Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:08

 

 

 

fomac--1-.jpg

 

 

Bangassou, 11 mars 2013 (RJDH) – La ville de Bangassou est finalement tombée entre les mains des rebelles de la coalition Séléka, après un rude combat qui les a opposés aux éléments des forces armées centrafricaines (FACA). Après ce coup, ces éléments rebelles se dirigeraient vers la ville de Rafaï, à une centaine de kilomètres de cette importante ville. Les humanitaires présents dans cette zone, commencent à évacuer la localité.


Bangassou est attaquée depuis ce matin par les rebelles de la coalition Séléka. La présence de ces éléments a été signalée depuis 5 jours dans la localité de Dimbi, proche de cette ville. Les chefs de la Séléka qui ont intégré le gouvernement d’Union nationale ont vigoureusement condamné cette attaque par le biais d’un communiqué lu à la radio nationale.


D’après des informations rapportées au RJDH, le combat a duré plusieurs heures et aurait fait plusieurs victimes dans les deux camps. Des civils auraient été également tués. Les FACA, en rupture de munitions auraient quitté la ville en direction de Rafaï. C’est ainsi que les rebelles se sont donc lancés à leur poursuite vers cette localité déjà en proie aux exactions des rebelles ougandais de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony.


D’après des informations rapportées ce matin au RJDH, l’essentiel du combat de Bangassou s’était concentré dans la localité du pont de Mbari, situé à cinq kilomètres de la ville, depuis les premières heures de la matinée.


Un religieux de Bangassou a fait savoir que des éléments rebelles qui ont fait tomber Bangassou, sont des éléments dissidents de la Séléka, qui ont déserté les rangs de la rébellion en milieu de la semaine dernière à Bambari (Centre), pour attaquer Mobaye vendredi. La thèse est confirmée par le communiqué de la Séléka.


Sur l’attaque de la ville de Mobaye, on annonce trois morts dans les rangs de l’armée centrafricaine et un civil tué. On ignore le bilan humain du côté des rebelles, car ceux-ci évacuent au fur et à mesure leurs blessés et mort, dans des destinations inconnues, d’après des sources militaires.


A l’écoute du communiqué des leaders de la Séléka, la population de la ville de Bangui s’inquiète de la reprise des hostilités. Cette population ne croit plus aux bons termes des accords signés le 11 janvier à Libreville.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers