Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 02:06

 

 

 

 

 

 

Saulet Clotaire

 

« La haine rend aveugle ». C’est ainsi que je conçois l’article intitulé « méditons avec sérénité la victoire de François HOLLANDE » publié sous la signature de Mr Clotaire Surungba Saulet dans Centrafrique-Presses.com du mercredi 9 mai 2012. On peut lire entre autres : « bien que cette dernière forme de courant obscurantisme des besoins vitaux des larges masses populaires et, nonobstant l’appartenance depuis quelques années, par erreur, d’un parti politique centrafricain à l’Internationale socialiste qui, par essence défend des valeurs de gauche dont la tolérance, le dialogue, la rigueur, la probité morale et intellectuelle ou la conquête du pouvoir par la voie démocratique , laquelle internationale socialiste ne peut devenir un purgatoire pour les bourreaux du peuple centrafricain, ni un paillasson sur lequel ces mêmes bourreaux vont essuyer leurs bottes ensanglantées depuis les représailles des évènements des 28 mai 2001 et 25 octobre 2002….. ».  

Je suis choqué et je réagis en tant que patriote centrafricain qui ne peut rester indifférent à un article qui crie à la vendetta et qui veut déclencher un cycle infernal de haine et de violence incontrôlable alors que les centrafricains veulent se réconcilier pour bâtir ensemble un avenir meilleur.  Sans doute ignores-tu que le centrafricain aime son pays, car personne d’autres  ne le ferait à sa place ?  Il est patriotique, tolérant,  épris de paix, de justice et de liberté.  Et beaucoup de centrafricains sont des chrétiens qui obéissent à la Sainte écriture qui nous demande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes et de  pardonner aux autres autant de fois que nous le pouvons.  C’est pour cette raison qu’il n’y a pas encore eu de guerre civile en Centrafrique malgré qu’une ethnie ait  tenté  de l’imposer en son  temps, de 1995 à 1997 au peuple centrafricain. Il est incompréhensible qu’un centrafricain qui se dit religieux et que j’appellerai un « pharisien » sans porter un jugement,  puisse nourrir autant de pensées démoniaques de division et inoculer le venin du tribalisme et de la haine dans le cœur de ses concitoyens qui n’aspirent qu’à la paix.

Dans ton article, tu considères le défunt président PATASSE, Martin ZIGUELE et le MLPC comme les responsables directs de tous les malheurs actuels de la RCA. Cependant, tu n’as pas eu le courage de faire référence aux déboires du régime BOZIZE  qui a réussi à diviser le pays entre différents groupes rebelles, dilapider plus de 700 milliards de FCFA d’aide extérieure, affamer son propre peuple et réduire son pays à une misère que le mot extrême pauvreté ne suffit plus pour décrire.  Tu cherches à détourner l’attention des centrafricains de leur enfer quotidien pour les plonger dans des souvenirs douloureux que tous tentent péniblement d’oublier sans jamais pardonner.  Tu cherches forcement à inculper les ressortissants de l’Ouham Pendé sans doute pour un calcul politique.  Tu cultives la haine sans savoir que celle-ci a un bras long, auquel personne n’est à l’abri.  Où est le bon sens dans tes analyses s’il l’on ne parle pas des conditions de vie actuelles des centrafricains?  Quelle impartialité!

 

Il n’ya que deux raisons pour lesquelles tu évites de parler de BOZIZE. La première raison est que tu cherches à plaire à BOZIZE pour te faire une place auprès de la mangeoire. La seconde, tu as une haine viscérale du MLPC et de son président.  Faut-il que toi et tes complices soient aux abois pour tenter de disqualifier le MLPC et son président par des procès d’intention d’une telle violence ?

 

Saulet, connais-tu un peu l’histoire de ton propre pays ?   

Chaque foyer centrafricain du nord au sud comme d’est à l’ouest à perdu  un être cher, un père, un fils, une sœur ou un frère dans des circonstances douloureuses et souvent terrifiantes. 

En 1968, les ressortissants de la Sangha Mbaéré ont pleuré les disparitions  de BANZA, MARIGOT, ZATAO  et consorts.  Les plaies ne sont pas encore cicatrisées même si Bokassa n’est plus.

En 1976, les ressortissants de l’Est ont pleuré les fils du pays comme les frères OBROU et MEA, KOSSI, MANDABA, LIGOUPOU, MAZOUGOU et ZOUKONGO et autres.  Ils sont encore loin d’oublier cette perte des leurs. 

De 1985 à 1987, la haine a poussé KOLINGBA à raser plus d’une vingtaine de gros villages dans l’Ouham Pendé.  Les localités  principalement visées étaient la ville de Paoua, le village Békaie où trois frères d’une même famille, fusillés sur la place centrale hantent encore les esprits et les villages Bédaya et Bémaïdé.  Des  cases, des greniers de maïs, de mil et de grains de coton ont été incendiés, et le cheptel pillé par les militaires en mission commandée. Les jeunes qui ont réussi à s’échapper ont pris le chemin de l’exil, en majorité vers Garoua, dans le nord du Cameroun, ville frontière avec le Nigeria. Cette expédition punitive était la conséquence du fameux coup d’état radiophonique de 1983 orchestré par le seul et incompétent BOZIZE, un ressortissant de l’Ouham tout court. Par la suite, le général MBAIKOUA a été tué comme un animal en brousse. Pendant le coup d’Etat manqué du 28 mai 2001, le Général NDJADDER, ressortissant de l’Ouham Pende et d’autres fils du pays ont trouvé la mort.

Actuellement, il y a urgence, notre cher et beau pays n’existe plus que de nom.  Notre pays meurt à petit feu à cause de notre incapacité à faire face à nos propres problèmes.

   

Le Centrafricain n’a plus que ses yeux pour pleurer. Les Centrafricains meurent comme des mouches car les hôpitaux sont des mouroirs où il manque le minimum d’équipements sanitaires et de médicaments. Le niveau d’instruction baisse d’année en année car les enfants ne font plus que 12 heures de cours par semaine. Les écoles publiques manquent d’enseignants, d’équipements  et de  matériels didactiques. Au 21ème siècle, les Centrafricains se lèvent à 3 heures du matin pour chercher de l’eau potable dans des bidons, sinon ils n’ont pas d’eau pour la journée.  L’accès à l’eau potable est de 32% en milieu rural et  de 28% dans les zones urbaines. Cela est inacceptable. L’électricité ne fonctionne que 5 heures tous les 2 jours.  Les Centrafricains ne mangent qu’une seule fois par jour et deviennent végétariens contre leur gré.  La viande et le poisson, des denrées rares, sont hors de portée de sa bourse.  Dès sa descente d’avion, le visiteur est choqué par l’état détérioré de la ville de Bangui.  L’insécurité gagne l’ensemble du territoire. La défense du territoire national et même des institutions de la république est sous traitée aux forces étrangères. Les caisses de l’Etat sont vides à cause d’un pouvoir prédateur, clanique et incompétent. L’avenir du pays dépend désormais du hasard. Pendant ce temps, BOZIZE, affame son peuple, mais alimente  ses comptes off shore. 

SAULET, pourquoi tiens-tu des discours revanchards, extrémistes et nauséabonds ? Tu es aveugle face aux problèmes actuels, et tu t’insurges en censeur-moralisateur en  ciblant le MLPC et son président Martin ZIGUELE pour créer de la polémique. Pour faire un changement en Centrafrique, il te serait plus facile de descendre dans l’arène et te battre démocratiquement comme tout le monde.  Si tes idées plaisent aux Centrafricains, ils t’éliront, sinon ils t’enverront à la casse ! 

C’est étrange, même mort, le président Ange Félix PATASSE te dérange encore. De mon point de vue,  je crois que tu es viscéralement anti-MLPC et cette haine transcende ton intérêt de vendre ta « boule  puante » que tu intitules tout bonnement « vérités sur les politiques centrafricaines ».  Où sont donc les valeurs démocratiques et républicaines  que tu dis vouloir « défendre »? Comment un être humain peut-il en arriver à ce niveau de l’abject, de mensonge, de diffamation et de l’ignominie ?

De grâce, fais toutes les analyses critiques que tu veux sur le MLPC ou tout autre parti politique (MDD, RDC, MESAN…) mais ne sombre pas dans la détestation sans limites et l’exécration déraisonnable. Les Centrafricains ont pour l’heure, d’autres chats à fouetter. Ils ne vont pas s’abaisser à ton niveau pour regarder dans le rétroviseur. Ils ne descendront pas dans le caniveau nauséabond. Ils ne veulent plus d’une politique qui stigmatise et prône la division. Ils ont eu à pleurer leurs morts et ils ont d’autres préoccupations aujourd’hui, celles de survivre.

Ne remuons pas le couteau dans la plaie qui ne s’est pas tout à fait cicatriser. Ce sont des moments tristes de notre histoire que nous souhaitons tous qu’ils ne se répètent plus. Jamais au grand jamais ! Je ne veux pas de la politique-spectacle, ni d’une politique qui stigmatise. C’est anti démocratique !

Je ne mets pas en cause tes connaissances historiques de la politique centrafricaine, mais ton avis est orienté par des pulsions tribales inavouées comme si les OBROU, KOSSI, MANDABA, BANZA, NDJADDER, MBAIKOUA et consorts ne sont  pas des Centrafricains et les villages incendiés à Paoua n’appartiennent pas au territoire centrafricain ou à ceux de la « République de Logone » comme tu l’as écrit ? 

Disons-le simplement, ne prends pas les Centrafricains pour des crétins. Mon impression est qu’en plus de ta haine, tu es à la recherche d’intérêts personnels, espérant bénéficier des faveurs de BOZIZE après la publication de ton livre. Toute fois, aujourd’hui, désarticulé, disloqué et anémié financièrement, la bozizie est un grand corps malade.  Le pouvoir du chef se désagrège. Entre malaise et suspicion, les hauts dignitaires de la bozizie s’écharpent comme jamais. Et nombreux sont les opportunistes comme toi qui sont déjà à tourner autour comme si le malade va passer à trépas. Certains commencent à se résigner à une éventuelle fin de règne. Peut-être espères-tu occuper plus tard le fauteuil de BOZIZE entouré de la clique d’opportunistes tribalistes qui te soutiennent ?  

Alors qu’il est urgent et indispensable que la société civile et politique formule une stratégie différente du complot de Gonesse en 2003 où toutes les énergies, les intelligences et les moyens ont été utilisés uniquement pour chasser PATASSE, le président démocratiquement élu. Ils n’ont pas assez réfléchi à la manière de gouverner. Comme le disait Laurent BOUVET : « quand on est au pouvoir, on ne réfléchit pas : on est censé l’avoir fait avant ». Ne nous laissons pas dominer par l’événement ou nous distraire mais projetons-nous dans l’avenir.

La logique politique de ces dernières années, axée sur la division et l’arrogance qui enferme dans la passivité coupable l’opposition est à bannir car elle risque d’anesthésier tout espoir d’alternance. Selon un dicton centrafricain : « un seul doigt ne peut pas attraper un poux dans les cheveux ».  C’est ensemble que nous pouvons arriver à Canaan.

Les opposants sénégalais se sont mis ensemble pour se défaire du président WADE. Pourquoi ne nous unissons nous pas autour de Martin ZIGUELE et du MLPC  pour mettre fin aux  souffrances du peuple centrafricain ?

Acceptons la réalité et reconnaissons en toute objectivité et lucidité, qu’aujourd’hui, si alternative il y a, Martin ZIGUELE et le MLPC en seront le centre de gravité. Le MLPC a été le seul parti politique a brisé la loi politique unique de l’impossible héritage. Martin ZIGUELE a pris le leadership du parti lorsque PATASSE était  en exil au Togo. Son intelligence politique a été de ne pas chercher querelle avec le président PATASSE. Ce qui n’a pas été fait par les partis  RDC, FPP et MDD qui ont été dirigés par procuration par leur président respectif  jusqu’à leur dernier souffle. Aujourd’hui, le FPP et le MDD sont devenus des partis satellites du KNK de BOZIZE. Le RDC n’est plus que l’ombre de lui-même sans leader charismatique. Contrairement aux autres partis, le MLPC est le seul à faire un travail de fond sur toute l’étendue du territoire. Il dispose de toutes les structures du parti à Bangui et dans les provinces.

S’il y a une seule personne qui peut profiter de tes basses querelles, c’est BOZIZE.

N’en déplaise à SAULET, mais DACKO, KOLINGBA et PATASSE ne sont plus de ce monde, paix à leurs âmes. C’est une nouvelle génération avec des idées nouvelles, une approche différente du pouvoir et une vision de la société différente qui doit émerger. Je reste convaincu que ta démarche délirante est solitaire et n’engage en rien les yakomas ou le RDC. Rien ne sert de manipuler la pensée et l’histoire républicaine pour assouvir un quelconque dessein. Aujourd’hui au sein du FARE, nous avons le RDC qui travaille la main dans la main avec le MLPC.

« Qui veut faire l’ange fait la bête ». 

Y a pas la temps !

 

Jean-Claude Gbaguéné  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion