Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 22:04


bonne-annee


Jean-Pierre-Vidon.jpg

         Ambassadeur Jean-Pierre Vidon


Allocution de l’Ambassadeur, Haut Représentant de la République française, Doyen du Corps diplomatique, à l’occasion de la présentation des vœux à S. Exc. Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat et à Madame Monique Bozizé, Première dame de Centrafrique



Palais de la Renaissance (11 janvier 2010)

 

Monsieur le Président de la République,

Madame,

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et de la Francophonie,

Madame et Messieurs les Ambassadeurs et chefs de mission diplomatique,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales,

Messieurs les Consuls,

Mes chers collègues,

 

            Le privilège m’échoit de prendre aujourd’hui la parole, au nom de l’ensemble des représentants à Bangui des Etats et des institutions internationales qui entendent manifester, par une présence permanente en République centrafricaine, l’intérêt qu’ils portent, Monsieur le Président de la République, à votre pays. Je ne saurais cependant omettre d’associer à mon intervention les représentants des Etats et des organismes internationaux qui sont accrédités en RCA sans y être résidents. Leurs échanges avec les autorités centrafricaines, en particulier lors de leurs visites, participent aussi de cet intérêt dont je suis persuadé qu’il trouve un écho favorable et justifié de la part de Votre Excellence.


            Ainsi, en notre nom à tous, il m’est particulièrement agréable de former à Votre intention, à celle de Madame Monique Bozizé, Première Dame de Centrafrique, à l’endroit de Votre famille mais aussi pour Votre gouvernement et pour le Peuple centrafricain, nos vœux très sincères de bonne et heureuse année 2010.

            Puisse ce millésime, qui ouvre la seconde décennie du siècle, voir la paix se consolider, la prospérité se dessiner et le bien-être s’accroître pour toutes et pour tous dans un esprit de concorde et de partage.

           
L’année qui vient de s’achever s’était ouverte avec une feuille de route prometteuse, celle des recommandations du Dialogue politique inclusif qui reflétaient l’ensemble des attentes exprimées tout au long des travaux. Le nombre des défis à relever était considérable. Depuis lors, nous avons suivi avec toute l’attention voulue les avancées intervenues. Il en est allé ainsi, en particulier, du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion de ceux qui ont accepté de déposer les armes, et des étapes qui vont conduire aux élections présidentielles et législatives dont le peuple centrafricain attend qu’elles soient libres, transparentes et démocratiques.

           
            Des pas décisifs ont été accomplis. Ils ont nécessité volonté politique, esprit de dialogue, arbitrage parfois. Ils ont montré que les mécanismes de la démocratie avaient fonctionné. Des enjambées, Monsieur le Président de la République, n’en sont pas moins indispensables, pour les semaines qui viennent, afin que les échéances soient respectées; ces enjambées justifieront, à n’en point douter, la poursuite de votre forte implication.

 
            Nous savons combien elle a été décisive  pour que soit écartée la tentation de différer les élections en remettant en cause les exigences posées par la constitution. Nous savons aussi le prix que vous attachez à des échanges directs avec les membres du comité de pilotage du DDR et l’engagement qui a été le vôtre pour surmonter les pesanteurs qui entravaient, à moment donné, la poursuite de ce processus. Nous sommes également persuadés que votre volonté de dialoguer contribuera à convaincre ceux qui n’ont pas encore entendu les appels à la paix et dont l’écoute est essentielle pour que puissent s’accomplir les prochaines étapes du DDR.
  

           Tels sont nos espoirs alors que débute une année cruciale pour la République centrafricaine. Les partenaires que nous sommes ont pour objectif d’apporter, sous des formes diverses, notre soutien à votre pays.

            De ce soutien de la communauté internationale, vous avez eu la preuve en atteignant, le 30 juin dernier, le point d’achèvement de l’initiative « pays pauvre très endetté », ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de développement. 

           C’est aussi avec pour ambition un appui plus efficace que le cadre multilatéral de la présence internationale évolue. Ainsi, le BONUCA devient-il, cette année, le BINUCA, c’est-à-dire le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine sous la direction de la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, l’Ambassadeur Sahle-Work Zewde, et avec pour objectif de mieux coordonner les activités des différents organismes du système des Nations Unies présents sur le terrain.
 

            Et c’est aussi dans un esprit d’intégration plus avancée que, désormais, une délégation de l’Union européenne dirigée par notre collègue, l’Ambassadeur Guy Samzun, assure la représentation de l’Union dans son ensemble ce qui me permet de m’effacer dans ce domaine et d’éviter, en ce qui me concerne, un cumul des mandats jusqu’alors incontournable.

             Je ne saurais conclure sur cette actualité de la représentation internationale sans rappeler que le souci d’apparaître mieux structurés a conduit les consuls à créer une association du corps consulaire, initiative pertinente qui leur permettra de mieux affirmer leur spécificité au sein des représentants internationaux. J’en félicite chaleureusement son président, le consul de Turquie, Hicham Kamach. 

           Ainsi 2010, Monsieur le Président de la République, de par ses enjeux, sera une année marquante pour votre pays. Elle lui offrira l’occasion de donner de la République centrafricaine l’image d’un Etat qui a achevé sa marche vers le retour à la paix dans le respect des valeurs de la démocratie.
 

           Puisse, cet objectif être atteint, sous votre impulsion, par les Centrafricains et les Centrafricaines. Ils méritent, pour y parvenir, notre confiance et notre soutien.


NDLR : Bozizé comprend t- il toutes  ces subtilités du langage diplomatique que manie à souhait cet ambassadeur qui devrait davantage être direct et concret dans son adresse. Par exemple, il devrait demander clairement à Bozizé de remettre l'enveloppe de 8 milliards de F CFA de la CEMAC, destinéee au financement du DDR qui, faute d'argent, est complètement à l'arrêt.
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE