Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 03:05

 

 

 

Mackpayen Centro

 

 

 

Cœur-Sacré MACKPAYEN

 

Opérateur Culturel en République Centrafricaine

                                                                              

                                                                     

                                                                                     Reims le 23 novembre 2012

 

 

A

 

Monsieur le Procureur de la République 

 de Bangui  

République Centrafricaine

 

 

 

Objet: Affaire « Le Centrafricain MACKPAYEN »

 

 

           Monsieur le Procureur de la République,

 

A propos de l’affaire citée en objet, « Le Centrafricain MACKPAYEN », je viens bien respectueusement, vous faire part du sentiment d’incompréhension que cette affaire suscite en moi.

 

Le Centrafricain MACKPAYEN  serait accusé d'atteinte à la sureté de l'état. Le retentissement que connait cette affaire et la diligence avec laquelle vous vous en êtes saisi viendraient-ils de sa gravité ou du patronyme de  « l’accusé » ?

 

Nous savons que depuis 2003, date d’accession au pouvoir du Général Bozizé, notre pays a connu de nombreuses affaires relevant « d’atteinte à la sûreté de l’état ». Les précédentes affaires de cette nature,  me semble-t-il, n’ont pas fait l’objet d’autant d’acharnement ni de votre part, ni de la part des pouvoirs publics. Pour preuve, je citerais « l'affaire du coup-d ‘état  de Sylvain Ndoutigaye et ses complices Firmin Feindiro, et le malheureux Serge Magna qui, selon les presses de chez nous, croupit arbitrairement à Bossembélé sans omettre ceux qui seraient portés disparus». C’est tout à votre honneur monsieur le Procureur de la République.

 

     Des sources (mal informées peut-être, mais vous,  vous ne l’êtes pas) soutiennent même que Monsieur Ndoutigaye, qui, lui n’est pas un citoyen lambda de Centrafrique, bien que  soupçonné d'atteinte à la sureté de l'état, quitta Bangui en toute quiétude et doté en plus d'une cagnotte venant de la trésorerie de Bangui. Qu’en est-il en réalité ?

 

      Tout citoyen centrafricain qui croit en la justice de son pays a le droit de réclamer la vérité que le Procureur recherche en son nom puis qu’il la recherche au nom de la société centrafricaine.

 

      Au nom de cette vérité, au nom de cette clarté, au nom également de la séparation des pouvoirs, vous avez, nous le savons, les prérogatives utiles pour empêcher que la justice de notre pays ne véhicule  le spectacle du «deux poids, deux mesures ».

 

      

         Même si les pouvoirs publics dans cette affaire, se déchainaient pour des raisons qui sont les leurs, je ne comprends pas que la justice, dont vous êtes en charge, par la sérénité qui doit être la sienne ne traite pas l’affaire de manière pondérée et impartiale. 

         

         Je reste convaincu que vous demeurez la première personnalité dont le devoir est de lutter contre l’arbitraire et dont la mission est de veiller à ce que les personnes reconnues coupables à travers des preuves matériellement incontestables n’échappent pas la justice d’une part, d’autre part, que des personnes sur lesquelles pèsent des soupçons injustifiés, infondés, abusifs parfois,  ne croupissent pas, sans aucune forme de procès transparent  dans  les maisons de correction comme ce serait le cas, pour beaucoup,  dans les prisons de Bossembélé, de Bossangoa, de Bérengo, de la SRI, du Camp de Roux, et de Ngaragba.

 

      Votre tâche qui sollicite immensément une conscience droite et un courage peu commun,  est rude, je sais, mais elle est noble et nécessaire.

 

        La nation entière sait compter sur votre ardeur et sur votre abnégation pour placer, sans aucune discrimination,  la justice de notre pays au-dessus des ressentiments sectaires et des malveillances indignes.

 

Assuré de votre diligente saisine de toutes les instances requises pour traiter et conclure cette affaire « Le Centrafricain MACKPAYEN » ainsi que toutes celles qui lui sont semblables, je vous dis merci, par avance de vos très prochaines instructions.

 

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Procureur de la République, l’expression sincère de mon profond respect.

 

 

 

 

Cœur-Sacré MACKPAYEN

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers