Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 00:06

 

 

 

 

aeroport-Bangui-Mpoko.jpg

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 31 Mai 2012 14:51

Les centrafricains qui espéraient un aéroport digne de leur capitale devront encore attendre. Le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de l’aviation civile et du transport aérien, Théodore Jousso, a annoncé devant les députés que les travaux de mise à niveau et de modernisation des infrastructures de l’aéroport Bangui-Mpoko, pourraient démarrer au début de l’année 2016.

Cette déclaration a été faite le mardi 29 mai 2012, à Bangui, lors de l’adoption par les députés, du projet de loi portant création de la Société de développement des infrastructures aéroportuaires de Centrafrique (SODIAC) et qui devrait réaliser les travaux.

Selon l’agence centrafricaine de presse (ACAP) qui rend compte des explications du ministre délégué face au parlement, la SODIAC a contracté un prêt de 40 milliards Fcfa (soit environ 61 millions d’euros) dont 34 milliards Fcfa, auprès d’Exim Bank de la République populaire de Chine, soit environ 85% du financement. Il a précisé que le reste des fonds est à rechercher par la société auprès de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC).

Le membre du gouvernement centrafricain a souligné que ce projet consiste à réaliser des travaux devant permettre d’améliorer les conditions de vols et les infrastructures de l’aéroport Bangui-Mpoko. Il s’agit notamment de la piste d’atterrissage, des salles d’embarquement, des boutiques et des bars.

Il a fait savoir que tous ces travaux pourront faciliter et accroître la fréquentation de l’aéroport Bangui M’Poko d’une part, répondre aux normes de sécurité d’autre part, car le projet procédera à la clôture de l’aéroport. De même, pour renforcer la sécurité, les dispositions seront prises afin d’opérer des fouilles systématiques à l’entrée et à la sortie de l’aéroport, afin de permettre aux usagers ou aux passagers d’accéder librement et sans difficultés aux structures commerciales.

L’ACAP précise que la SODIAC est une société d’Etat qui a pour objectifs entre autres de gérer les recettes collectées par l’Association internationale des transports aériens (IATA), afin d’assurer le développement des infrastructures aéroportuaires. Cette société est également chargée de mobiliser des ressources extérieures devant contribuer à réaliser de grands projets d’infrastructures aéroportuaires en vue de permettre à l’aéroport Bangui M’Poko de répondre aux normes internationales.

L’aéroport Bangui-M’Poko a été construit en 1967 et a connu des aménagements sur la piste d’atterrissage en 1987. Depuis cette date, les infrastructures sont restées en l’état et subissent les dégradations inhérentes à l’usure du temps : détérioration accélérée des chaussées aéronautiques, faute de l’entretien programmé tous les 15 ans, problème d’étanchéité de la toiture du bâtiment principal de l’aéroport… etc). Ces infrastructures ne répondent plus, loin s’en faut, aux besoins d’exploitation d’un aéroport international moderne.

 

Centrafrique: Bientôt le démarrage des travaux de mise à niveau et de modernisation des infrastructures de l’aéroport Bangui-Mpoko

Bangui, 30 mai (ACAP)- Le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de l’aviation civile et du transport aérien, Théodore Jousso, a annoncé que les travaux de mise à niveau et de modernisation des infrastructures de l’aéroport Bangui-Mpoko, pourraient démarrer au début de l’année 2016.

Cette déclaration a été faite le mardi 29 mai 2012, à Bangui, lors de l’adoption par les députés, du projet de loi portant création de la Société de développement des infrastructures aéroportuaires de Centrafrique (SODIAC) qui devrait réaliser les travaux. 

 Le ministre délégué, Théodore Jousso, a fait savoir que  la SODIAC a contracté un prêt de 40 milliards Fcfa dont 34 milliards Fcfa, auprès d’Exim Bank de la République populaire de Chine, soit environ 85% du financement. Il a précisé que  le reste des fonds est à rechercher par la société auprès de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC).

Selon les explications du ministre délégué, « il faut compter d’ici trois ans, lorsque le gouvernement va signer la convention avec les différentes institutions bancaires, pour que la réalisation des travaux débute fin 2015 début ».

Le membre du gouvernement a souligné que ce projet consiste à réaliser des travaux devant permettre d’améliorer les conditions de vols et les infrastructures de l’aéroport Bangui-Mpoko. Il s’agit notamment  de la piste d’atterrissage, les salles d’embarquement, les boutiques et les bars.

Il a fait savoir que tous ces travaux pourront  faciliter et accroître la fréquentation de l’aéroport Bangui M’Poko d’une part, répondre aux normes de sécurité d’autre part, car le projet procédera à la  clôture de l’aéroport.  De même, pour renforcer la sécurité, les dispositions seront prises afin  d’opérer des fouilles systématiques à l’entrée et à la sortie de l’aéroport, afin de permettre aux usagers ou aux passagers d’accéder librement et sans difficultés aux structures commerciales.

 Précisons que la SODIAC est une société d’Etat qui a pour objectifs entre autres de gérer les recettes collectées par l’Association internationale des transports aériens (IATA), afin d’assurer le développement des infrastructures aéroportuaires. Cette société est également chargée de  mobiliser des ressources extérieures devant contribuer à réaliser de grands projets d’infrastructures aéroportuaires en vue de permettre à l’aéroport Bangui M’Poko de répondre aux normes internationales.

 Construit en 1967, l’aéroport Bangui-M’Poko a connu des aménagements sur la piste d’atterrissage en 1987.

Depuis cette date, les infrastructures sont restées en l’état et subissent les dégradations inhérentes à l’usure du temps (détérioration accélérée des chaussées aéronautiques, faute de l’entretien programmé tous les quinze (15) ans ; problème d’étanchéité de la toiture du bâtiment principal de l’aéroport; etc). Ces infrastructures ne répondent plus aux besoins d’exploitation d’un aéroport international moderne.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation