Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 12:22

 

 

 

flash.JPG

 

 



Bangui, 14 nov (CAP) – Selon des informations émanant de certaines sources recoupées auprès du général François Bozizé ayant requis l’anonymat, ce dernier à qui on prête l’intention de vouloir être de nouveau candidat à sa propre succession en 2016 mais doit pour cela préalablement faire procéder à un modification constitutionnelle, aurait commencé les grandes manœuvres visant à sauter le verrou constitutionnel par la voie parlementaire.


Toujours d’après nos sources, Bozizé serait actuellement en train d’acquérir près d’une centaine de véhicules dont il envisage de cadeauter tous les députés de son parti KNK afin que ceux-ci ne puissent nullement hésiter à voter d’un seul homme le projet de loi portant modification des deux articles de la constitution, les articles 24 et 108, qui pour le moment, l’empêchent de briguer un autre mandat présidentiel en 2016.


En effet, afin d’introduire dans la constitution un article créant un sénat comme seconde chambre parlementaire dans le pays, un autre article abolissant la peine de mort puis un autre adoptant le nouveau texte du code électoral qui vient d’être validé par consensus par l’ensemble de la classe politique à l’issue du troisième atelier de toilettage de ce document.


Le gouvernement compte également réformer la constitution pour y inclure une disposition pour éviter les cas de vide constitutionnel au sommet de l’Etat pouvant résulter d’un retard dans la tenue de l’élection présidentielle, situation concrètement vécue par le pays en 2010.  Bozizé compte profiter donc de cette occasion pour régler le problème des dispositions constitutionnelles qui, si elles n’étaient pas modifiées, l’empêchent d’être à nouveau candidat au fauteuil présidentiel en 2016 étant bien entendu que son mandat actuel est le second et dernier prévu par l’actuelle constitution.


Ainsi, comme certains de ses homologues africains avant lui avec des fortunes diverses, Bozizé est lui aussi en train de succomber à la tentation et mode des modifications constitutionnelles à l’instar du vieux Abdoulaye Wade, Mamadou Tandja, Paul Biya, Denis Sassou Nguesso, Idriss Déby, Omar Bongo Ondimba, Abdelaziz Bouteflika. Il faut fortement espérer que les Centrafricains et aussi la communauté internationale ne le laissent pas ainsi manipuler la constitution de la RCA à sa guise.

 

Complètement aveuglé par sa seule volonté de mourir au pouvoir ou éventuellement de ne le laisser qu’à un de ses fils, Bozizé semble décidé à n’écouter personne, exactement comme le « gorgui » sénégalais Abdoulaye Wade qui l’a appris à ses dépens ou encore Mamadou Tandja du Niger qui a fini par payer le prix fort de son inutile entêtement.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique