Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 20:17

 

 

 

 

Habré

 

 

N'Djamena AFP / 22 juillet 2011 14h37- Le gouvernement tchadien a annoncé vendredi qu'il privilégiait l'extradition de l'ancien président tchadien Hissène Habré, actuellement au Sénégal, vers la Belgique.

Le droit légitime des victimes à la justice et le principe de rejet de l'impunité consacré par l'Acte constitutif de l'Union Africaine conduisent le gouvernement tchadien à demander que soit désormais privilégié l'option de l'extradition de Hissène Habré vers la Belgique pour y être jugé, indique le communiqué signé du secrétaire d'Etat aux affaires Étrangères Mahamat Bechir Okoromi.

Cette option envisagée parmi d'autres par l'Union Africaine (UA) est la mieux adaptée à la situation souligne le communiqué qui précise que le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat a officiellement notifié, lors d'une rencontre le 21 juillet à Addis Abeba avec le vice-président de la Commission de l'Union Africaine, la position du Tchad.

Le communiqué indique que dans les jours à venir, le même message sera porté au président en exercice de l'Union Africaine (le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema), et aux autorités belges.

M. Habré, qui vit en exil à Dakar depuis sa chute en 1990 après huit ans de règne, est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture. Le Sénégal, qui avait accepté en 2006 de le juger à la demande de l'UA, n'a jamais organisé le procès.

Le 8 juillet, le gouvernement sénégalais avait annoncé qu'il allait expulser M. Habré au Tchad où il a été condamné à mort par contumace avant de revenir 48 heures plus tard sur sa décision, à la demande de l'ONU. La Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait estimé que cette extradition pouvait être une violation du droit international, dans la mesure où l'ancien président risquait d'être soumis à la torture au Tchad.

Le responsable de Human Rights Watch Reed Brody, spécialiste du dossier, a estimé à de nombreuses reprises que: l’extradition de Hissène Habré en Belgique pour être jugé est la seule option. Le Sénégal refuse de juger l’ex-président tchadien et que son renvoi à NDjaména n’est plus possible, a-t-il notamment expliqué la semaine dernière à N'Djamena.


(©)

 

Vingt ans après sa chute, Hissène Habré fait toujours peur au Tchad - Afp

L'ex-président tchadien Hissène Habré (1982-1990), exilé au Sénégal, inspire toujours une peur viscérale chez ses victimes qui veulent le voir jugé pour "crimes contre l'humanité", mais pas à N'Djamena où l'idée même de son retour a fait craindre des troubles violents.

Au Tchad, Hissène Habré dont le régime a fait 40.000 morts selon une commission d'enquête, compte toujours ennemis mortels comme soutiens discrets. Et bien que le Sénégal ait suspendu son projet de le renvoyer au Tchad son nom est revenu sur toutes les lèvres.

Les anciens agents de la DDS (Direction de la documentation et de la sécurité, police politique) "sont encore dans les rouages de l'Etat", affirme Boukar Aldoumngar Mbaïdjé, gendarme retraité de 62 ans et ancienne victime qui explique que les victimes du régime "ont toujours peur d'eux (...). Quand quelqu'un a été mordu par un serpent, il a peur d'une corde".

Comme de nombreuses victimes rencontrées par l'AFP, M. Mbaïdjé souhaite qu'Habré soit extradé et jugé en Belgique pour permettre de se "réconcilier" mais ne veut pas en entendre parler au Tchad redoutant notamment qu'il n'y ait de l'agitation.

"Nous les victimes, nous demandons que la justice soit faite, nous sommes tous des Tchadiens, on est condamnés à vivre ensemble, (mais) on ne doit pas être condamné à vivre avec les rancoeurs", estime-t-il.

"Qu'il soit jugé au Tchad ou ailleurs, l'essentiel est qu'il soit jugé parce que nous avons plusieurs victimes qui attendent. Il faudra que la lumière soit faite, c'est très important" pour le pays, plaide le procureur général, en charge de l'affaire au Tchad, Massingarel Kagah qui ne croit pas qu'un retour aurait pu déstabiliser le pays.

Signe que les plaies ne sont pas refermées, un gradé des services de renseignement confie que "le niveau de sécurité" avait été relevé par crainte qu'Habré ne soit assassiné ou de troubles dans un pays marqué depuis son indépendance en 1960 par d'incessants conflits.

A l'annonce de son retour, des victimes auraient même prévu de quitter "la ville, par peur, rien qu'à entendre prononcer (son) nom", affirme Clément Abaifouta, président de l'Association des victimes contre la répression politique (AVRP), ajoutant que ce rebondissement dans l'affaire "remue des choses, tout ce que les gens ont ancré en eux, les gens revoient ce passé noir".

Selon le journal proche de l'opposition N'Djamena Bi Hebdo, le gouvernement aurait même craint que "la présence de HH (Hissène Habré) sur le territoire national occasionne un affrontement armé intercommunautaire (Habré est d'ethnie gorane, du nord) à cause de la vendetta bien ancrée dans les moeurs de certaines communautés tchadiennes".

Porte-parole de Human rights watch, Reed Brody explique qu'au Tchad "mosaïque de groupes ethniques", la répression a visé notamment "les populations du sud du Tchad parce qu'il y avait la rébellion", avant de toucher en 1987 l'ethnie Hadjeraï (du nord) dont certains étaient entrés en rébellion et enfin en 1989 les Zaghawas (de l'est) avec "la dissidence et la rébellion d'Idriss Deby", actuel président ayant renversé Habré en 1990.

"Hissène Habré est responsable de la mort de beaucoup de proches" de Deby, poursuit M. Brody.

Selon lui, "les ennemis de Hissène Habré, ils sont un peu partout (...) on dit communément qu'il n'y a pas de famille qui n'a pas perdu une personne pendant le régime de Hissène Habré".

Tahir, 29 ans, un habitant de N'Djamena, affirme toutefois qu'en privé "il y a des gens qui restent mordicus, à 100% pour" Habré.

L'universitaire et intellectuel Ali Abderhamane Haggar regrette, lui, qu'un procès ne se tienne pas au Tchad: "Je vous assure que si on avait fait ça dans les années 2000, dix ans seulement après sa chute, on aurait beaucoup évolué en droits de l'homme, en démocratie, en transparence".

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers