Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 00:56

 

 

 

 

 

Ndoutingaï S

 

 

Rabat, 19 août (C.A.P) – L’ex-demi-dieu et ex-pilier du pouvoir bozizéen Sylvain Ndoutingaï qu’on a dit malade et dont Bozizé a autorisé un décaissement de la somme de 25 millions de F CFA pour son évacuation sanitaire dans une structure de soins au Maroc est arrivé effectivement à Rabat le samedi 18 août par vol régulier de la compagnie Royal Air Maroc venant de Bangui selon des informations émanant de plusieurs sources concordantes.

Plusieurs passagers qui ont également voyagé avec l’illustre passager ont affirmé à leur arrivée à Casablanca et à Paris avoir bien vu à bord l’ex-ministre d’Etat de Bozizé mais contrairement aux informations alarmantes qui avaient circulé sur son état de santé qui se serait détérioré ces derniers temps avec l'apparition d'une déformation faciale visible voire une hémiplégie, ceux-ci disent avoir aperçu dans l’avion, un Ndoutingaï apparemment en pleine forme et surtout en état d’ébriété qui taquinait presque tout le monde à bord. Sa maladie serait donc imaginaire selon certains de ces témoins.

Par ailleurs selon des informations dignes de foi, l’ancien directeur de cabinet du même Ndoutingaï, un certain Firmin Kongaï, qui avait brusquement disparu de Bangui après le début des ennuis de son patron, avait réussi à quitter le pays et se serait retrouvé dans un premier temps sur le territoire camerounais avant de gagner la France où il aurait été aperçu dans la ville d’Orléans dans le département du Loiret.

Toujours selon des informations recoupées à Rabat, Ndoutingaï aurait été admis à la Clinique internationale de Rabat mais on ignore encore de quoi il souffrirait exactement.  L’autorisation accordée par Bozizé pour l’évacuation sanitaire et surtout la prise en charge financière des soins médicaux de Ndoutingaï fait dire à certains observateurs et mauvaises langues que Bozizé et Ndoutingaï se « foutaient des Centrafricains » et que toutes les rumeurs persistantes de volonté ou de tentative avortée de coup d’Etat du second contre le premier n’étaient que pure fabulation n’ayant aucun fondement.

Certains vont jusqu’à ajouter que Bozizé se serait tardivement rendu compte que Ndoutingaï aurait sans doute fait main-basse sur son fric raison pour laquelle il l’aurait limogé du gouvernement et menacé afin de le contraindre à lui rétrocéder une partie du magot.  Quoi qu’il en soit, on finira bien par découvrir un jour le fin mot de cette rocambolesque histoire de coup d’Etat ou de révolution de palais.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog