Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 01:05

 

 

palmeraie

 

 Bozizé fait du sport

 

Bangui, 23 février (C.A.P) - Le mardi 21 février 2012, le Président Bozizé, Président du Conseil Spécial de Surveillance et de Redressement des Entreprises et Offices publics a effectué une visite qualifiée « d’inopinée » à l'usine Centrapalm de Bossongo mais à laquelle ont été associés un gratin de membres du gouvernement, ses collaborateurs, des cadres de son parti et le Préfet de la Préfecture de la Lobaye entre autres, rapporte radio Centrafrique.

Cette visite a donné à Bozizé l’occasion de tenir une réunion de plus de quatre heures d’horloge avec tout ce beau monde auquel il faut rajouter la population de Bossongo, le personnel de l’entreprise, les syndicats, le comité ad hoc de gestion de cette structure industrielle agro-alimentaire, rapporte la même source.

Présentée comme un médecin au chevet d’un malade agonisant, ce qui donne plus d’une raison d’espérer à ce dernier, cette visite de Bozizé mais surtout sa réunion – d’un genre certes nouveau en matière de gestion – a surtout servi de prétexte à la stigmatisation de deux anciens responsables de Centrapalm, MM. Joël Beassem qui a quitté l’entreprise depuis belle lurette et Edouard Akpékabou dernier DG (qu’on vient de porter à sa dernière demeure), comme étant les fossoyeurs de cette entreprise, pour avoir prétendument dilapidé tous ses fonds.

On note en passant et comme par hasard, que le nom de l’un des derniers présidents du conseil d’administration de Centrapalm, Francis Nganawara n’est nullement cité parmi les responsables du naufrage de cette boîte. Au terme de cette visite, le « milliardaire de Boy-Rabe » Fidèle Gouandjika, actuel ministre de l’agriculture et ministre de tutelle de cette entreprise, a exprimé sa joie et sa confiance en l’avenir de celle-ci « à l’heure des nouvelles technologies », a-t-il dit.

Sur le chemin de retour, Bozizé a marqué un arrêt au site de construction de la cimenterie en construction à Nzila (10 km de Bangui, axe Mbaïki) où selon lui, les premiers sacs de ciment de cette usine seront disponibles au mois de septembre 2012. A rappeler que lors de la cérémonie de pose de première pierre de la construction de cette cimenterie, Bozizé avait initialement promis aux Centrafricains les premiers sacs de ciment pour juin 2009.

Bozizé ne faire croire à personne qu'il vient seulement de découvrir la situation catastrophique des sociétés d'Etat et offices publics dont il a pourtant depuis neuf ans qu'il est à la tête du pays, nommé lui-même les responsables et différents membres des conseils d'administration. A quelques jours de l'arrivée à Bangui d'une mission du FMI, ses gesticulations ont sans doute pour but de dresser un écran de fumée pour tenter de donner l'impression qu'il veillerait à la bonne marche et gestion des entreprises d'Etat dont il vient de s'auto-attribuer le prétendu redressement. Personne ne peut en être dupe.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation