Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 01:29

 

 

Bozize KNK

 

 

Bakchich dimanche 3 octobre par Francesca Gasse

Arnaque à l’africaine

La collaboration sino-africaine connaît encore quelques ratés. Ainsi le fils du bon président centrafricain François Bozizé a-t-il été délesté de près de 100 000 euros à Paris, le plus naturellement du monde. Le petit Kevin, pas encore 30 ans, en balade dans la Ville lumière, se pique d’acheter un peu d’or. Pour commencer petit, il prête 100 000 euros à un intermédiaire. Un « cuisinier sarthois », comme le désignent les flics, qui répond au doux nom de… Zhenping Xia. À charge pour le cuistot de trouver des revendeurs. Armés de faux documents de douanes, deux escrocs camerounais délestent Zhenping des 100 000 euros sans jamais lui livrer l’or. Un peu chocolat de s’être fait rouler dans une farine bien peu précieuse, le couple sino-centrafricain a porté plainte. L’un des escrocs a été arrêté le 5 septembre. Sans qu’aucune trace ni du grisbi ni de l’or ait été retrouvée. Après les diamants de Bokassa, l’or perdu de Bozizé. La Centrafrique continue d’écrire sa légende…

 

NDLR : Les Centrafricains en ont qu'assez et veulent en finir avec les présidents commerçants et hommes d'affaires comme Bozizé qui, depuis son arrestation avec sa mallette de diamants à Dusseldorf en juin 2004, n'a eu de cesse de souiller l'image de marque de la République centrafricaine. On se souvient aussi qu'un fay man camerounais avait arnaqué Mme Monique Bozizé d'une somme de 25 millions de F CFA qu'il lui avait promis de multiplier Firmin Feindiro, le procureur en service commandé des Bozizé avait fait arrêter le camerounais qui fut détenu plusieurs semaines à la SRI mais craignant que son procès ne puisse entraîner un indécent déballage préjudiciable à la Première dame, le fay man fut purement et simplement remis en liberté.  Une seule solution : BOZIZE DOIT PARTIR !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique