Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 15:58

 

 

 

Thierry-Mal-yombo.jpg

 

 

Mardi, 06 Septembre 2011 13:41

 « Je n’ai pas été arrêté, et pour quelles raisons je vais l’être ? En tant Chef du département, j’ai mené de reformes qui étaient prêtes à aboutir. Mon successeur aurait dû poursuivre ce chantier ». Ces propos sont tenus ce mardi 6 septembre 2011 sur les ondes de Radio Ndeke Luka, par l’ancien ministre des postes et télécommunications Thierry Maléyombo. Il réagit ainsi aux rumeurs qui circulent ces derniers temps à Bangui, faisant état de son arrestation et de son détention à la Section de Recherches et d’Investigation (SRI). Ces rumeurs seraient également liées à l’audit commandé par le ministre d’Etat Abdou Karim Meckassoua, des Postes et Télécommunications.

Selon Thierry Maléyombo, « si le ministre d’Etat aux Télécommunications Karim Méckassoua est un homme, il n’a qu’a publié le résultat de cet audit attendu par le peuple centrafricain ».

Il confirme par ailleurs qu’il a été auditionné par la gendarmerie il y a un mois, dans une affaire qui n’a rien à voir avec celle de la SOCATEL. « Il s’agissait d’une affaire de créances de l’Etat sur la société de téléphonie « Telsoft ». Une somme d’ailleurs déjà versée au trésor public.

La réaction de l’ancien ministre des Postes et Télécommunications coïncide avec la grève d’avertissement de 3 jours entamée ce mardi par le personnel de la SOCATEL. Ce personnel réclame 4 mois d’arriérés de salaire.

A titre de rappel, Fidèle Ngouandjika, prédécesseur de Thierry Maléyombo à la tête de ce département, avait lui aussi démenti, il y a une semaine, son audition relative à l’affaire de l’audit de la SOCATEL. Il avait précisé qu’il a comparu devant le tribunal dans une affaire secrète commandée par le Chef de l’Etat centrafricain François Bozizé.

 

NDLR : Maléyombo peut-il aussi démentir que la garde présidentielle et la gendarerie avaient effectué une descente sur son chantier à Ouango sur ordre de Bozizé en personne pour récupérer quatre véhicules dont un tout neuf acheté pour SOCATEL et qui s'était comme par hasard retrouvé sur son chantier privé ! Peut-il aussi démentir s'être planqué chez lui il y a quelques jours lorsque les gendarmes étaient venus pour l'interroger à son domicile et qu'il avait cru qu'ils venaient l'arrêter et qu'il avait téléphoné à Francis Bozizé. Jusqu'à quand Maléyombo et son compère Gouandjika vont ils continuer à divertir l'opinion avec leurs démentis semaine après semaine, ce qui est  bien la preuve, qu'ils le veuillent ou non, que le sol est entrain de se dérober sous leurs pieds.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique