Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 01:39

 

 

 

 

touad3.jpg

 

Au moment où s’ouvre à Brazzaville le sommet des chefs d’Etat de la CEMAC ce mardi 24 juillet 2012, certaines rumeurs qui courent à Bangui prêtent à Bozizé l’intention de proposer la candidature de son actuel premier ministre, l’inodore et tout aussi incolore et sans saveur Faustin Archange Touadéra, pour le poste de président de la Commission qu’est censé avoir libéré depuis le sommet de Bangui, le sulfureux Camerounais Antoine Ntsimi dont les mésaventures avaient récemment défrayé la chronique tant à Bangui que dans son propre pays.

Après l’ancien premier ministre Elie Doté et le président du PSD Enoch Derant Lakoué dont les noms avaient été déjà avancés pour le même poste, voici qu’apparaît un troisième larron en la personne de Touadéra. S’agissant de ce dernier, Bozizé ferait mieux de le laisser reprendre l’enseignement de ses mathématiques que de chercher à lui confier encore une autre fonction éminemment politique car en matière de politique, il n’y voit que du feu.

A quoi sert Faustin Touadéra en réalité ? Après trois mandats comme premier ministre, les Centrafricains ne s’expliquent pas cette exceptionnelle longévité et sont tous au regret de constater que le bilan de tous les cabinets Touadéra est totalement nul. Il n’y a rien à en retenir. Seul Bozizé, et pour cause, qu’il sert avec une déconcertante docilité voire servilité, arrive à trouver chez lui quelques points à mettre à son actif. La particularité de ce monsieur est d’être extrêmement lisse donc  insaisissable.

Si Touadéra devrait mourir étouffé en raison du grand nombre de couleuvres que Bozizé lui a fait avaler, il y a longtemps qu’il ne serait plus de ce monde mais le personnage est là, imperturbable, se contentant de jouir de sa plus que confortable situation matérielle et des juteux fonds  spéciaux mis hebdomadairement à sa disposition qui lui permet d’entretenir lui aussi plusieurs maîtresses dans la ville, comme à l’instar de son président de patron.

Respecté pratiquement par aucun des ministres du gouvernement qu’il a pourtant l’honneur et le privilège de diriger, on se demande bien qu’est-ce qu’il continue de faire à sa tête sinon pour satisfaire son goût pour l’argent et d’être en contrepartie traîné quasi quotidiennement dans la boue. Anicet Parfait Mbaye le traitait de tous les noms. Ndoutingaï et Findiro sont aujourd’hui en disgrâce mais au plus fort moment de leur toute puissance, n’avaient aucune considération quelconque pour lui. L’idée d’une esquisse ou d’un semblant de démission ne lui est jamais venue à l’esprit.

Il est systématiquement écarté par Bozizé et son fils Francis des questions liées à la défense nationale et à l’insécurité dans le pays. Sur les problèmes de finances publiques, il n’a point voix au chapitre. On ne l’a jamais entendu émettre la moindre dénonciation ou même indignation face aux nombreux cas de détournement de deniers publics qui ne cessent de défrayer la chronique et dont certains auteurs se trouvent même dans son propre gouvernement.

Faustin Touadéra sert quand même entre autre à aller représenter Bozizé à certaines réunions au sommet lorsque ce dernier ne veut pas s’y rendre lui-même. Ce fut dernièrement le cas pour le sommet des Nations Unies sur l’environnement de Rio+20. Cela  permet à notre mathématicien d’en profiter pour faire du lèche-vitrines et effectuer ses emplettes à Washington, New York ou Paris. C’est franchement pathétique pour quelqu’un qui se dit intellectuel !

Dès lors on voit très mal comment avec un tel bilan, il pourrait convenir à des fonctions aussi importantes sinon plus encore comme celles de président de la commission de la CEMAC si déjà le bonhomme n’est même pas parvenu à diriger correctement un gouvernement et à laisser en quittant un bon souvenir à ses concitoyens.

Depuis, son gouvernement se réduit chaque jour en peau de chagrin suite à des hémorragies répétées où des ministres s’en sont allés comme le cas de Sylvain Maliko de l’économie et du plan fin décembre 2011, certains mis en examen comme Fidèle Gouandjika alias le milliardaire de Boy-Rabe, d’autres ou carrément placés sous mandat de dépôt comme Michel Koyt et limogés comme Sylvain Ndoutingaï et Firmin Findiro, Touadéra reste de marbre et ne dit toujours rien. Tout passe au-dessus de lui. On connaît à peine le timbre de sa voix et il s’en ira ainsi un jour retrouver peut-être ses chères mathématiques….

La rédaction

 

Quelques nouvelles nationales en bref

Touadéra et Gambi auraient signé secrètement un nouveau prêt indien

Faustin_Touadera.jpg

 

Antoine Gambi

 

Après la disparition mystérieuse du prêt indien de 29,5 $ US secrètement octroyé à Bozizé et ses larrons, pactole pour lequel les ex-ministres Michel Koyt et Abdallah Kadre croupissent actuellement en geôles, Faustin Touadéra et Antoine Gambi seraient retournés récemment en Inde signer encore un autre prêt de 40 milliards de F CFA selon nos informations. Ce second prêt indien devrait servir à acquérir une turbine électrique pour la source d’énergie destinée à aliment la cimenterie dont la construction serait toujours en cours mais où toutes les nuits, des voleurs viendraient chiper les matériaux.

 

Résultats du Bac 2012 : Proclamation retardée à cause de Bozizé

Pr Yangouvonda

 

Selon nos informations, tous les résultats du baccalauréat 2012 seraient déjà prêts depuis quelques jours pour diffusion sur les antennes de Radio Centrafrique mais il a fallu les soumettre à un examen préalable du général président Dr honoris causa Bozizé avant toute diffusion. C’est ce qui ferait retarder la proclamation desdits résultats. Un président qui n’a visiblement rien à faire que de se taper les résultats du bac des jeunes scolaires. Chaque année, on prête à son épouse Monique la saugrenue habitude d’adresser une liste de certains de ses parents qui doivent nécessairement être admis à cet examen. Bozizé veut-il faire de même cette année ?    

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique