Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 23:50




Source: Fonds monétaire international (FMI)

Date: 01 Oct 2009

Communiqué de presse No. 09/342

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Martin Petri, a visité la République centrafricaine du 17 Septembre au 1er Octobre 2009. L'objectif de la mission était de procéder à la cinquième revue du programme des autorités,  soutenue par la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC) et à la conduite de la consultation 2009 au titre de Article IV (1).

La mission s'est entretenue avec Son Excellence le Président François Bozizé, le Premier ministre, Faustin Archange Touadéra, le ministre des Finances et du Budget, Albert Besse, Ministre Délégué chargé de la mobilisation des ressources, Abdalla Kadre, Ministre Délégué chargé de l'Energie, Jean-Chrysostome Mekondongo; le Directeur national de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC), Camille Kelefio, le Président de la Commission Economie et des Finances de l'Assemblée nationale, Eric Sorongopé qui représentait le Président de l'Assemblée nationale, Célestin Gaombalet, et d'autres ministres et de hauts fonctionnaires de la BEAC, ainsi que des représentants du secteur privé et la communauté des donateurs.

À l'issue de la visite, M. Petri fait la déclaration suivante:

«L'activité économique a ralenti en 2009 en raison d'une série de chocs mondiaux et nationaux. Le produit intérieur brut (PIB) est attendu à 2,0 pour cent comparativement à 2,2 pour cent en 2008. L'inflation moyenne est tombée à 8,8 pour cent en Juillet, après avoir atteint 9,3 pour cent en 2008. Le déficit du compte courant extérieur devrait diminuer quelque peu à 9 pour cent du PIB en raison des volumes d'importation réduits et l'amélioration des termes de l'échange (due à une diminution des prix mondiaux du pétrole et une augmentation des prix du diamant). La performance budgétaire a été encourageante au cours des premiers semestres de l'année. Les recettes intérieures ont augmenté en pourcentage du PIB nominal et les dépenses ont été gérées avec prudence. Par conséquent, un excédent budgétaire primaire intérieur a été enregistré. Il y avait aussi des progrès dans les réformes structurelles. La mise en œuvre du mécanisme automatique de tarification des combustibles est de gestion important pour générer des revenus stables dont les services de finances publiques et la pauvreté en réduisant les dépenses. Les recettes fiscales se sont d’autant améliorées que la gestion des recettes et des finances publiques ont été renforcées.

"Les sujets que Consultation au titre de l'Article IV ont traités en détail ont été :

(i)                 les sources de croissance à long terme économique,

(ii) en supprimant les contraintes qui pèsent sur l'accès du secteur privé au crédit,

(iii) les réformes pour élever le rapport impôt / PIB de plus temps, et

(iv) la politique budgétaire à long terme la viabilité budgétaire.

«En Juin 2009, la République centrafricaine a atteint le point d'achèvement de l'Initiative renforcée des Pays pauvres très endettés. L’allégement de la dette de quelque US $ 741 millions de dollars en valeur actuelle nette (VAN) est effectif en accord avec les créanciers. Les créanciers multilatéraux ont déjà fourni un allégement irrévocable d'un montant de 525 millions de dollars en VAN.

«L'impact du ralentissement économique mondial continue à assombrir les perspectives économiques à court terme, mais la croissance en 2010 devrait se redresser à 3 ½ pour cent, tandis que l'inflation moyenne devrait se ralentir à 3 pour cent. Le déficit du compte courant extérieur va probablement diminuer à cause de l'enseignement supérieur, les flux d'aide et une certaine reprise des exportations.

«Le programme FRPC pour l'exercice 2009/10 a pour objectif de soutenir la demande intérieure grâce à un programme de dépenses du gouvernement. Le programme comprend les dépenses pour les élections de 2010 et le processus de paix qui résultent des recommandations du Dialogue politique inclusif de Décembre 2008, qui sont principalement financées par l'extérieur. Le soutien accru des donateurs pourrait jouer un rôle important dans la gestion de la situation budgétaire, tout en limitant le recours au financement interne coûteux.

"La performance globale dans le cadre du programme FRPC a été globalement satisfaisante et, sous réserve de l'approbation par la direction du FMI et l'application continue des politiques de programme, il est prévu que le Conseil d'administration du FMI puisse discuter de la consultation 2009 de Article IV et la cinquième revue du programme de la Banque centrale de la République, appuyé par la FRPC en Décembre 2009. "

Notes: (1) En vertu de l'article IV des Statuts du FMI, le FMI tient des discussions bilatérales avec ses membres, habituellement chaque année. Une équipe du FMI se rend dans le pays, recueille des informations économiques et financières, et s'entretient avec les responsables de l'évolution économique du pays et les politiques. De retour au siège, le personnel prépare un rapport, qui constitue la base pour discussion par le Conseil exécutif. À l'issue de la discussion, le Directeur général, en tant que Président du conseil d'administration, résume les opinions des administrateurs, et ce résumé est communiqué aux autorités du pays.

DÉPARTEMENT DES RELATIONS EXTÉRIEURES DU FMI

Affaires publiques
Téléphone: 202-623-7300
Télécopieur: 202-623-6278

Relations avec les médias
Téléphone: 202-623-7100
Télécopieur: 202-623-6772

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie