Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 01:28

 

 

 

 

violencs-a-Bangui-km-5-copie-1.JPG

 


Bangui 9 juin (C.A.P) - Prévues pourtant pour mercredi 08 juin 2011, mais repoussées par le gouvernement au samedi 11 juin 2011, c’est finalement ce jour jeudi 09 juin qu’ont eu lieu les obsèques des deux mineurs dont les corps, retrouvés dans le coffre d’une voiture au domicile d’un commerçant musulman au quartier Kina à Bangui le 31 mai 2011, ont été à l’origine de graves actes de violence aux relents communautaires.

 

 

La décision de l’inhumation ce jour des deux enfants résulte de la volonté des parents de faire le deuil de leurs enfants dont le séjour prolongé des corps à la morgue de l’hôpital communautaire de Bangui ne permet pas non plus de faire avancer les enquêtes. Pour preuve, les autopsies, sous l’effet de l’émotion le jour des macabres trouvailles n’ont pas été effectuées à ce jour.

 

Interrogé à ce sujet par radio Ndéké luka, le directeur de l’hôpital communautaire de Bangui, le Général Romain Guitinzia a déclaré que  c’est parce qu’ils étaient débordés par la prise en charge sans moyens des nombreux blessés résultant de ces événements qu’ils n’ont pas eu le temps de procéder à ces autopsies. « Ce n’est pas que nous avons oublié » a-t-il conclu.

 

De toute évidence, en prenant la décision d’inhumer les corps de leurs enfants ce jour, les deux parents prennent de vitesse tout à la fois l’hôpital communautaire, le gouvernement et surtout la justice dont la lenteur, dans ce cas précis, risque de lui être préjudiciable pour la suite des enquêtes.

Pourquoi les juges en charge de l’enquête se comportent-ils ainsi ? Ont-ils suffisamment d’éléments de preuve sur les circonstances dans lesquels les deux mineurs ont trouvé la mort ? Il est permis d’en douter.

La démarche de base en matière criminelle, surtout lorsqu’il y a mort suspecte d’homme, commence par l’autopsie. Il est tout de même troublant que les juges en charge de cette enquête n’aient pas commencé par là. Désormais une ombre de doute plane sur cette enquête. Une telle attitude apporte l’eau au moulin de ceux – nombreux - qui ne font pas confiance à la justice centrafricaine même si par ces temps de violence, c’est à l’unisson que les différents appels font état de ce que la République Centrafricaine est un Etat de droit. Mais de quel droit s’agit-il lorsque de façon évidente on foule aux pieds les principes fondamentaux du droit ? Certains ont-ils le droit de tuer pendant que les autres ont le droit de se soumettre au droit ? La question reste entière et ouverte.

 


L’inhumation des deux enfants assassinés a finalement eu lieu ce jeudi

Par Fleury Koursany - 09/06/2011

Annoncés pour le samedi, 12 juin, les obsèques des deux garçons retrouvés morts ont finalement eu lieu ce jeudi, 9 juin 2011

 

Selon de sources hospitalières, c’est dans la matinée du jeudi que les cérémonies funéraires se sont déroulées dans l’enceinte même de la morgue de l’Hôpital communautaire en présence des familles des victimes et des autorités compétentes. Le cortège funéraire, après les cérémonies d’usage, a quitté la morgue de l’Hôpital communautaire sous bonne escorte policière pour emprunter la grande avenue des martyrs jusqu’à la place de la réconciliation puis le prolongement de l’Avenue Koudoukou à la Place du 15 mars avant de prendre la direction du cimetière Ndres ou l’inhumation devrait avoir lieu.

Toujours selon de sources hospitalières, sur instruction du Procureur de la République, l’autopsie des deux corps a eu lieu dans la journée du mercredi, 8 juin 2011. Les parents des victimes s’étant opposés à cette autopsie arguant que les preuves étaient déjà palpables. Craignant un regain de violences dans la ville de Bangui, le gouvernement a pris sur lui la responsabilité de différer les cérémonies funéraires annoncées d’abord pour le 8 puis reportées au 11 avant de l’être finalement ce 9 juin 2011.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers