Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 20:08

 

 

 

Obiang.jpg

 

LEMONDE.FR avec AFP | 28.09.11 | 18h44   •  Mis à jour le 28.09.11 | 18h47

Plusieurs véhicules appartenant à la famille du président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, ont été saisis, mercredi 28 septembre, par les juges français enquêtant sur les "biens mal acquis". "Nous nous sommes rendus aujourd'hui sur place avec l'ambassadeur de Guinée équatoriale, Federico Edjo, pour protester auprès des juges contre ces actes", a déclaré Me Olivier Pardo, un des avocats du président africain.

D'après Me Pardo, les saisies font suite à une perquisition effectuée le 21 septembre dans un immeuble de l'avenue Foch, dans le très chic 16e arrondissement de Paris, appartenant également à l'entourage du dirigeant équato-guinéen.

INFORMATION JUDICIAIRE DEPUIS 2008

Les magistrats instructeurs Roger Le Loire et René Grouman enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles plusieurs chefs d'Etat africains – Denis Sassou Nguesso, du Congo, Teodoro Obiang Nguema, de Guinée équatoriale, et le défunt chef d'Etat gabonais Omar Bongo Ondimba – ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France afin de déterminer si ces acquisitions relèvent du recel et du blanchiment de détournement de fonds publics étrangers.

Une information judiciaire entamée après une plainte qui avait été déposée en 2008 par Transparency International France (TIF).

Dans un communiqué transmis par ses trois avocats parisiens, la Guinée équatoriale a accusé l'enquête française sur les "biens mal acquis" de violer les règles du droit international et a évoqué des poursuites contre la France devant la justice internationale.

"La République de Guinée équatoriale, par la voix de ses avocats, élève la plus vive protestation face aux atteintes caractérisées à sa souveraineté qui se déroulent sous couvert d'une instruction judiciaire, volontairement médiatisée par des associations dont la légitimité reste à démontrer", selon le texte transmis par Mes Pardo, Isabelle Thomas-Werner et Ludovic Landivaux.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE