Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 18:35




15-09-2009    Source : gaboneco

Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à l'élection présidentielle du 30 août et membre du Front de refus du coup de force électoral, est parvenu à sortir du pays ce 14 septembre malgré l'interdiction de quitter le territoire national décrétée par le ministère de l'Intérieur à l'endroit des leaders politiques de l'opposition. Arrivé en France, il a annoncé un ensemble d'actions visant à dénoncer et démanteler l'ingérence «occulte» de la France dans l'accession d'Ali Bongo au pouvoir.

Les mailles de Ndongou étaient trop grosses pour Ben Moubamba, qui est parvenu à se faufiler hors du pays ce 14 septembre, malgré l'interdiction de quitter le territoire national décrétée par le ministre de l'Intérieur en charge de la Défense nationale à l'intention des leaders politiques de l'opposition.

Le candidat malheureux à l'élection présidentielle du 30 août, rallié avec 15 autres candidats au Front de refus du coup de force électoral, est parvenu, malgré la liste noire distribuée par les autorités, à passer les différents postes de contrôles de l'aéroport international Léon Mba et à embarquer dans l'avion pour Paris.

Les forces de l'ordre auraient tenté, tardivement, de la faire descendre de l’avion, mais le commandant de bord de l’avion aurait invoqué la réglementation en vigueur pour refuser de faire descendre son passager.

Arrivé à Paris, Ben Moubamba a expliqué que son déplacement consistait à «convaincre les leaders responsables des démocraties occidentales de la nécessité d’une condamnation ferme du régime qui essaie de s’installer au Gabon».

Il a également estimé que de cette mission dépendait «à la fois la stabilité et la paix dans notre nation et l’équilibre géopolitique de la région». Il affirme posséder des «informations sur les preuves (...) relatives à la réalité des assassinats commis dans notre pays depuis le 3 septembre dernier».

Bruno Ben Moubamba doit tenir une conférence de presse le 15 septembre à 10 h 00 sur la place de la Coupole, en face du siège de l'entreprise TOTAL S.A, à Courbevoie en région parisienne pour expliquer les raisons de la contestation des résultats officiels de l'élection présidentielle, notamment l'ingérence de la France dans ce processus.

«Nous n’avons rien contre les Français mais l’ambassade, l’ambassadeur de France et la «France-Afrique» ont servi tout simplement de plateforme porteuse pour le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), et ça il faut le dire», avait déclaré Ben Moubamba.

Ben Moubamba avait affirmé le 7 septembre dernier avoir été insulté et expulsé manu militari de la représentation diplomatique française au Gabon après un entretien avec l'ambassadeur de France au Gabon, Jean Didier Roisin. Des affirmations immédiatement démenties par l'ambassade.

Le candidat Paul Mba Abessole, également membre du Front de refus du coup de force électoral, avait été contraint de rester sur le sol gabonais alors qu'il devait se rendre en Côte-d’Ivoire le 9 septembre dernier.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE