Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 02:37

 

 

F Bozizé Yangouvonda

 

 

Convaincu qu'il peut tout régler militairement, Bozize refuse à présent d’entendre parler d’un quelconque dialogue avec les mouvements politico-militaires ou rébellions. Il pense avoir le  soutien de la France et de ses pairs d'Afrique centrale donc il peut foncer. Il tient à acquérir au moins deux hélicoptères de combat afin de disposer comme son parrain tchadien Idriss Déby, d’une supériorité aérienne sur les rébellions qui continuent encore de l’embêter, notamment celle de la CPJP et de l’APRD.

C’est ainsi qu’il a pris rendez-vous avec deux trafiquants d'armes russo-anglais qui sont en Guinée Conakry et qui se sont pointés à Bangui il y a quelques semaines par jet spécial pour négocier l'achat de deux hélicos de combat contre des diamants. Malheureusement pour lui, quand les services spéciaux occidentaux qui suivent à la trace ces gens par ailleurs amis du fantasque putschiste guinéen Moussa Dadis Camara ont constaté qu'ils avaient rendez vous avec Bozizé, ils ont appelé son fils Jean Francis pour lui signifier le danger qu’il y avait pour son père à recevoir ces trafiquants d'armes recherchés du reste par la CPI.

Pas téméraire, Bozizé a donc pris peur et a reporté sine die cette rencontre avec les trafiquants d’armes très remontés après lui qui ont dû reprendre leur vol pour Conakry sans l’avoir vu.

En attendant d’avoir des hélicoptères, il est obligé de se contenter de poursuivre les combats au sol notamment dans la région de Ndélé contre la rébellion de la CPJP. Plusieurs témoins à Bangui affirment avoir vu ces dernières 48 h des véhicules bourrés de militaires quitter la capitale en direction du Nord Est, sans doute vers Ndélé où se dessine la perspective de sérieux affrontements dans les prochains jours entre les Faca et les éléments de la CPJP.

On le voit, Bozizé n’est plus pressé d’aller aux élections dans l'immédiat. Il fait même tout pour retarder au maximum les échéances en ayant déjà commencé le travail de préparation des mentalités. Dans ses récentes déclarations publiques, il insiste désormais beaucoup sur la nécessité de régler d'abord le problème de sécurité et de pacifier le pays avant de tenir les élections, argument développé à l’origine par l’opposition à l’appui de sa demande de report des élections et qu’il ne voulait pourtant pas entendre.

Maintenant, c’est lui qui demande au gouvernement de quitter le processus DDR et veut en découdre militairement avec la CPJP et sans doute après avec l’APRD.

Selon nos informations, alors que le comité de pilotage du DDR tenait réunion il y a trois jours pour débattre de l'envoi d'une mission dans zones de l'APRD afin de lancer le démarrage de la vérification des listes des combattants et les informer sur un projet de l'Union Européenne que va exécuter la FAO si ces derniers acceptent d’être désarmés, subitement Stanislas Mbangot, conseiller de Bozizé quitte la salle de la réunion pour répondre à un coup de fil. A son retour il annonce à l'assistance le retrait de la partie gouvernementale de la mission.

Cette annonce a jeté un froid sur les participants qui se sont séparés en désordre. L'Ambassadeur de l'Union Européenne a même dû demander à Mbangot de lui préciser les raisons de cette décision qui va retarder encore le processus DDR. On ne peut comprendre qu'un gouvernement refuse l'exécution d'un projet destiné à donner à manger à la population des zones qui ont tant souffert de plusieurs années de conflit. Ce projet permettrait aussi aux ex combattants de retrouver leur vie antérieure avec à la clef, la possession par eux d’un champ au sein d'un groupement et une réinsertion dans la société.

Du coup les partenaires se demandent qui veut vraiment la paix en Centrafrique. On espère qu'avec l'arrivée annoncée pour ce mercredi de l'ambassadeur Jan Grauls à Bangui, des consultations seront faites pour trouver une solution en ramenant Bozizé à la raison.

 

Centrafrique: "De violents combats" (rebelles)

Par Europe1.fr  le 09 Juin 2010 à 22h58

L'armée centrafricaine et la rébellion de Charles Massi, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), s'affronteraient depuis le 23 mai dans la région de Ndélé (Nord-est) d'après Abdoulaye Hissène, un chef de la CPJP. Les autorités du pays n'ont pas confirmé ces "violents combats"."Nous attendions un dialogue avec le gouvernement pour entrer dans le processus de paix et de DDR (Désarmement, démobilisation, réinsertion des ex-combattants) mais au lieu de ça, on nous attaque" a assuré le commandant.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique