Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 02:21

 

 

Bozizé à Bruxelles le 17 juin 2011

 

La hantise de Bozizé d’être renversé par un coup d’Etat qui viendrait de Paris en général et en particulier du milieu des anciens militaires Yakoma exilés en France et qui seraient en connexion avec ceux de Brazzaville pour l’évincer ne date pas d’aujourd’hui. De ce point de vue, les agitations d’un certaine capitaine Joachim Kokaté et d’un ancien garde-corps du général André Kolingba, un certain  Firmin Zouga  semblent donner de l’insomnie à Bozizé et ses sécurocrates.

Une autre source d’inquiétude pour lui, serait la récente descente des éléments de Baba Ladé jusqu’à 8 kilomètres de Bambari ainsi que près de la ville minière de Bria, avec pour objectif de couper Bangui de tout l’Est du pays et de réduire le champ d’action de Bozizé en l’étouffant à Bangui. Ce schéma dont on parle abondamment dans certains milieux à Bangui, aurait dit-on décidé Idriss Deby à vouloir renverser Bozizé pour installer un autre pantin à sa place, plus malléable encore, avec comme conséquence une quasi-annexion de la RCA au Tchad voisin des régions qui partiraient depuis les confins de l’Ouham-Pendé jusqu’à la zone pétrolifère de Ndélé et Birao où des colonies tchadiennes et des bataillons des FAT s’installeront. Ainsi le Nord et le Nord/Est de la RCA ressembleront désormais aux zones occupées par le Rwanda à l’Est de la République Démocratique du Congo, c'est à dire des zones économiquement utiles pour le Tchad.

La troisième  possibilité ou hypothèse d’un coup d’état qui fait aussi peur à Bozizé viendrait de son propre fils Jean Francis dont la soif de s’installer au pouvoir se fait de plus en plus sentir face à la puissance affichée d’un autre qui se verrait bien aussi à la place du Khalife, à savoir le tout puissant et milliardaire ministre d’Etat, Sylvain Ndoutingaï dont les rapports avec le rejeton de Bozizé sont des plus exécrables.

Autre préoccupation actuelle du pouvoir bozizéen qui n’a rien à voir avec les questions de coup d’Etat qui est néanmoins un souci majeur, c’est comment casser l’influence de Centrafrique-Presse avec ses révélations quotidiennes si dérangeantes dont la galaxie bozizéenne se passerait bien volontiers. Selon nos informations de source sûre, il a été décidé par le pouvoir de mettre en place une stratégie pour briser l'influence et l'audience de plus en plus croissante de Centrafrique-Presse sur le web. Nous voilà avertis.

Pour revenir au réseau d’espionnage mis en place par le pouvoir bozizéen en France dont C.A.P en a parlé dans sa récente parution, il est confirmé que c’est bel et bien Salomon Kotro qui en est le chef de file. Ancien gendarme qui a fui Bangui suite aux troubles de la fin des années 90, il aurait travaillé quelques années comme huissier au Sénat à Paris par le truchement de son grand-frère Mathias Kandas Wabaï, directeur financier à la mairie d’Evreux, enseignant à l’université de Lille et assez proche de Jean Louis Debré, président du Conseil  constitutionnel français.

Après la nomination comme ministre de Zingas, Salomon Kotro a démissionné de son boulot et est allé suivre une formation d’expert en diamant en Belgique pour mettre en place une affaire avec Zingas. Mais c’est sans compter avec la boulimie du clan Bozizé qui a tout verrouillé dans ce secteur. Dès lors Kotro prend ses distances avec le RDC, descend à Satéma sur instigation de Zingas et Socrate Bozizé puis commence à mettre en place le plan de campagne du KNK. C’est donc son profil de gendarme qui a plu aux Bozizé au point de faire de lui, via Elie Ouefio secrétaire général du KNK dont tout le réseau d’espionnage en France est constitué exclusivement de Yakoma.  Salet Tocky de Bangassou, Mbaya des environs de Limassa et Kotro de Satema.

D’ailleurs il se dit à Bangui que vu le danger que représente la place de Paris pour le pouvoir, il se pourrait qu’Elie Ouefio soit nommé Ambassadeur à Paris. Attendons de voir. Cela fait du monde dans les starting-blocks  pour ce poste diplomatique de Paris. Le PM Faustin Touadéra serait aussi un des concurrents ainsi que Désiré Kolingba qui se verrait bien aussi ambassadeur à Paris. Il y a Bruxelles aussi qui n'a pas d'ambassadeur de Centrafrique sinon le pauvre chargé d'affaires et nullissime Abel Sabono qui se bat en vain comme un pauvre diable pour être absolument nommé.   

Rédaction C.A.P

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique