Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 14:17

 

 

 

 

boz en meeting

 

 

RFI VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2012

 

Le président centrafricain, François Bozizé, qui s'est exprimé hier à la télévision devant ses concitoyens, « crie au secours en vain », titre Guinéeconakry.info. Sentant ses jours comptés à la tête de la République centrafricaine, le chef de l’Etat multiplie les appels à l'aide. « Confus et désorienté, il invente même des liens de famille avec l’ancienne puissance coloniale dont les citoyens sont subitement devenus ses "cousins" », raille le quotidien en ligne. Le journal en ligne qualifie de « poltron » le président centrafricain « lâché de toutes parts », selon lui.


Dans le quotidien burkinabè L'Observateur, on retrouve une photo du président centrafricain la mine defaite, avec ce titre : « Bozizé crie, Hollande fait la sourde oreille ». « Un président furax », selon L'Observateur, qui constate aussi qu'Idriss Déby, le président tchadien, n'a envoyé lui que quelques hommes à sa rescousse, et encore en leur imposant d'assurer le service minimum. Et L'Observateur de souligner ce symptome qui touche beaucoup de présidents africains selon lui : « Un temps, on clame haut et fort qu'on est indépendant, et qu'on ne saurait souffrir d'aucun diktat venu de l'extérieur, un autre temps, toute honte bue, on choisit de se votrer au pied de l'ancien colonisateur ».


Pour l'autre grand quotidien burkinabè, Le Pays, « La République centrafricaine est un véritable casse-tête pour le président Francois Hollande. Comment Hollande compte-t-il concilier les valeurs de démocratie et de droits de l’Homme avec la défense des intérêts économiques et stratégiques à Bangui ? ».


La tournée sous-régionale de Django Cissoko


La presse africaine, et plus particulièrement malienne, commente largement cette tournée sous-régionale de Django Cissoko, qui après être passé par le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, s'est arrêté hier au Bénin et poursuit sa route aujourd'hui au Sénégal. Le journal malien L'enquêteurestime que fort de ce soutien régional, et grâce à la résolution 2085 de l'ONU, Diango Cissoko a désormais un boulevard devant lui pour organiser au plus vite des élections avant la liberation du Nord.


C'est en tous les cas ce qu'a promis le chef du gouvernement constate le journal L'Essor qui revient sur la petite phrase de Django Cissoko, au détour d'une tournée, qu'il qualifie « d'ultime périple » sous-régional. « Nous allons accélérer la récupération du nord du Mali pour organiser des élections crédibles », a-t-il promis à Ouagadougou relève L'Essor dont l'envoyé spécial constate l'accueil chaleureux qui lui a été fait. Django Cissoko a vivement remercié le président ivoirien Allasane Ouatara qui en sa qualité de président en exercice de la Cédéao, s'est pleinemenent investi dans le réglement de la crise sécuritaire dans le nord du Mali, relateL'Essor.


Le quotidien sénégalais Le Soleil qui revient sur la visite éclair de Django Cissoko à Dakar ce vendredi, constate que l'économie du Mali est en chute libre. « La détérioration de la situation en matière de sécurité a provoqué une chute des voyages d'affaires au Mali », constate dans une enquête le quotidien sénégalais. La crise économique, à Bamako, n'épargne personne déplore le journal et le taux de chômage y est de 17,3%, selon l'Institut national des statistiques (Instat).


Les licenciements économiques ont fait un bond au dernier trimestre 2012. Les prix du carburant, du gaz, et les produits de première nécessité sont parfois passés du simple au double. « On peut passer deux ou trois jours sans voir un client déplore un artisan bijoutier du marché Ngolonina à Bamako, qui se qualifie de martyr de la crise ». Enfin, signe de cette chute de l'activité touristique, la compagnie Air Mali a du suspendre ses activités pour neuf mois.


L'ex-président nigérian Obasanjo échappe à un incendie


Tout le monde a cru à un attentat lorsque la résidence de l'ex-président Obasanjo a pris feu hier dans l'après-midi. Le quotidien Vanguard revient sur les faits. La photo en Une est impressionnante : on voit une fumée noire épaisse s'échapper des toits de la villa digne d'une résidence présidentielle. Visiblement plus de peur que de mal, même si les pompiers ont mis plus de 30 minutes à éteindre le feu. Il s'agirait d'un accident dû à un mauvais branchement électrique. Pour calmer les esprits, l'ex-président serein a poussé la chansonnette en expliquant que sa maison serait encore plus belle avec de la fumée.


Un écrivain à la langue de vipère


Les dépêches de Brazzaville s'arrêtent aujourd'hui sur la parution d'un livre à forte consonnance africaine. Il s'intitule Là où les caïmans se couchent.  L'auteur, Ephrem Youpko, nous dit le journal, peint une fresque d'une société en perte de valeurs, rappelant au passage le pacte qui liait autrefois les hommes aux animaux dans la société africaine. Et apparemment ce livre s'inscrit dans l'actualité, vous allez vite comprendre pourquoi...Voilà l'histoire : un caïman décide de se rendre dans le monde des humains avec l'aide du sorcier de sa tribu. « Au cœur de l'irrationalité humaine, il découvre le traitement infligé aux enfants, une société machiste à l'égard des femmes, les dégâts sur la nature, la voracité des humains, et Dieu qui devient l'alibi des conflits interreligieux », peut-on lire. L'auteur de cet article conclut au sujet de ce livre, en lice pour le Prix des cinq continents de la Francophonie : « l'auteur depeint une sociéte innocente mais complice de son mal être et évoque de manière nuancée le mal du pouvoir en Afrique ». A méditer donc.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers