Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 02:05

 

 

 

Ndoutingai

 

 

Afin de soutenir le moral du tout puissant ministre d’Etat aux finances et au budget Sylvain Ndoutingaï, enfin de  retour au bercail ce mercredi 28 sept 2011 à bord du vol régulier d'Air France après sa vaine tentative de se rendre à Washington (affaire visa américain refusé dans un premier temps à Paris) pour prendre part aux assemblées annuelles du FMI et de la Banque Mondiale du week-end dernier, Mme Solange Ndakala Pagonendji alias arome Maggi qui n’a pas toujours digéré d’avoir quitté le ministère du tourisme où elle avait été remplacée par la fameuse Sylvie Mazoungou, a mobilisé près de 200 jeunes désoeuvrés des quartiers Gobongo, Fouh et autres moyennant remise d’une somme de 2000 F CFA, un peu plus de 3 euros environs par personne, pour manifester sur l'axe menant à l’aéroport Bangui Mpoko.

La manifestation « a fait pschitt » comme dirait l’autre. Ndoutingaï lui-même a confié à sa descente d’avion à la presse qu’il n’avait rien à dire. A quelques proches, il avait pourtant confié avoir été sans doute victime des menées du pétrolier américain du Colorado, Jack Grynberg que lui et Bozizé ont poursuivi en justice et fait condamner par le tribunal de Bangui à leur verser d’astronomiques sommes d’argent à titre de dommages au sujet du contentieux qui l’a opposé avec l’Etat centrafricain sur le permis pétrolier du Nord Est octroyé naguère à l’homme d’affaire américain par Feu le président Patassé. Jack Grynberg avait lui aussi précédemment fait condamner par un tribunal américain, François Bozizé, Sylvain Ndoutingaï, Elie Doté et Emmanuel Touaboy à lui verser plus de 6 millions de dollars US.

C’est depuis vendredi dernier qu’en dépit de la délivrance certes tardive et « à titre exceptionnelle et pour cette fois-ci seulement » seulement la décision du Département d’Etat américain, Ndoutingaï avait décidé de ne plus se rendre à Washington en réaction à la grave humiliation que le gouvernement américain lui a infligée et aussi craignant de faire l’objet d’ennuis plus sérieux une fois sur le sol américain. L’affaire DSK est encore présente dans les esprits se plaisait à dire Ndoutingaï à Paris.

Sans présager des vraies raisons pour lesquelles il n’a pas immédiatement regagné Bangui mais plutôt choisi de rester à Paris et d’aller passer son week-end en Belgique pour ne rentrer au pays que le mercredi sachant pertinemment que l’absence, même d’un seul jour d’un ministre de surcroît des finances et du budget qui n’a pas voulu avoir un ministre délégué pour le seconder comme l’a fait Ndoutingaï, ferait s’amonceler plusieurs dossiers sur son bureau. Selon nos informations, plusieurs jours avant son départ de Bangui le 15 septembre dernier, des tas de dossiers avaient déjà été arbitrairement mis en stand-by dans le cabinet du ministre des finances et du budget en attendant qu’il revienne de sa mission de Washington.    

Une chose est sûre, un ministre des finances qui ne peut pas se rendre à Washington n’a plus rien à faire à la tête de ce département. Comme l’a dit à C.A.P un proche de Bozizé sous couvert d’anonymat, « c’est comme un évêque qui ne peut se rendre au Vatican ». Si l’intéressé tarde à en tirer lui-même les conséquences de la position du gouvernement américain à son égard, Bozizé à l’obligation de le démissionner. De toute façon, plusieurs chefs d’Etat de la sous-région et même Paris et Washington réclament depuis longtemps la tête de Ndoutingaï sans jamais l’obtenir du fait du refus de Bozizé qui éprouve un mal fou à se séparer de celui qu’il aime à raconter à se proches comme étant celui « qui lui donne beaucoup d’argent ».

Rédaction C.A.P

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique