Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 03:30
 
 
 
Bozizé KNK
Radio Ndéké Luka Dimanche, 11 Mars 2012 10:14
Au cours d’une conférence donnée samedi 10 mars 2012, le porte-parole du gouvernement centrafricain est revenu longuement sur les raisons qui ont conduit les autorités à dissoudre les conseils d’administration de toutes les sociétés d’Etat et entreprises publiques. Firmin Feindiro, par ailleurs ministre de la Justice, s’est voulu franc, sans langue de bois et direct : « ce qui a poussé le gouvernement à agir de cette manière, c’est que toutes les entreprises sont en déconfiture ; il n’y a aucune entreprise qui fonctionne normalement ».
Le porte-parole du gouvernement a encore expliqué que « le conseil spécial de surveillance et de redressement mis en place est une structure de conception, de gestion et de contrôle. Il a pour but d’initier des actions tendant à créer et à développer des activités porteuses d’intérêt et répondant aux attentes de plus en plus croissantes de la population ».
Interrogé sur les grèves dans les hôpitaux à Bangui et la question des indemnités des agents, le porte-parole du gouvernement a indiqué que cette situation « n’est pas imputable aux mesures prises par le conseil de spécial surveillance. Le conseil a une particularité. Il ne traite que des dossiers des sociétés d’Etat et des entreprises ».
 Depuis la dissolution, le 1er janvier 2012, par décret présidentiel, des conseils d’administration de toutes les sociétés d’Etat et offices publics de la RCA, c’est la première réaction officielle enregistrée de ce niveau. Il faut rappeler que l’exposé des motifs du même décret mentionnait la nécessité de « sécuriser les recettes de l'Etat et améliorer la maîtrise des dépenses publiques", à partir du 1er janvier 2012, avec la création d’un Conseil spécial de surveillance et de redressement des entreprises et offices publics (CSSREOP) en République Centrafricaine".
Cette instance est dirigée par le président centrafricain, François Bozizé lui-même.
Ce dernier avait déjà annoncé en septembre 2011 devant l'Assemblée Nationale vouloir prendre « toutes les mesures pour mettre hors d'état de nuire" les auteurs de malversations financières ».
Aucune mention n’a faite pendant cette rencontre avec les médias de l’arrestation la veille de deux membres du gouvernement arrêtés et gardés à la SRI (section de recherches et d’investigation de la gendarmerie) et accusés de détournements de deniers publics. Il s’agit des ministres Michel KOYT, Secrétaire Général du Gouvernement, chargé des Relations avec le parlement et d’Abdallah KADRE, ministre délégué à la Primature chargé de la gouvernance. Le montant des sommes détournées s’élève selon des sources policières à 2 milliards 500 millions de francs CFA (près de 3.800.000 euros).
 
 
NDLR : Qui est le principal responsable de cette déconfiture des entreprises d'Etat si ce n'est Bozizé lui-même qui en a nommé les différents dirigeants ? Pourquoi faire semblant de découvrir seulement maintenant cette déconfiture alors qu'elle remonte à bien d'années dans cette bozizie  et a même profité largement au régime et même à ce Firmin Findiro qui joue à la vierge effarouchée ?
 
Voici quelques informations que la rédaction de Centrafrique-Presse a pu glaner ici et là auprès d’une source assez bien informée du dossier qui a requis l’anonymat, au sujet des arrestations des ministres Michel KOYT, Abdallah KADRE et Judes Alex KETTE et autres en attendant d’en savoir davantage. 
 
Le projet de la cimenterie a été suivi de bout en bout à partir de Kinshasa par Michel KOYT à qui le président a adjoint pour le contrôler COCKSIS OUILLIBONA, ex député et cousin de BOZIZE.     
En fait avec les fonds indiens issus du prêt de Monbaï ont permis la création de deux sociétés :            
1 - La cimenterie dont l'Indien possède 40% avec un cashflow de 250 000 000 F CFA, BOZIZE 30%, KOYT 5%, KETTE 5%, COCKSIS 5%, KETTE commissaire aux apports 5%, Etat 10%. C'est plutôt l'Etat qui a amené la caution pour les 12 milliards de F CFA. En retombée il y a eu des appartements gratifiés et de l'argent logé à DUBAI pour ces intervenants. A un moment donné KOYT a dû conduire seul les affaires sans les autres. Il a dû, au mois de septembre, amener au Président un autre Indien pour des fonds de couverture des frais de démarrage de la cimenterie. Les premiers fonds ont été partagés et dépensés pour les élections de 2011.      
 
 2 - La société de bus SONATU a subi les mêmes arrangements et les recettes allaient régulièrement de main à main jusqu’au bureau de BOZIZE.
 
Nota bene:
       
Edouard Patrice NGAISSONA ferait partie du jeu aussi. D’après nos informations, Sylvain NDOUTINGAI serait très très très heureux parce qu'il veut être le seul à amener de l'argent à BOZIZE. Il a profité du fait que KOYT  a refusé de déférer aux convocations pour lui régler son compte. Toujours d’après nos informations, c’est au cours d’un voyage au Caire en 2010 que KOYT a rencontré l'Indien pour régler les affaires des appartements à DUBAI.
     

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique