Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 23:32

 

 

 

Eric-de-Putter.JPG

 

 

Français assassiné à Yaoundé : le doyen de l’Upac en détention provisoire


ParRFI mercredi 22 août 2012

 

Au Cameroun, du nouveau dans l’enquête sur l'assassinat d'un jeune enseignant français de 31 ans à Yaoundé en juillet dernier. Le doyen de la faculté protestante où Eric de Putter enseignait a été arrêté et placé en détention provisoire. C’est le deuxième suspect interpellé dans le cadre de cette enquête.


C’est à l’issue d’une audition chez le juge chargé d’instruire l’affaire que le doyen de l’université où enseignait Eric de Putter a été interpellé et placé en détention provisoire jeudi. C’est le second suspect arrêté dans le cadre de cette enquête.


Début août, un pasteur centrafricain, étudiant dans la même faculté, avait été interpellé, soupçonné d’avoir commandité l’assassinat. La piste du règlement de compte au sein du campus semble donc se préciser à mesure que l’enquête se poursuit.


Eric de Putter, 31 ans, avait été retrouvé poignardé à son domicile en plein cœur du campus de l’Université protestante d'Afrique centrale de Yaoundé le 8 juillet. Très rapidement, les témoignages de ses proches ont révélé que le volontaire se sentait menacé. Selon ces mêmes sources, il entretenait des rapports tendus avec les responsables de l’établissement protestant en raison de ses dénonciations sur la gestion de la faculté. L’enseignant avait d’ailleurs avancé la date de son départ pour la France.

 


 

Cameroun : un pasteur aux arrêts dans le cadre de l’assassinat d’un enseignant français     

 

Yaoundé (Cameroun) 2012-08-22 12:52:31 (APA)  - Le doyen de la faculté de théologie protestante et de sciences religieuses de l'Université protestante d'Afrique centrale (UPAC) de Yaoundé, Jean-Bosco Ngend, a été placé sous mandat de dépôt par la police judiciaire dans le cadre de l’assassinat, le 8 juillet dernier, d’un enseignant expatrié de cette institution, le Français Eric de Putter, a-t-on appris mercredi de source policière.


Il y a de cela un mois, le pasteur Barka Nado, de nationalité centrafricaine et également enseignant dans cet établissement confessionnel, soupçonné d’avoir commandité cet acte, avait été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Yaoundé.


Eric de Putter, 31 ans, avait été assassiné nuitamment de deux coups de couteau à sa résidence, sise au campus de l’UPAC alors qu’il venait manifestement d’ouvrir sa porte à un visiteur sans la moindre méfiance.

Selon des indiscrétions puisées auprès de l’enquête, la victime avait, quelques semaines plus tôt, rejeté les travaux de thèse de Barka Nado qu’il jugeait ''médiocres’’.


Dans le même temps, Eric de Putter était connu pour ses dénonciations véhémentes quant à la gestion, jugée calamiteuse, de l’UPAC en général.

 


 

Un suspect interpellé dans l’affaire du Français assassiné à Yaoundé


RFI mercredi 15 août 2012

 

L'enseignant Eric de Putter avait été retrouvé mort à son domicile début juillet 2012 sur le campus de l’université protestante d’Afrique centrale (Upac), où il enseignait. Le présumé coupable est un de ses anciens élèves. Un « bouc-émissaire » selon les proches du Français.

 

D’après l’information révélée par le quotidien Le Jour, le principal suspect est un pasteur centrafricain. Cet étudiant à l’université protestante où enseignait Eric de Putter a été placé en détention provisoire il y a une quinzaine de jours. Il est, de sources concordantes, soupçonné d’avoir commandité ce meurtre par vengeance, sa thèse ayant été rejetée par le jeune professeur français, ce que confirme l’encadrement de la faculté.

 

De bonnes sources, plusieurs témoins sont par ailleurs convoqués devant le juge d’instruction cette semaine dans le cadre de son éventuelle inculpation.

 

Depuis qu’Eric de Putter a été retrouvé poignardé à son domicile en juillet, des témoignages concordants ont révélé que le bénévole entretenait des rapports tendus avec certains responsables de l’université. Sa rigueur et ses dénonciations sur la gestion de la faculté lui auraient valu de solides inimitiés et même des menaces. Si bien qu’aujourd’hui, des proches d’Eric de Putter s’interrogent sur la piste privilégiée par la police camerounaise et craignent que le suspect ne soit qu’« bouc-émissaire ».

 


 

Un enseignant français assassiné à l'arme blanche au Cameroun

 

RFI mardi 10 juillet 2012

 

Un jeune Français a été assassiné à coups de couteaux dimanche 8 juillet au soir à son domicile à Yaoundé, la capitale camerounaise. Eric de Putter, 31 ans, y travaillait comme enseignant volontaire.

 

Eric de Putter a été assassiné dimanche aux alentours de 19 heures sur le campus de l’université protestante d’Afrique centrale, en plein cœur de Yaoundé.

 

L’enseignant de 31 ans a succombé aux coups de couteaux de son agresseur, alors qu’il se trouvait dans sa maison, au sein de la partie résidentielle du campus, une zone fréquentée en fin de journée.

Du crime crapuleux au règlement de compte, aucune hypothèse n’est pour l’instant exclue. Une enquête a été ouverte par la police camerounaise et des témoins ont été auditionnés, afin d’appréhender le ou les auteurs de ce meurtre.


Le services de l’ambassade de France sur place se disent par ailleurs mobilisés. Sur le campus, les collègues de l’enseignant en théologie son abasourdis. Tous décrivent un jeune homme apprécié de ses collaborateurs et de ses élèves.


Eric de Putter était arrivé au terme de son contrat de deux ans, comme volontaire de la solidarité internationale. Il devait rentrer en France d’ici à quelques jours, en compagnie de son épouse.

 

 


 

NDLR : Si des pasteurs se mettent à régler leurs différends à coups de poignard, sur quel chemin vont-ils demain conduire leurs brebis? Celui des abattoirs très certainement! On connaissait déjà les fous de Dieu de certaines religions, mais on dirait que ça devient une épidémie qui gagne toutes les religions maintenant.


Il faut croire, hélas c'est triste mais c'est comme si "tout foutait" le camp; il n'existe plus rien auquel l'homme puisse s'accrocher ou se prévaloir: la religion, la politique, le sport, la famille, les amis, la morale, l'honnêteté etc...Vivement que l'on se réveille car le chaos n'est pas loin.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers