Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 04:48

 

 

 


Oguéré Ngaikoumon Louis

 


Bangui 3 décembre C.A.P – C’est l’ambassadeur de Centrafrique au Cameroun Louis Oguéré Ngaikoumon que Bozizé a chargé d’assurer l’intérim des fonctions de Secrétaire Général de son propre parti, le KNK après l’éviction dans des circonstances aussi brutales que rocambolesques de sieur Elie Oueifio pour des raisons sur lesquelles le coin de voile commence seulement à se lever. Jusqu’à présent, des éléments de la garde présidentielle montent la garde devant le siège du KNK et au domicile de ce dernier.


Bozizé reproche en effet à Elie Oueifio pas moins que d’être tombé dans des « pièges méandreux » tendus par des gens qui voulaient infiltrer le régime. C’est la traduction par Bozizé de la pratique de Elie Oueifio qui consistait à monnayer quasiment toutes les nominations à divers postes de l’administration territoriale tels que celui de président de délégation spéciale des villes, de sous-préfet, préfet, et que sait-on encore… !

 

Elie Oueifio est coutumier du genre car selon des informations crédibles recueillies auprès de nombreux cadres du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, précédait systématiquement au monnayage de sa signature pour la délivrance de certains documents administratifs comme les passeports, permis de port d’arme, licence de débit de boisson et autres, lorsqu’il fut ministre.

 

La chute d’Elie Oueifio entraîne aussi ipso facto la disgrâce de certains de ses sous-fifres et autres obligés et protégés dans les structures du KNK notamment en France où beaucoup n’hésitent pas à montrer du doigt le très controversé Maurice Ouambo alias Djento, également chargé de mission de la diaspora souvent accusé d’être un fichiste à ses heures pour Bozizé mais aussi parfois soupçonné d’être en même temps un informateur de l’opposition.

 

Pour un parti au pouvoir, le spectacle qu’offre le KNK depuis qu’il a été porté sur les fonts baptismaux est assez pitoyable et prouve l’inconsistance de cet appareil crée de toute pièce par Bozizé pour les besoins de sa réélection de 2011 mais démonstration est faite qu’il n’est pas à la hauteur des nombreux et redoutables défis qui se présentent aujourd’hui devant son président fondateur qui manque par ailleurs singulièrement d’envergure. Plusieurs individus qui y sont attirés par des considérations de prébendes et de prédation ne cessent de se tirer dans le pattes et de se neutraliser.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique