Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 00:13

 

 

Patass é décorant Bozize

 

Selon des informations d’une source sûre qui a désiré conserver l’anonymat, la caution financière de Patassé pour l’élection présidentielle et celle des candidats qu'il parraine à la députation ont réellement été payées par Bozizé qui aurait demandé à la CEI  de restituer à Patassé son argent, et c’est lui qui a payé à sa place 20 millions de F CFA. Le jour de la clôture des candidatures en effet, Patassé a envoyé un émissaire payer sa caution et celle de ses candidats à la députation pour un montant d'une dizaine de millions de F CFA environs (entre 11 et 12 millions).

Quand Bozizé l’a appris, il a demandé à la CEI de restituer à Patassé son argent, et a remis 20 millions à l'émissaire de Patassé pour le règlement de sa caution et celle de ses députés. Bozizé a donc pris cela en charge, avec même un surplus, pour que Patassé puisse mettre du beurre dans ses épinards. Quand on vous dit que ce sont deux larrons… ! Selon des informations dignes de fois, le même Patassé qui a dû se rendre à l’évidence que personne ne veut de sa médiation dans la crise électorale, ne devrait pas tarder à rendre son tablier à son compère Bozizé.

 Bozizé ne sait plus où donner de la tête

Outre le groupement des partis politiques de la majorité présidentielle qui lui ont adressé une lettre lui demandant de reporter les élections afin de mieux les préparer en prenant en considération les revendications de l’opposition, Bozizé est soumis à de telles pressions qu’il ne sait plus à quel saint se vouer. Les rapports lui arrivent de partout faisant état des manquements et carences de toutes sortes surtout en province.  

Les brigades de gendarmerie lui ont aussi fait unanimement un rapport accablant sur les dégâts causés par les commissaires de la CEI envoyés dans l’arrière-pays pour la prétendue révision des listes électorales. Ces fameux commissaires ont détourné les sous destinés aux comités locaux et aux soi-disant agents recenseurs qui  n'ont même pas été formés comme prévu. C'est un travail totalement bâclé, indigne d'une CEI.

Le président du Comité de suivi des recommandations du DPI, pourtant aussi conseiller spécial de Bozizé, Henri Maïdou y est également allé de sa partition en adressant aussi à Bozizé un résumé de son rapport qui donne les mêmes conclusions. Paradoxalement, Bozizé est furax contre Maïdou. Va-t-il aussi le limoger comme Gonda et Oueifio?

Toujours selon nos informations, même l’OIF en aurait ras le bol de l’autisme de Bozizé et menacerait même de ne plus l’assister s’il ne prenait pas en compte les recommandations notamment formulées au nom de la Francophonie lors du récent passage à Bangui de l’ex président burundais Pierre Buyoya. Ce que tout ce monde ne comprend pas est que Bozizé n’obéit qu’à son gourou béninois de leur église sectaire du Christianisme céleste.  C’est donc ce gourou qui a l’habitude de marcher pieds nus qu’il faut chercher à convaincre et non Bozizé.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique