Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 15:32

 

 

 

Hissene-Habr-.jpg

 

 

New York, Etats-Unis 13/07/2011 (Pana) - Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, a salué mardi la décision du Sénégal de renoncer à extrader l’ancien président du Tchad, Hissène Habré, vers son pays, soulignant toutefois qu’il ne devrait pas vivre dans l’impunité dans son pays d’accueil.

Mme Pillay avait lancé un appel en faveur de l’annulation de l’extradition de M. Habre parce qu’elle n’est pas sûre que les conditions pour assurer sa sécurité et un procès équitable seront garantis, sans compter le risque énorme de torture qu’il encourt s’il venait à être extradé.

'Néanmoins, le Haut-Commissaire souligne que ceci ne veut pas simplement signifier le retour au statu quo et qu’Habré continue à vivre dans l’impunité au Sénégal comme ce fut le cas ces 20 dernières années', souligne un communiqué publié à New York.

'Il est important que des progrès rapides et concrets soient faits par le Sénégal pour inculper ou extrader M. Habré dans un pays qui veut organiser un procès équitable. C’est la position que le Haut-Commissaire a toujours défendue, c’est également celle de l’Union africaine (UA) et celle de la majorité de la communauté internationale', ajoute le communiqué.

'Donner asile à une personne impliquée dans la torture ou d’autres crimes contre l’humanité sans la juger ou l’extrader constitue une violation du droit international”, poursuit le même communiqué.

Selon le communiqué, lors de son sommet qui s’est déroulée début juillet en Guinée Equatoriale, l’UA avait exhorté le Sénégal à juger M. Habré ou de l’extrader vers tout pays qui souhaite le juger.

'Seule la Belgique avait exprimé l’intention d’organiser son procès», indique le communiqué.

Ayant dirigé son pays de 1982 à 1990, M. Habré est accusé de tortures et de crimes politiques.

Il vit au Sénégal depuis son départ du pouvoir à la suite d’un coup d’Etat mené par Idriss Déby Itno, l’actuel président du Tchad.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers