleste en Centrafrique par 2 Chefs suprêmes évangélistes venus du Benin. Le sacre a eu lieu à la paroisse Saint Horeb de Bambari (centre-est) situé au quartier Oubada II dans le groupement Kidjigra.

Selon le maître de Bangui, en plus de sa lourde tâche quotidienne qui est celle de conduire la destinée de la République centrafricaine,  il doit aussi servir. L’église céleste dans sa mission œuvre non seulement pour la divinité, mais aussi pour la culture de la paix et le développement.

Quant à un des responsables de la paroisse Saint Horeb de Bambari, bientôt, cette église étendra ses activités à Ippy nord-est) et Ndassima (centre-est). A ces villes Bangui, Bouar, Bossangoa, Yaloké (nord-ouest).

Il faut dire que la RCA est l’un des pays africains où les confessions religieuses prolifèrent. En dépit de multiples lieux de cultes et prières, le pays fait toujours face aux violences et conflits armés.

 

NDLR : L’activisme de Bozizé pour sa secte devient de plus en plus insupportable pour les Centrafricains qui doivent réfléchir désormais à la nécessité de tirer leçon du cas Bozizé et d’inscrire dans la constitution du pays une disposition qui interdit au président de la République de cumuler la charge de sa fonction avec celle de pasteur ou de gourou d’une quelconque secte. La République centrafricaine étant un Etat laïc, on ne peut admettre que son président de la République se transforme en un pasteur faisant du prosélytisme et passe le plus clair de son temps aux activités d’embrigadement et de lavage de cerveau d’une secte. C’est une violation de la Constitution passible de la Haute cour de justice. Bozizé abuse de la tolérance des Centrafricains. Trop c’est trop !   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique