Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 03:35

 

 

 

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

 

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine

Contact: 70 90 92 78/ 75 20 49 36 – internewsrca@gmail.com - http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

 

Bangui, 10 Mars 2012

 RCA

 

Bangui : Une situation sanitaire dramatique dans le Nord selon l’IMC

« La situation sanitaire est dramatique, les gens vont mourir (…) s’il n’y a pas d’actions d’urgence », a déclaré samedi 10 mars, le Docteur Timothée Shelubale de l’ONG International Medical Corps (IMC), de retour d’une mission d’évaluation sanitaire dans le Nord sur l’axe Tiringoulou-Gordil – Sikikede – Boromata – Birao.

Cette mission d’évaluation initiale rapide sur la situation sanitaire après la réconciliation entre les deux groupes armés (UFDR et CPJP), en instance de désarmement, et le renforcement de la sécurité par la force tripartite Tchado-Soudano-Centrafricaine qui mène actuellement des patrouilles (le jour) sur l’axe « Tiringoulou-Gordil – Sikikede – Boromata – Birao »

Le constat fait avec cette mission est que dans les régions visitées, les maladies endémiques dont le Paludisme, Diarrhée, les infections respiratoires aiguës (IRA), les IST/VIH, la malnutrition aigüe, les complications de grossesses sont les causes du taux de mortalité estimé à 0,07 décès pour 10 000 habitants. D’après le Docteur Timothée Shelubale, à cause de l’absence de stratégies de contrôle, les maladies de l’enfance pouvant être prévenues par la vaccination comme les maladies épidémiques dont la méningite aigue bactérienne, avait causé 4 décès en deux mois (janvier et février 2012).

Il a fait remarquer qu’à Sikikédé par exemple, les services de santé sont confinés dans un petit bâtiment de trois pièces. « Les conditions de travail sont très mauvaises par manque d’espace et du personnel qualifié face au nombre de bénéficiaires à couvrir, les médicaments dotés ne sont pas suffisants pour couvrir tous les besoins des patients», a-t-il expliqué.

Selon lui, les derniers conflits ethniques armés entre les communautés Goula et Rounga survenus en Avril puis en Septembre 2011 ont aggravé la situation humanitaire dans la région non seulement en matière de santé, mais aussi avec des pertes en vies humaines, des maisons brulés et la destruction des services sociaux de base.

« La sécurité est très volatile, vu que les parties en conflits sont encore armées et gardent leurs positions respectives (certains éléments de l’UFDR travaillent dans la force mixte), a mentionné le Docteur Timothée Shelubale dans son rapport », ajoutant que la population se comporte en « observateur » et n’est pas convaincue du retour de la paix totale et définitive

Le rapport mentionne que la zone la plus sécurisée est celle entre Gordil – Manou jusqu’à Sikikédé ainsi que Tiringoulou. L’axe Tiringoulou – Ndiffa - Manou semble être perméable aux braqueurs, voleurs et bandits de tout genre, vu que les patrouilles y passent rarement (une moyenne d’un passage par semaine). L’IMC a proposé que les activités de consolidation de la paix se multiplient en urgence pour espérer pérenniser ce premier pas de pacification dans la région.

 

Bangui: Human rights watch demande plus d’efforts pour arrêter Joseph Kony

L’ONG américaine Human Right Watch a demandé plus d’efforts internationaux afin d’arrêter le commandant de l’Armée de résistance du seigneur(LRA) Joseph Kony. Cette déclaration a été publiée ce samedi sur son site internet après la campagne internet baptisée « Kony 2012 » lancée le 5 mars dernier à travers un documentaire par l’ONG ‘’Invisible children ‘’, et qui a déjà été visionné par environ 60 millions de personnes à travers le monde.

Cette campagne sollicite une mobilisation mondiale afin d’arrêter Joseph Kony avant la fin de l’année 2012 et le traduire devant la justice internationale. Pour Human Rights Watch, une simple campagne ne saurait permettre d’atteindre cet objectif, mais il faut plutôt une ferme volonté de collaboration des pays victimes des exactions de la LRA et plus d’efforts de leur part pour faciliter la lutte.

Human Rights Watch pense qu’en dehors de cette campagne initiée par ‘’Invisible Children’’, les Nations Unies et les Etats-Unis devraient mettre en place des dispositifs d’intervention et d’alerte rapide en matière d’intervention. Il faut rappeler que 100 conseillers militaires américains ont été déployés à Obo au sud-est de la République Centrafricaine afin d’appuyer les Forces armées des pays affectés par la LRA dans la traque de Joseph Kony et ses éléments jusqu’à la fin 2012.

‘’Invisible children’’ estime que si Kony n’est pas capturé avant la fin du mandat des américains dans la région, la situation sera plus compliquée pour les populations civiles. En réaction sur la campagne lancée par ‘’Invisible children’’, l’ONG Amnesty international a réagi vendredi en demandant que tout effort visant à capturer Joseph Kony se fasse dans le respect des droits de l’homme.

Il est à signaler que la LRA opère dans les pays d’Afrique centrale tels que la République centrafricaine, l’Ouganda, la République démocratique du Congo et le Sud-Soudan. La  communauté internationale estime que pour le moment Joseph Kony se trouverait sur le territoire centrafricain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire