Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 02:30

 

 

 

Bozizé perdu

 

 

Si sur la liste des douze personnes qu’il a proposées pour faire partie du gouvernement d’union nationale, seulement deux (ndlr : il s’agit d’Albert Besse et le général Sylvestre Yangongo) ont été recalées et les dix autres ont été retenues, Bozizé a encore fait quelques heureux supplémentaires , notamment Dieudonné Tokofeissé, dont le nom ne figurait pas sur la liste initialement remise au PM, qui fut précisément l’ex-dircab de l’ex-ministre des finances Albert Besse, qui a été mal inspiré de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué en annonçant urbi et orbi qu’il allait rempiler à la tête de ce ministère.


Du gouvernement Touadéra 3, seuls six individus sont reconduits dans le gouvernement d’union nationale pour le compte de Bozizé. Anicet Parfait Mbay, Josué Binoua, qui change néanmoins de portefeuille, Jacques Mbosso qui demeure toujours à la justice, Théodore Jousso, Mme Dorothée Malenzapa et Antoine Gambi. Un véritable ouragan a donc soufflé qui a balayé quasiment tout le monde à commencer par le mathématicien de Boy-Rabe Faustin Touadéra.


Il y a l’autre milliardaire de Boy-Rabe, Fidèle Ngouandjika, Karim Meckassoua, Jean Willybiro-Sako, Albert Besse, Jean Michel Mandaba, Maryline Roosalem, Claude-Richard Gouandja, Sylvie Mazoungou, Mme Marguérite Petrokoni, Alfred Poloko, Noel Ramadan, Youssoufa Yerima Mandjo, Jean Serge Bokassa. Les autres membres de ce gouvernement Touadéra 3 que sont Francis  Bozizé, Firmin Findiro et Sylvain Ndoutingaï, n’avaient pas attendu la démission collective post-accords de Libreville.


Le gouvernement d’union nationale a fait surtout plusieurs déçus et mécontents à la fois dans le clan de Bozizé. C’est le cas de ceux-là mêmes qui se sont démenés comme des pauvres diables pour en faire partie et qui malheureusement pour eux, n’ont pas été retenus.  Il s’agit notamment selon nos informations, de Cyriaque Gonda, dont la pénitence amorcée après son brutal limogeage du gouvernement, a repris du poil de la bête, convolé en justes noces et bombardé porte-parole des partis de la majorité présidentielle. Il ne se voyait pas moins que Vice-Premier Ministre chargé des Affaires étrangères, exactement ce qu’est devenu Parfait Mbay qui lui, se contentait de briser les grèves des transporteurs des chauffeurs de taxis et minibus, flatter Bozizé avec le mouchardage, les fiches mensongères de renseignement. Visiblement la méthode Mbay est plus efficace auprès de Bozizé.


 Louis Oguéré Ngaikoumon, SG du KNK, fait aussi partie des déçus mécontents. Il avait beaucoup tablé sur le soutien de l’association Sodebos pour plaider sa cause auprès de Bozizé mais en vain. Il se voyait ministre de l’éducation nationale après avoir été par le passé directeur des œuvres universitaires et ambassadeur de Centrafrique à Yaoundé. Il est désormais inscrit sur la « black list » du Quai d’Orsay à Paris pour avoir été recensé comme un des commanditaires du caillassage de l’ambassade de France à Bangui par les jeunes désoeuvrés qu’ils ont rétribués à cet effet, au moment de l’avancée de Séléka vers la capitale.


Albert Besse quant à lui, ne décolère pas contre Dieudonné Tokofeissé qu’il regrette d’avoir fait prince en l’ayant fait nommer directeur de la conservation foncière lorsque lui-même quittait ce poste pour entrer au gouvernement, puis pour l’avoir pris comme son dircab au ministère des finances. Le voilà aujourd’hui ministre délégué au budget alors que lui Besse n’est plus au gouvernement.  


D’après Albert Besse, Tokofeissé l’aurait trahi en bénéficiant du discret soutien et lobbying d’une des maîtresses de Bozizé pour entrer au gouvernement.  Albert Besse et Dieudonné Tokofeissé ont tous les deux une réputation sulfureuse. Pour avoir occupé tous les deux les fonctions de directeur de la conservation foncière, ils sont devenus de gros propriétaires terriens immensément riches, possédant quasiment toute la ville de Bangui en termes de parcelles et terrains avec titres fonciers.


De gros doutes pèsent pourtant sur les diplômes de Dieudonné Tokofeissé qui se dit inspecteur des impôts. Il aurait effectivement été épinglé par la fameuse commission contrôle paiement du temps du PM Elie Doté. C’est Sodebos qui aurait plaidé son cas pour qu’il soit remis en selle. Naguère affecté à division des impôts du 3ème arrondissement, il se serait illustré par de nombreux rackets des musulmans de cet arrondissement de la capitale et a dû être ramené à la direction générale. C’est son parent Albert Besse qui, devant entrer au gouvernement, a pensé à lui pour sa succession comme directeur de la conservation foncière.


Le décret nommant les ministres du gouvernement d’union se contente simplement de désigner Dieudonné Tokofeissé comme ministre délégué au budget sans préciser auprès de qui ? Est-ce auprès du PM et ministre des finances Nicolas Tiangaye ou auprès de la présidence ? On ne tardera pas à le savoir dans les prochains jours. Avec un tel pedigree, on présume une très difficile collaboration avec le ministre titulaire des finances.

  

La Rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique