Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 01:26




                        Joseph Kony

Lutter contre le déplacement des civils en République centrafricaine


Source:
Voice of America (VOA)


Date: 27 août 2009


Par Scott Stearns


Les troupes ougandaises se battent aux côtés des soldats de la République centrafricaine contre l'Armée de résistance du Seigneur, qui a pénétré en République centrafricaine, depuis  la République démocratique du Congo. L'instabilité provoquée par la violence ethnique dans le nord de la République centrafricaine a été aggravée par la présence des rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur dans le sud-est.


Ces rebelles, chassés de l'Ouganda et du Congo voisin, sont désormais confrontés à une opération conjointe des forces de défense ougandaises et troupes de la République centrafricaine. Aminata Gaye représente l'agence onusienne des réfugiés à Bangui.


« La République centrafricaine a ses propres problèmes dans la partie nord. Elle n'a pas la capacité de gérer la présence de la LRA dans le sud-est. Et je pense que c'est la raison pour laquelle elle a conclu cet accord pour se joindre aux troupes ougandaises afin d’essayer de résoudre le problème ",


La violence entre les communautés ethniques Goula et Kara dans le nord, plus tôt cette année s’est calmée lorsque des rebelles Goula en grande partie de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) ont commencé à se battre aux côtés des troupes du gouvernement pour reprendre le contrôle de la ville de Birao, près des frontières du Tchad et le Soudan.


Le Programme alimentaire mondial affirme avoir besoin de 500.000 dollars pour mettre de 250 tonnes métriques de nourriture à Birao le mois prochain parce que les fournitures qui ont été pré-positionnées plus tôt cette année ne sont pas suffisantes pour répondre à une demande accrue.


L'émergence des rebelles ougandais de la LRA dans le sud-est l'étirement des agences à la fois mince secours et les forces de sécurité de la République centrafricaine.

Ces rebelles ont chassé plusieurs centaines de Congolais à travers le fleuve en République centrafricaine. Compte

tenu de ce qu'elle appelle une «situation sécuritaire volatile", Gaye a dit que l'Organisation des Nations Unies n’a pas décidé l'établissement de camps de réfugiés.


"Personne ne pouvait assurer la protection du camp. Nous avons donc décidé qu'il serait préférable de ne pas installer un camp et de laisser ces réfugiés à régler par eux-mêmes

Les incursions de la LRA en République centrafricaine ont également déplacé des milliers de civils, perturbé la production agricole et entraîné l'augmentation de l'insécurité alimentaire.


"Les groupes de la LRA sont de très petits groupes. Ils se livrent au pillage et essayent d'avoir accès à la nourriture et autres besoins de base. Et ils utilisent les gens dans les villages pour porter leurs denrées alimentaires ou tout autre butin qu'ils ont pris",


Lors d'une réunion avec le président congolais Joseph Kabila début du mois, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a souligné la nécessité d'une coopération continue entre les Ougandais, Congolais et Centrafricains pour battre les troupes rebelles de la LRA.


The Lord's Resistance Army a commencé en 1987 en Ouganda du nord et du sud du Soudan. Il est accusé de violations massives des droits humains y compris les assassinats, les mutilations, les enlèvements, l'esclavage sexuel et l'enrôlement d'enfants soldats. Son chef, Joseph Kony, est recherché par la Cour pénale internationale.





Les attaques des rebelles ougandais arrachent de chez elles plus de 125.000 personnes  en Afrique centrale


Source: (AlertNet) Frank Nyakairu


NAIROBI


Les attaques menées par l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) contre des villages et des villes dans le sud du Soudan, République démocratique du Congo et en République centrafricaine, ont déplacé des milliers de personnes et forcé les agences humanitaires à évacuer leur personnel par mesure de sécurité dans certains endroits.


«Il s'agit, par tous les moyens, la pire crise qui se déroule au Congo, où plus de 125.000 personnes ont été déplacées par les attaques de la LRA au cours des trois dernières semaines »
, a déclaré à AlertNet par téléphone à partir de Goma, capitale de la province du Nord Kivu au nord-est du Congo, le porte-parole du HCR David Nthengwe.


Les rebelles, qui ont enlevé des dizaines de milliers d'enfants pour servir comme soldats ou esclaves sexuels et les forcer à leur tour sur leurs propres communautés, ont été accusés de mener des massacres, des viols et des pillages.


"En Juillet seule, la LRA a mené 55 attaques au Congo et notamment des viols, incendies de maisons, des enlèvements et des pillages",
a déclaré Nthengwe.

Les attaques des rebelles se sont propagées de Bas-Uele à Haut-Uele, des districts du Congo Province Orientale, dans le nord du pays.


Dans la province du Sud-Soudan de Western Equatoria, les rebelles ont attaqué Ezo, une ville proche de la frontière avec la République centrafricaine. Ils ont également été accusés d'avoir enlevé 10 jeunes filles d'une église locale, dit le HCR.


À la suite de l'intensification des attaques de la LRA, l'ONU a suspendu toutes les activités humanitaires dans le sud du Soudan et a fait évacuer 29 travailleurs humanitaires, y compris sept membres du personnel du HCR.


L'ONU estime environ 28,000 personnes déplacées et des réfugiés dans Ezo et Yambio ont été laissés sans protection ou assistance.


Les rebelles ont également attaqué le village Bereamburu, à environ 35 km de Yambio, la capitale régionale, brûlé l'église locale et un centre de santé et pillé des fournitures médicales, selon le HCR. Depuis le début de cette année, environ 360.000 Congolais ont été déracinés dans les attaques successives de la LRA dans la province orientale du Congo, tandis que 20.000 autres ont fui au Soudan et en République centrafricaine, selon les estimations du HCR.


Les rebelles, qui ont des bases dans les trois pays, selon le HCR, ont mené une rébellion sanglante contre le gouvernement ougandais depuis 1986.


L'insurrection qui s’est étendue en 2005, s’est propagée aux pays voisins, a ravagé le nord de l'Ouganda, tuant des dizaines de milliers de personnes et le déracinement de près de 2 millions d'autres. Le conflit a menacé de déstabiliser la région centrale stable de l'Afrique avec les rebelles qui cherchent refuge dans les pays voisins et l'effusion de violence à travers les frontières.


Chef de la LRA, Joseph Kony, 47 ans, un ancien serveur d’hôtel, est désormais un criminel de guerre suspect, recherché, accusé par la Cour pénale internationale pour 33 chefs d’accusation de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.


Pour plus de nouvelles humanitaire et d'analyse, s'il vous plaît visitez www.alertnet.org

 

27 août 2009 (AlertNet) - Les attaques sans discrimination contre des civils par les rebelles ougandais ont déraciné plus de 125.000 personnes dans les trois dernières semaines sur les frontières des trois pays d'Afrique centrale, l'Organisation des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a dit. a ajouté Gaye. » a dit Gaye. a déclaré Gaye.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales