Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 20:38




 

CONAKRY - L'opposition guinéenne a exigé mardi, à l'issue d'une réunion à Conakry, le "départ du chef de la junte", le capitaine Moussa Dadis Camara, et l'"arrestation des responsables" du massacre du 28 septembre avant tout dialogue, selon un communiqué remis à l'AFP.

Le Forum des Forces Vives de Guinée (partis d'opposition, syndicats, organisations de la société civile) a posé six exigences.

Le premier des préalables cités dans sa déclaration est "le départ du chef de la junte, la dissolution du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement, junte) et la mise en place d'un organe de transition qui désignera un gouvernement d'union nationale".

L'opposition exige également "la mise en état d'arrestation des responsables qui ont conduit les opérations au stade (...) et qui sont nommément identifiés par plusieurs témoins et leur traduction en justice", huit jours après la répression sanglante d'une manifestation par les forces de défense et de sécurité.

(©AFP / 06 octobre 2009 21h15)

 

Violences en Guinée: les USA sont "horrifiés et scandalisés", selon Clinton

WASHINGTON - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a affirmé mardi que les Etats-Unis étaient "horrifiés et scandalisés" par les violences en Guinée, en particulier les meurtres et les viols menés selon elle par les forces gouvernementales.

"Nous avons été horrifiés et scandalisés par les violences récentes en Guinée. Les meurtres au hasard et les viols qui ont eu lieu sous le contrôle du gouvernement par les forces gouvernementales étaient une infâme violation des droits du peuple" guinéen, a dit Mme Clinton.

Le porte-parole du département d'Etat, Ian Kelly avait auparavant indiqué que les Etats-Unis avaient fait part aux plus hautes autorités guinéennes de leur "profonde indignation" concernant la répression sanglante par les forces de l'ordre d'une manifestation de l'opposition, le 28 septembre, qualifiant ces évènements de massacre.

Selon l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme, 157 personnes ont été tuées et 1.200 blessées le 28 septembre par les forces de sécurité venues disperser le rassemblement pacifique de l'opposition. Le chiffre de "plus de 150 morts" a été donné par l'ONU. La junte maintient un bilan officiel de "56 civils tués".

(©AFP / 06 octobre 2009 22h29)

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE