Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 00:31

 

 

 

Feindiro

 

 

 

En date du 21 juillet dernier, la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bangui, statuant en toute indépendance, a invoqué les dispositions de l’article 97 alinéa 1er du Code de  Procédure Pénale, rappelant qu’aucune détention ne peut excéder la durée d’un an sauf à titre exceptionnel lorsque le Juge d’Instruction envisage de prolonger le délai de détention par une ordonnance motivée et pour une durée qui ne saurait excéder une période de 4 mois. La Chambre d’Accusation a pu constater qu’aucun acte n’avait suivi les interrogatoires de première comparution, que le Juge d’Instruction n’avait pris aucune ordonnance motivée en vue d’une prolongation de la détention, et que, dès lors, cette détention était manifestement illégale. C’est pourquoi la Chambre d’Accusation a rendu une ordonnance de mise en liberté immédiate de Mme Albertine BALEMBY née KALAYEN et autres qui avaient arbitrairement été déportés et illégalement détenus plus d’une année pour rien à la prison spéciale de BOZIZE et FEINDIRO de Bossembélé.   

Comme on est en bozizie, ils ont été récemment ramenés à Bangui suite aux diverses pressions mais le magistrat Modeste Martineaud BRIA bloque depuis, l'exécution de la décision de justice prise le 22 juillet 2011 de les remettre en liberté, pour faire sans doute plaisir à son ministre, toujours le demi-dieu Firmin FEINDIRO ainsi qu’au président BOZIZE, et aussi dans une certaine mesure à son pourvoyeur de fonds, le libanais El Akhras Ali 1er, nouvel empereur de Centrafrique, qui détient par délégation de pouvoir de BOZIZE, le droit de vie sur les Centrafricains opprimés et résignés. Il s’est dernièrement permis de frapper et passer à tabac jusqu’à lui casser le bras, un de ses employés qu’il a accusé d’avoir volé son iPAD acheté à Doubaï ou en Chine.  Ainsi continuent tranquillement les pratiques de république bananière en bozizie.

Rédaction Centrafrique-Presse

 

Ci-dessous, l'ordonnance de mise en liberté dont l'exécution est bloquée par Modeste BRIA

 

 

 

 

ordonnance-affaire-RAYAN-1.JPGordonnance-affaire-RAYAN-2.JPGordonnance-affaire-RAYAN-3.JPGordonnance-affaire-RAYAN-4-copie-1.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse