Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 13:37

CEMAC.gif

 

BANGUI (AFP) –  Le sommet de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC, 6 pays), annoncé pour le 14 décembre à Bangui, a été reporté à janvier, a annoncé jeudi un responsable de cette organisation à l'AFP.

"Le sommet des chefs d'Etat est reporté. On parle de la mi-janvier, (...) aucune date n'est encore fixée", a déclaré Paul Mbadinga, responsable de la Communication de la Cémac dont la présidence en exercice est assurée par le Centrafricain François Bozizé.

Il n'a pas fourni d'explication sur les raisons de ce report.

Dans un entretien à la chaîne de télévision privée Africa24 diffusé jeudi, le président Bozizé a évoqué un conflit d'agenda avec la conférence de l'ONU sur le climat à Copenhague, qui se tient du 7 au 18 décembre.

Selon lui, le report a été décidé par les dirigeants de la région mardi à Bata (Guinée équatoriale), en marge de la cérémonie d'investiture du président équato-guinéen réélu Teodoro Obiang Nguema.

Au cours de cette rencontre, "nous avons convenu que compte tenu du sommet de Copenhague (...), le sommet de la Cémac est reporté à la deuxième quinzaine du mois de janvier 2010", a déclaré M. Bozizé.

Ce sommet régional sera le premier depuis la révélation de détournements à la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC), institution de la Cémac qui regroupe le Cameroun, la Centrafrique, le Congo-Brazzaville, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Une source à la Cémac avait indiqué que l'ordre du jour comporterait notamment "le dossier des détournements" à la BEAC, révélés en septembre par l'hebdomadaire Jeune Afrique.

Ces détournements avaient ensuite été confirmés par un rapport interne de la BEAC publié fin octobre, selon lequel entre 2004 et 2009, 25 millions d'euros, normalement dédiés au fonctionnement d'une succursale de la banque à Paris et au règlement de factures de la BEAC, ont été détournés de manière frauduleuse par des employés.


Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

 

Afrique centrale Lutte de leadership: Paul Biya fait reporter le sommet CEMAC

Par Jean.Francois.Channon | Jeudi 10 décembre 2009 | Le Messager

François Bozize Yangouvonda, le président centrafricain, de part sa nature est un homme pondéré et calme. Il est difficilement en tout cas qu’il laisse éclater ses états d’âme en public. Même pendant les moments les plus tendus du Dialogue politique inclusif à Bangui, où ses adversaires politiques les plus acharnés s’attaquaient directement et personnellement à lui, il se refusait toujours de répondre avec la même tonalité et la même hargne. Très tôt ce mardi 8 décembre 2009 lorsqu’il quitte Yaoundé, à l’issue d’une visite officielle entamée la veille au Cameroun, il était difficile de savoir que le chef de l’Etat centrafricain « avait le cœur gros et l’amertume réelle », comme l’indiquait un de ses proches collaborateurs, joint par Le Messager tard lundi dernier après le dîner d’Etat offert au Palais de l’Unité par le couple présidentiel camerounais. Il était encore tout sourire aux côtés du Premier ministre camerounais, Yang Philémon, venu en lieu et place du chef de l’Etat Paul Biya l’accompagner à l’Aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Sourires aux membres du gouvernement camerounais et à ceux du corps diplomatique venus tous ce matin là lui dire au revoir. Mais aussi sourires aux groupes de danses traditionnelles et à la foule des militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, tous mobilisés pour son accueil et son séjour en terre camerounaise.

Pourtant, François Bozize avait des raisons de peu bouder ou alors de faire apparaître un certain écœurement sur son visage à l’issue de cette visite officielle qu’il venait d’effectuer au Cameroun, et d’avantage à l’issue des échanges qu’il a eus avec son homologue camerounais. Venu rencontrer son « grand frère » Paul Biya, on ne peut pas dire qu’il est rentré totalement satisfait par rapport à certaines convictions qu’il s’était forgé avant son arrivée sur la tenue effective le 14 décembre prochain à Bangui du Sommet des chefs d’Etat de la CEMAC. Il est vrai que sur le fond et la forme, selon des sources proches des diplomates des deux pays frères, « la visite a été un succès. Les deux chefs d’Etat se sont parlés et se sont compris », comme l’indique un haut cadre du ministère camerounais des relations extérieures, qui a pris part à la préparation du volet diplomatique de la visite du président François Bozize. D’après le communiqué conjoint qui a sanctionné la visite, on peut lire que « Les deux chefs d’Etat ont, dans leurs entretiens, procédé à un large tour d’horizon sur les questions d’intérêt commun et sur les sujets d’actualité. Ils se sont félicités de leur totale convergence de vues ainsi que de l’excellence des liens d’amitié et de solidarité qui unissent leurs pays et leurs peuples ». Evoquant maintenant la situation de la sous région, le communiqué lu par madame Ambroisine Kpongo, ministre centrafricain délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et de la Francophonie signale que, « Le président de la République du Cameroun et le président de la République centrafricaine se sont félicités des actions entreprises en vue de renforcer la libre circulation des personnes et des biens, entre le Cameroun et la Centrafrique. Réaffirmant leur résolution de mettre en place au plus tôt le passeport biométrique, baptisé passeport CEMAC, ils ont recommandé la stricte application des textes communautaires en vue d’aboutir à l’intégration sous régionale que leurs peuples appellent de leurs vœux. » Le même communique précise encore que « Paul Biya et François Bozize ont parlé de la coopération en matière de frontière, de l’insécurité transfrontalière avec les cas spécifiques du phénomène de coupeurs de route, de la circulation des armes de guerre, l’enlèvement des personnes contre des demandes de rançons, tout comme les deux leaders du Cameroun et de la Centrafrique se sont attardés sur les problèmes relatifs au transport terrestre vital au désenclavement de la RCA, en convenant de renforcer de part et d’autre les mesures prises pour faciliter les transports et le transfert des marchandises à destination de la RCA, le long du corridor Douala-Bangui, pour une évacuation fluide des marchandises. ».

Bozizé en mission à Malabo

Comme il fallait s’y attendre, et comme cela était annoncé, les deux chefs d’Etat ont parlé de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC). Le communiqué affirme que « Le président Paul Biya a salué les multiples actions menées par le président François Bozizé dans le cadre de la présidence tournante de la CEMAC, et notamment son initiative d’institutionnaliser une troïka regroupant le président en exercice, son prédécesseur, et son successeur. (…) Enfin le président de la République du Cameroun et le président de la République Centrafricaine ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer davantage au renforcement de la paix et de la stabilité dans la sous-région Afrique Centrale et d’approfondir les discussions de certains dossiers pendants, au cours du prochain sommet de la CEMAC, prévu à Bangui. »

Il reste que, parlant du prochain sommet de la CEMAC qui doit se tenir à Bangui à la date du 14 décembre 2009 est désormais hypothétique. Voire annulée. Lorsqu’il quittait mardi dernier le Cameroun, le président Bozizé n’a pas voulu, certainement par respect pour le « grand frère » Paul Biya, annoncer le report de ce sommet qu’il prépare depuis plus d’un an. On se souvient même que le tournoi de football de la CEMAC qui précède généralement la tenue du Sommet des chefs d’Etat de la sous-région d’Afrique centrale a été lancé à Bangui dans l’espoir que la date du 14 décembre serait maintenue. François Bozizé avait reçu l’assurance de ses homologues. Sauf Celle de Paul Biya qui l’avait invité à Yaoundé. Le mardi dernier, le chef de l’Etat centrafricain s’est envolé pour…Malabo en Guinée Equatoriale où il devait prendre part à l’investiture de Téodoro Obiang Nguema Mbazogo, récemment réélu. En cette occasion, François Bozizé avait entre autre la mission de dire au président équato-guinéen et autres chefs d’Etat réunis à Malabo que « le doyen Biya propose que le sommet des chefs d’Etat de la CEMAC se tienne à la 2è quinzaine du mois de janvier 2010 », indique une source proche du président centrafricain joint au téléphone hier depuis Bangui par Le Messager. Une proposition qui a en quelque sorte valeur de décision au regard du rôle de leader difficilement contestable qu’entend désormais joué Paul Biya en Afrique Centrale. Reste maintenant à voir si le président Obiang Nguema Mbazogo (de plus en plus aveuglé ou alors obnubilé par la manne pétrolière) et surtout le président Denis Sassou Nguesso (Qui tient lui aussi à se faire accepter comme leader de l’Afrique Centrale post Omar Bongo Ondimba), accepterons la vision du chef de l’Etat camerounais. Aux dernières nouvelles, le président centrafricain aurait confirmé le renvoi du sommet à janvier sur le plateau d’une chaîne de télévision panafricaine basée à Paris, présente à Malabo lors de l’investiture du chef de l’Etat équato-guinéen.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE