Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 00:28

 

 

Sud Est RCA

 

 

Mercredi, 24 Novembre 2010 14:07

 

La ville de Birao est attaquée ce 24 octobre 2010 aux environs de 10 h. Il y a eu des échanges de tirs entre les éléments de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix et les forces armées centrafricaines.

Aux dernières nouvelles, cette ville serait tombée entre les mains des rebelles de la CPJP (Conventions des patriotes pour la justice et la paix), une rébellion créée par Charles Massi, ancien ministre du président Bozizé.

La population se trouve actuellement à plus de trois km dans la brousse. Pour l’instant, aucune information n’est disponible sur l’identité des assaillants. Aucun bilan de l’attaque n’est pour l’instant connu.

Depuis le départ des forces de la Mission des Nations Unies en Centrafrique et au Tchad (Minurcat), cette ville de l’extrême nord-est de la RCA est prise par des rumeurs quasi-quotidiennes d’une éventuelle attaque.

 

 

Centrafrique : attaque rebelle sur la plus importante ville du nord-est

BANGUI (AFP) - 24.11.2010 15:49 - La plus importante ville du nord-est de la Centrafrique, Birao, a été visée par une attaque rebelle comprenant des membres de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) contraignant l'armée à se replier mercredi, a appris l'AFP de sources concordantes.

La plus importante ville du nord-est de la Centrafrique, Birao, a été visée par une attaque rebelle comprenant des membres de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) contraignant l'armée à se replier mercredi, a appris l'AFP de sources concordantes.

"Nos hommes ont fait l'objet vers 10 heures (9H00 GMT, mercredi) d'une attaque des éléments de la CPJP, mais qui feraient partie d'une coalition dont on ignore la composition pour l'instant", a déclaré une source du haut commandement militaire, sans donner de précision sur d'éventuelles victimes.

Selon cette source, "l'attaque a visé directement la base du détachement des Forces armées centrafricaine (Faca) à Birao", chef-lieu de la Vakaga, l'une des préfectures centrafricaines, et "nous avons donné des consignes à nos hommes d'opérer un repli en dehors de Birao (...) (pour) éviter au maximum des pertes au niveau des populations civiles".

Une source militaire de l'état-major à Bangui, a toutefois indiqué que les éléments gouvernementaux "ont été contraints de quitter la ville et se trouvent à une dizaine de kilomètres de Birao où ils attendent des consignes pour organiser la riposte", ajoutant qu'il y avait "eu des combats".

Joint par l'AFP en France, Joachim Kokaté, membre de la coordination de la CPJP a affirmé que les éléments sur le terrain de la CPJP "nous ont informé d'une attaque et la ville de Birao est tombée sous notre contrôle".

"Cette attaque a commencé hier (mardi) et s'est terminée ce matin (mercredi)", a dit M. Kokaté indiquant qu'"il y a des morts et des blessés", se réservant toutefois de donner un bilan précis.

La CPJP n'a pas signé les accords de paix en Centrafrique. Son principal dirigeant est l'ex-ministre Charles Massi dont les proches affirment qu'il a été torturé à mort en janvier dans une prison centrafricaine.

Le 18 juillet, militaires et rebelles de la CPJP et de l'aile dissidente du MLCJ (Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice et la paix, ex-rébellion) s'étaient affrontés à Birao.

Selon le ministre de la Défense, Jean-Francis Bozizé, ces combats avaient fait treize morts dans les rangs rebelles. Une source militaire avait indiqué qu'un militaire et deux membres de groupe d'autodéfense avaient également perdu la vie, portant le bilan à 16 morts.

La CPJP a par ailleurs récemment occupé dans l'est les villes de Yalinga (entre le 18 septembre et début octobre) et brièvement celle d'Ippy (le 16 octobre). Ces villes avaient été reprises par l'armée.

La Centrafrique est engagée depuis 2008 dans un processus de paix réunissant pouvoir, opposition et ex-rebellions pour tenter de mettre fin à des années d'instabilité et d'insécurité.

© 2010 AFP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation