Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 17:54




 

[ 15/09/09  - 17H40 - AFP  ]

Le Club de Paris, groupe informel de créanciers publics, a annulé "près de 100%" de la dette de la République centrafricaine qui était évaluée début juin à 59,3 millions de dollars, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Les créanciers du Club de Paris ont décidé d'annuler 49,2 millions de dollars au titre du dispositif des pays pauvres très endettés (PPTE), qui offre un effacement de dette aux Etats les plus démunis.

Un total de 6,5 millions de dollars supplémentaires ont été annulés sur une base bilatérale, ramenant la dette globale centrafricaine à l'égard du Club de Paris de 59,3 millions de dollars à 3,7 millions.

La Centrafrique s'est engagée à utiliser ces ressources additionnelles pour atteindre les "objectifs prioritaires" dans sa stratégie de réduction de la pauvreté, indique le texte sans donner plus de précisions.

La dette extérieure publique de ce pays d'Afrique équatoriale, qui tente de sortir de plusieurs années de conflits armés, était estimée à 1,050 milliard de dollars fin 2008, est-il indiqué.
Le Club de Paris, qui s'est réuni pour la première fois en 1956, regroupe 19 des principaux pays industrialisés.

 

NDLR : Dès lors que la RCA a été admise à l’initiative PPTE en juillet dernier, l’annulation d’une bonne partie de sa dette par le Club de Paris n’était plus qu’une formalité et l’étape qui devait suivre. Le vrai problème qui se pose est que l’effet de ces véritables ballons d’oxygène qui aurait dû profiter au pays en améliorant de façon substantielle sa situation budgétaire - ce qui devrait atténuer quelque peu la misère des Centrafricains – sera annihilé par la mauvaise gouvernance du régime de Bozizé, faite de grande prédation des deniers publics et de folles dépenses. Le pouvoir de Bangui a mis au point une liste de dépenses dites exceptionnelles destinées à satisfaire les caprices de Bozizé. Cela va par exemple des frais de réparation de son épave d’Hercules C 130 à des achats de voitures Mercedes et motos d’escorte.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie