Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 16:50

 

 

Bozize171108275-copie-1.jpg

 

 

 L’affaire de la vente de l’immeuble Bangui 2000 dans des conditions pour le moins rocambolesques à un commerçant centrafricain d’origine libanaise, suivie de la spectaculaire expulsion manu militari par les éléments de l’OCRB des locataires des locaux de commerces et des bureaux de cet immeuble dont le bâtonnier de l’ordre des avocats centrafricains Me Balembi qui y a son cabinet et Jean Daniel Dengou Directeur gérant de l’entreprise d’ingénierie informatique ADMN et aussi Vice Président du Conseil Economique et Social, prend des proportions avec l’incendie depuis mercredi soir 19 h qui a réduit en cendres le supermarché RAYAN dont le propriétaire n’est autre que le commerçant centrafricano-libanais Akhrass Ali qui a acheté l’immeuble Bangui 2000.

Selon nos informations, le président François Bozizé s’est personnellement impliqué dans cette affaire comme dans bien d’autres déjà dans le passé, en croyant devoir se pointer lui-même ce jeudi au tribunal de grande instance de Bangui où il n’a trouvé sur place qu’un greffier. Il aurait ordonné immédiatement l’arrestation du bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Balembi ainsi que de Jean Daniel Dengou, responsable de l’entreprise ADMN et Vice Président du Conseil Economique et Social.

Après s’être suffisamment enrichi avec les loyers des locaux de l’immeuble Bangui 2000 dont son épouse était chargée de la collecte, le procureur Firmin Feindiro a consenti à la vente de l’immeuble, et ce n’est sans doute pas par hasard que c’est le commerçant d’origine libanaise  propriétaire du supermarché RAYAN qui s’en est porté acquéreur. De loin, on sent le délit d’initié et la montée actuelle au créneau du président de la République à quelques heures de la fin de son mandat n’est pas non plus fortuite.

Il en va ainsi du pouvoir et du régime de Bozizé avec le cortège de ceux qui sont au-dessus des lois comme les assassins tels que Olivier Gbangouma et autres Eugène Ngaikoisset, Vianney Semndiro  et ses demi-dieux comme le procureur Firmin Feindiro, qui ont amassé une fortune colossale qui n’a rien à voir avec son salaire de magistrat fût-il procureur de la  République depuis que Bozizé est à la tête du pays.  

Les Centrafricains de tous bords doivent prendre clairement conscience de la nature réellement sanguinaire et du visage hideux du dictateur François Bozizé qui est un mal absolu pour eux et notre pays aujourd’hui. Lui et son clan ont mis notre pays en coupe réglée et telles des sangsues, se nourrissent du sang des citoyens. Il est plus que temps que les citoyens de ce pays s’en rendent compte et reviennent de leurs illusions sur le KNK et son chef qui entendent enfoncer encore davantage notre pays dans l’abîme. L’expiration de son mandat constitutionnel dans quelques heures le rend passablement nerveux, agressif voire paranoïaque.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique