Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 00:48




 

Finalement, le délinquant fils du président Bozizé, Jean François Bozizé alias « Djodjo » a été expulsé du territoire français mercredi 30 septembre à bord du vol régulier d’Air France à destination de Bangui. Est ce par ironie du sort mais c’est également le même vol qu’a emprunté son président de père pour regagner son pays, de retour du Venezuela où il avait pris part au second sommet Amérique latine –Afrique, tenu à l’invitation du bouillant président Hugo Chavez. Jusqu’au bout, le fils délinquant de Bozizé s’est fait remarquer.

Alors qu’il était mis en zone d’attente pour personne en instance dite ZAPI 3 de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, Jean François Bozizé a demandé à un ami d’aller chez lui afin de lui apporter quelques vêtements car sans cela, il risquait d’être mis dans l’avion sans le moindre habit. Sans faire attention, l’ami en question fait la commission et revient à la ZAPI 3 avec sa copine et les vêtements, le matin même du jour où Jean François allait être expulsé. Il remet les habits aux flics de service qui, en procédant à la fouille des poches des affaires en question, découvrent avec effarement dans un blouson, dix munitions pour pistolet. Dès lors, l’ami de Jean François ainsi que sa copine sont immédiatement placés en garde à vue pour être auditionnés toute la journée. C’est à 18 heures qu’ils sont enfin relâchés et ont quitté la ZAPI.

Quant au délinquant de Jean François, il a dû être conduit à l’avion par les agents de sécurité selon les procédures habituelles d’expulsion des personnes indésirables sur le sol français. Selon nos informations, il est bien arrivé à Bangui ainsi que son président de père qui a quitté l’aéroport Bangui Mpoko sans rien dire. D’après son entourage, il aurait marqué son accord pour l’expulsion de son rejeton dont les frasques sur le territoire français ont suffisamment défrayé la chronique et passablement éclaboussé son image de marque.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers