Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 22:42

 

 

 

boucherie à Bouboui

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

 

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine

Contact: 70 90 92 78/ 75 20 49 36 – internewsrca@gmail.com http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

 

Bangui, 16 Janvier 2012

Bangui : Les 5 bouchers arrêtés sont libres depuis samedi

Les 5 bouchers arrêtés le 6 janvier pour association de malfaiteurs ont été tous libérés le samedi 14 par le Procureur de la République, a appris le RJDH.

« Le directeur général de la Police centrafricaine, Henri Wanzet Linguissara, nous a rendu visite le jeudi 12, nous avons été libérés deux après », a témoigné l’un des détenus qui a requis l’anonymat.

Interrogé par téléphone par le RJDH, le directeur général de la Police Henri Wanzet Linguissara a expliqué que ces derniers ont été libérés pour manque de preuve.

« Ils étaient accusés de s’être servi de couteau pour empêcher les vendeurs de viande de le faire, mais nous n’avons pas eu de preuve, nous avons constaté que c’étaient des gens responsables », a répondu le Directeur général de la Police Henri Wanzet Linguissara au RJDH.

Il convient de rappeler que 5 des bouchers de Bangui qui voulaient organiser une réunion pour réfléchir sur les conséquences du transfert du marché à bétail vers le PK 45 sur leurs affaires, ont été arrêtés par la police le 6 janvier dernier sur ordre du Procureur de la République.

Lors de leur interrogatoire lundi dernier, le Procureur de la République leur avait fait savoir qu’ils étaient arrêtés pour « association de malfaiteurs ». Faute de preuve, ils ont été libérés après environ 8 jours dans les geôles de l’Office central de répression du banditisme (OCRB).

 

NDLR : C’est pour le moins surprenant que des personnes arrêtées et accusées d’être de dangereux bandits constitués en « association de malfaiteurs » qu’elles soient purement et simplement relaxées pour « manque de preuve » après huit jours de détention. La justice à la Bozizé marche vraiment sur la tête.

 

Bouar : Des veuves vivent un moment difficile

 

Le phénomène d’expulsion des veuves dans les maisons et leurs difficultés à bénéficier des biens de leurs défunts époux demeurent un problème dans la ville de Bouar, selon un reportage de Radio Maïgaro.

Ces problèmes sont créés par les parents des maris au cours du conseil familial qui se déroule souvent après les obsèques.

« Après le décès de mon mari, j’ai été chassée de la maison par ses parents sans le moindre soutien financier. Je suis abandonnée avec les 5 enfants, et seuls les travaux champêtres nous permettent de nous prendre en charge », a expliqué une femme qui a perdu son mari il y’a cinq ans.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société