Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:22


Ouandet.jpg

Selon une source proche de l’opposition tchadienne qui a joint dans la journée la rédaction du blog, plusieurs commerçants tchadiens vivant à Bangui (RCA) ont été interpellés par la police centrafricaine.

Il s’agit de :

   *     Elhadji Ibrahim Lawane ;

  *     Elhadji Moussa Ahmat ;

  *     Elhadji Abdallah Moussa ;

A l’heure où nous rédigeons  cette dépêche, ces paisibles citoyens tchadiens sont  détenus dans les locaux des services de renseignements centrafricains et risquent d’être extradés vers le Tchad où l’Agence Nationale pour la Sécurité (ANS), police politique du régime Deby, les attend de pied ferme.

Il convient de rappeler que  ces derniers temps, nous assistons à un  travail de coordination des actions  entre les services de renseignements tchadiens et centrafricains qui procèdent à des arrestations arbitraires d’opposants hostiles à Bozizé et Deby.

C’est ainsi que le Général Baba Laddé était tombé dans un traquenard, l’année dernière puis extradé sur Ndjaména et dont personne n’a des nouvelles de lui. Il en est de même pour l’opposant centrafricain Charles Massi, arrêté au Tchad et remis aux autorités de Bangui, et dont le sort réservé a été tragique.

Pour les opposants tchadiens et centrafricains, Bangui et Ndjaména sont devenus des zones à hauts risques et infréquentables.

Ces arrestations récurrentes interviennent  alors que le régime tchadien par la voix d’Idriss Deby prétend appeler au dialogue l’opposition armée tchadienne.

Quelle ambivalence et décalage dans les déclarations et les actes du régime en place au Tchad ?

Le pouvoir d’Idriss Deby est trahi généralement par sa mauvaise foi qui caractérise son bilan de vingt  (20) de règne autoritaire similaire à des régimes d’exceptions qui se sont succédé dans le pays.

Par ailleurs, nous rappelons aux autorités de Bangui qui assurent le rôle de suppôt au régime Deby, qu’elles seront tenues responsables des dérives liberticides qui se déroulent au Tchad avec leur complicité engagée.

Nous demandons aux organisations centrafricaines de défense des droits de l’homme et aux autres structures au plan sous-régional et international d’intercéder auprès du Gouvernement de Bangui pour empêcher toute extradition vers Ndjaména de ces paisibles citoyens tchadiens dont le simple tort est de vivre hors du pays.

 
blog de Makaila Nguebla Mercredi 17 février 2010
3 17 /02 /2010 15:46

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE