Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 18:24

 

 

 

 

 

Bangui ville

 


Le Figaro.fr avec agences 30/12/2012 à 17:00 

 

 

Le ministère de la Défense a indiqué aujourd'hui que 180 militaires français supplémentaires étaient arrivés à Bangui en Centrafrique. Ces hommes sont dépêchés depuis le Gabon.

Il s'agit "d'avoir sur place un dispositif permettant de faire face à toute évolution de la situation et le cas échéant d'assurer la sécurité des nos ressortissants", a déclaré à l'AFP le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des Armées.


Hier déjà, il avait été annoncé que 150 militaires étaient venus renforcer la présence française sur place.  Désormais, 580 soldats français sont présents à Bangui.


Sur le terrain, la ville a été placée hier soir sous couvre-feu. Les rebelles du Séléka pourraient entrer dans la capitale dès "ce soir ou demain matin".


Toutefois, le président centrafricain François Bozizé s'est déclaré  prêt à former un gouvernement de coalition avec les rebelles et a accepté le principe de pourparlers de paix au Gabon sans conditions préalables. Le chef de l'Etat a ajouté qu'il ne briguerait pas en 2016 un nouveau mandat à la tête de la RCA.  Il a tenu ces propos devant la presse à l'issue d'un entretien à Bangui avec son homologue béninois, Thomas Yayi Boni, par ailleurs président en exercice de l'Union africaine.

 

 

NDLR : Bozizé ne peut plus berner personne. Ce n’est pas un homme qui tient parole. La seule solution aujourd’hui, il doit partir ! 


La soeur cadette de Bozizé Joséphine Kéléfio se trouve depuis plusieurs jours déjà à Cotonou. Une fille de Bozizé qui est arrivée à Brazzaville avec sa petite fille et ont été logées au Ledger  au lieu d'une villa comme elle l'espérait. Elle appelle son père à Bangui qui lui demande de mettre le cap dur Cotonou car "on aime pas les Bozizé à Brazzaville" selon Bozizé. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches