Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 00:17

 

 

urgent 

 

 

Flash

 

 

Bangui, 18 sept. (C.A.P) - Selon nos informations, un expert belge dont nous ignorons le nom pour le moment, qui est arrivé à Bangui mercredi dernier pour une Etude d'Impact Environnemental sur le site d'uranium de Bakouma (exploité par AREVA), a été interpellé à Bambari vendredi 16 septembre avec les cinq (5) personnes qui l'accompagnaient. Ils sont gardés à vue au Commissariat du Port de Bangui jusqu'à ce jour, malgré les interventions du Consul de Belgique, d'avocats et des responsables d'ONG.

Toujours selon nos sources, il semblerait que ce soit la seconde fois que les autorités de Bangui s'opposent à une étude quelconque sur la question de l'uranium, alors que l'étude d'impact environnemental est prévu dans le Code de l'Environnement. De plus, cet expert Belge avait pris les contacts officiels et obtenu les autorisations nécessaires auprès du Ministère des Mines et de celui de l'Environnement avant d'essayer de se rendre à Bakouma.

C’est un secret de polichinelle que Bozizé, Sylvain Ndoutingaï et le ministre prétendument chargé de l’environnement François Naouyéma , voient d’un très mauvais œil toute étude sur les questions liées à l’environnement autour du site d’uranium de Bakouma. Même les spécialistes et fonctionnaires du ministère de l’environnement éprouvent les pires difficultés avec leur ministre quant aux critères que doivent remplir les entreprises minières dans la région et sur le site avant d’obtenir les agréments qu’elles sollicitent auprès du gouvernement centrafricain.

D’après nos informations, Bozizé, lors d’un conseil de ministre, a même considéré que c’est cette question d’environnement qui permet de connaître « qui aime ou pas son pays ». On sait que pour lui, ne comptent que les espèces sonnantes et trébuchantes que lui et Ndoutingaï peuvent soutirer à AREVA sans le moindre souci des conditions de respect de l’environnement et de santé des populations environnantes de l’exploitation des mines d’uranium de Bakouma.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse