Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:41




Bangui, 3 sept. 2009 (C.A.P) - Les autorités de Bangui ont été avares de réaction voire sont demeurées relativement muettes quant aux fracassantes annonces de l’ex président Ange Félix Patassé de mettre fin à son exil togolais et de rentrer au bercail. Seul le ministre d’Etat Cyriaque Gonda avait déclaré que « personne ne s’opposait au retour de Patassé » dans son pays.


Mais selon des informations crédibles provenant d’un membre du gouvernement qui a souhaité garder l’anonymat, Bozizé, avant de quitter dernièrement Bangui pour prendre part aux festivités du 40ème anniversaire de prise du pouvoir du guide libyen à Tripoli, a pris le soin de poser au dernier conseil de ministres pour aviser, a-t-il dit, le problème de Patassé, notamment la question de savoir quelle était la décision de justice rendue dans la querelle de légitimité du parti MLPC qui avait opposé Martin Ziguélé et le vice président Luc Apollinaire Dondon Konamabaye représentant à l’époque Ange Félix Patassé.  


Tous les ministres présents lors de ce conseil, et notamment celui de la Justice en tête, lui ont répondu qu'une décision de justice a tranché le problème en faveur de Martin Ziguélé et qu'il n'y a pas lieu à débat là dessus. Ensuite Bozizé a aussi demandé si les permis forestiers de Patassé lui ont été restitués. Devant la montée au créneau des ministres pour le mettre en garde contre le retour d’Ange Félix Patassé qui serait selon eux, plus dangereux pour lui que pour le MLPC de Martin Ziguélé, Bozizé a automatiquement paniqué et promis "mettre les choses au clair" avec Patassé lors de leur rencontre à trois à Tripoli (entendez Patassé, Bozizé et Kadhafi). Et Bozizé de conclure en disant qu'il dira clairement à Ange Félix Patassé  que si la CPI le réclame, il le livrera et a levé la séance.


Depuis lors, Bozizé s’est rendu à Tripoli. Patassé également a bien quitté Lomé dans un avion libyen et y est arrivé depuis lundi dernier. On suppose donc qu’après l’extinction des lampions de la fête de Khadafi, celui-ci les a reçus pour quelques franches explications et que Bozizé a eu le courage de délivrer ce qu’il s’était promis de déclarer à Patassé devant le colonel libyen.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique