Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 23:34


bonne-annee

bozize-stylise

 

Source : Blog de Makaila Lundi 18 janvier 2010 1 18 /01 /2010 16:31

Depuis quelques jours, des tristes nouvelles faisant état de la mort du chef rebelle Charles Massi suite aux tortures subies en prison centrafricaine. Souvenez vous que ce chef rebelle centrafricain aurait été capturé par la milice de Deby avant d’être cédé discrètement à Bozizé. Connaissant l’influence démesurée de Deby sur Bozizé, nous craignons fort bien que ce dernier soit formé aux méthodes extrêmement inhumaines de torture et de violation des droits de l’homme dans lequel Deby a excellé depuis son ascension au pouvoir. Bozizé serait il en train de copier  Deby qu’il appelle affectueusement grand frère et lequel se réclame d’avoir installé son petit frère président en Centrafrique grâce aux actions de sa milice du Tchad?

Si tel est le cas, il est attendu des lendemains sombres pour le peuple centrafricain ?

Nous avons encore à l’esprit les exécutions extra judicaires et sommaires des opposants et syndicalistes tchadiens qui son entre autres : Maitre Joseph Beidi, Moise Ketté, Laoukein bardei, Gueti, Abbas Koti et tout dernièrement Ibni Saleh Mahamat. Il refuse de livrer ses restes à ses parents et la communauté tant nationale qu’internationale reste impuissante.

Agée seulement de 10 ans, j’ai du faire des centaines de kilomètres à pied avec des bagages à la tête, fuyant les atrocités de Deby lors de la campagne de décimation des sudistes en septembre noir de 1984, initiée et dirigée par Idriss Deby, ancien chef d’Etat Major de Hissein Habré. Cet homme est la plus grande sanguinaire que le Tchad ait jamais connu. Ils avaient égorgé en ce temps plusieurs habitants du sud dont le frère du chef de race de Moissala. D’autres langues disent à tort ou à raison qu’il se nourrit du sang humain. Pour devoir de mémoire, nous n’oublierons jamais ces atrocités et Deby répondra un jour de ses actes.

Le peuple centrafricain est averti.

 

Daniel hongramngaye

BP 69742, Ndjamena Tchad

hongramngaye@yahoo.fr


NDLR C.A.P : Selon nos informations d'une source proche de Bozizé ayant requis l'anonymat, il n'est pas sûr qu'on retrouve le corps de Charles Massi. Il aurait fini comme le martyr tchadien Ibni Omar Mahamat Saleh, avec la différence que pour Massi, le lieutenant tortionnaire de la garde présidentielle Abel Dénamganai devrait donner quelques explications à la justice. 
Ce serait donc par pure vengeance qu'i a fait connaître à Charles Massi le sort que l'on sait désormais. Il lui impute l'attaque contre la garnison de Bossembélé le 13 février 2009 que Charles Massi a revendiquée au nom de la rébellion de la CPJP. Bozizé ne lui aurait donc pas pardonné d'avoir perpétré cette attaque au moment même où il était en deuil pour sa mère qui venait de décéder et qui n'était pas encore inhumée. Voilà la "faute" que Massi a payée au prix de sa vie. Où va-t-on désormais en Centrafrique ? Si ce n'est pas la jungle, ça y ressemble !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique