Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 01:02

 

 

 

 

FACA

 

Il était une fois un général d’opérette enfermé dans sa tour d’ivoire, incapable de sécuriser son pays, présenté comme invalide par certains membres de son propre clan qui se livrent de plus en plus ouvertement à une bataille féroce pour son fauteuil. Se sachant complètement perdu, il décida d’emmerder au maximum ses compatriotes, en attendant sa déchéance. 

 

Ce général d’opérette dont les actes sont en décalage croissant avec les tristes réalités de son pays, c’est… François Bozizé. C’est à croire qu’il y a quelque chose de suicidaire chez cet homme qui ne semble pas avoir pris toute la mesure du danger guettant le pays.  Il  s’emploie méthodiquement à s’enfermer dans un autisme inquiétant.


Alors que des orages s’amoncellent à l’horizon et que le ciel centrafricain dégage en permanence un parfum de désespoir sur fond de détournement de fonds publics,  François Bozizé ne trouve mieux à faire que d’accorder des promotions à ceux-là mêmes qui organisent ce pillage des ressources étatiques. 


La preuve, il a nommé mardi le général Guillaume Lapo aux fonctions de chef d’État-Major des Forces armées centrafricaines (FACA), poste vacant depuis le décès fin octobre du général de division André Mazi. En somme une prime à la délinquance en col blanc.


Faut-il le rappeler, Guillaume Lapo, précédemment directeur général du Trésor public, était au cœur d’une énorme entreprise de détournement de deniers publics sur fond de conflit d’intérêts. En plus d’avoir créé une entreprise dénommée « POLYGONE » qui raflait nombre de marchés publics de l’État tel celui de la clôture du ministère des finances, ce qui lui permit de se faire verser par le Trésor public plusieurs millions de CFA, il était devenu champion toute catégorie de surfacturation, détenteur du record des invraisemblances. Tel est l’exemple effarant des chiottes de  son bureau qu’il aurait fait réparer pour un montant de 10 millions de F CFA ainsi que la facture d’un véhicule de fonction pour un montant déclaré de 149 millions de F CFA.  

 

Mbana na mbana (c’est un fait express) 

 

Au-delà du caractère invraisemblable de ces nominations qui démontrent bien que François Bozizé n’a rien à foutre de la situation du pays se pose la question des velléités qu’elles cachent.

 

Il y a là, à l’évidence, une réelle volonté de provoquer des troubles à travers le pays en mécontentant les militaires qui, on le sait, sont très hostiles à l’idée d’avoir comme chef d’État-Major, un simple commissaire militaire (qui n’a pas achevé son cursus à Montpellier). Celui-là même qui n’a pas laissé que de bons souvenirs aux troupes du temps où il officiait comme intendant de l’armée et qu’il détournait les PGA (prime générale d’alimentation) des soldats avec la complicité d’un certain… François Bozizé.  

 

C’est dire qu’en chargeant ainsi davantage la barque qui, ces temps-ci, paraît déjà dans un sale état alors que se multiplient les avis de tempête, Bozizé entend clairement irriter, voire même humilier, les jeunes officiers des FACA formés dans les différentes académies militaires qui auraient aimé prendre la relève de leurs aînés, devenus amorphes. 

 

L’Histoire nous a appris que les frustrations sont sources de rébellion. Or, il eût été si facile de rompre avec les coteries nauséabondes du temps de Bokassa et ripoliner l’image de cette armée clochardisée en choisissant un jeune officier pour la commander.

 

Il est donc à craindre que les Ludovic Ngaïfei (actuellement sous-chef d’État-Major), José Galloty et autres Dolewaye viennent à rejeter l’autorité de Guillaume Lapo en contestant ses compétences militaires qu’il a diluées pendant plusieurs années dans les billets de CFA et les cuisses de minettes.  

 

Un jour viendra, il est plus que proche, François Bozizé devra s’en prendre à lui-même. Car il ne fera que récolter ce qu’il a semé après tant d’années d’incurie, de laxisme et de politique à courte vue.


Adrien POUSSOU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion