Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 02:33

 

 

Sarko-Bozize

 

 Sarkozy salue Bozizé tout en regardant ailleurs! 

 

Contrairement au différent compte-rendu fait par ses griots, les zélés ministrions Fidèle Gouandjika et Thierry Maléyombo depuis Paris, puis l’intéressé lui-même dès son retour à Bangui et enfin sa presse présidentielle, Bozizé a en réalité, été royalement ignoré non seulement par les responsables français malgré les apparences, mais aussi par certains de ses homologues africains invités au même titre que lui pour les cérémonies du 14 juillet à Paris. Sur le perron de l’Elysée, la photo officielle en témoigne, c’est à peine si le président Sarkozy avait envie de lui serrer la paluche.  

 C’est ainsi qu’il s’est rabattu sur le Secrétaire Général de l’Elysée, Claude Guéant. C’est donc à sa demande que celui-ci, accompagné du conseiller en chef de la cellule africaine du président Sarkozy, André Parant, s’est entretenu avec lui à son hôtel de la place de la Madeleine. Outre les propos purement diplomatiques tenus par le Secrétaire Général de l’Elysée dans la brève interview qu’il a accordée à la presse présidentielle de Bozizé, selon nos informations, les autorités françaises ne sont pas décidées à se laisser rouler dans la farine par Bozizé s’agissant du processus électoral en cours en Centrafrique.

L’appui que la France compte apporter pour la formation des soldats centrafricains et en logistique que Claude Guéant a déclaré pouvoir accorder à la RCA pour la lutte contre les bandits de la LRA de Joseph Kony ne sera mis en œuvre que si Bozizé s’engage clairement et fermement pour la tenue des élections selon le chronogramme proposé par la CEI et le comité de pilotage des élections. Il est hors de question de laisser Bozizé succomber à la tentation d’une situation à l’ivoirienne. N’est pas Laurent Gbagbo qui veut !

Toujours selon nos informations de source sûre, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Bozizé se pointe à l’hôtel Bristol dans l’espoir de rencontrer Denis Sassou Nguesso et Idriss Déby. Le protocole de ce dernier lui fait savoir qu’il dort. Bozizé insiste néanmoins pour ne serait-ce que lui parler au téléphone. On lui fait comprendre que Déby « dort profondément ». De guerre lasse, il finit par aller s’imposer dans la suite du président congolais pour se remettre de sa déception avec son homologue tchadien qui n’avait visiblement pas envie de le voir, il faut dire les choses comme elles sont. Dans les réponses aux questions que la presse d’Etat lui a posées à son retour à Bangui, Bozizé a déclaré qu’il a rencontré son grand frère Denis Sassou Nguesso « pour parler de tout et de rien ». Il s’est bien gardé de parler de ses déboires avec Idriss Déby. Le pauvre… ! C’est comme si la terre se dérobait désormais sous ses pieds.

Autre contrariété pour Bozizé, son sulfureux ami et complice mafieux Saifee DURBAR qui est actuellement en pension à la prison de la Santé, ayant appris qu’il était à Paris, réussit à obtenir spécialement une permission de sortie pour lui rendre visite à son hôtel. Bozizé ayant flairé que recevoir DURBAR représenterait sans doute pour lui davantage d’inconvénients que d’avantages, décide de ne pas recevoir son ami qui a pourtant beaucoup insisté, téléphonant même encore tard dans la nuit auprès des collaborateurs de Bozizé. Rien n’y fit.

Saifee DURBAR est en prison pour trois ans et pourrait sortir dans dix huit mois avec le mécanisme des remises de peine en cas de bonne conduite.

saifee-durbar2.jpg

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique